Aller au contenu


Photo

Terra Preta et biochar


  • Veuillez vous connecter pour répondre
306 réponses à ce sujet

#241 _G.Lecolo_

_G.Lecolo_

Posté 29 avril 2012 - 12:53

Moi, je te soutiens à donf dans ta petite expérimentation, strychnine! :smile: tu vas pas tuer les derniers orang-outans, hein? tu promets?!
Comme Zaou, j'étais resté sur des appréhensions et des questionnements par rapport à d'autres techniques ; et la littérature francophone déborde pas non plus.
Le but est apparemment avant tout d'améliorer la structure (uniquement) de sols incultes (ou devenus incultes à cause de l'homme).
Ce qui permettrait un meilleur équilibre par la suite pour que reviennent s'installer et proliférer les organismes (par l'apport de compost par exemple)
Apparemment, ça aurait aussi un intérêt dans certaines zones humides, pour limiter certaines pollutions .
ça limiterait aussi les effets d'un sol trop acide.
Après, j'ai pas trop trouvé quelles pouvaient être les contre-indications, parcequ'on parle beaucoup de terres sous les tropiques,... donc c'est intéressant ce qui ce passe en Ardêche... et en Hongrie :smile:
  • CrefRorarne aime ceci

#242 _strychnine_

_strychnine_

Posté 29 avril 2012 - 14:47

Article très intéressant, et commentaires non moins passionnants sur la terra preta : http://jardinons.wor...ition-la-faire/

Je trouve le commentaire de Rahane plutôt pertinent quand il avance la conjugaison poterie/charbon pour la formation de Terra Preta


à propos de terra petra
je suis étonnée que personne ne parle plus du fait qu’on trouve non seulement du carbone mais aussi des tessons de poterie en grand nombre.
la façon primitive de réaliser des pots en terre cuite était de les monter avec des boudins de terre crue ou plus sophistiqué sur un tour puis de les cuire. et la cuisson est pour partie fondamentale dans le résultat.
quand on observe la manière de faire des potiers japonais qui allient le nec plus ultra de l’art de la poterie et des traditions millénaires on retrouve dans les manières de faire primitives l’alliance de la confection du charbon de bois et de la cuisson des poteries ainsi que de certains aliments dans un feu unique pour la raison simple de l’utilisation de tous les niveaux de température d’un foyer qui s’étale sur parfois plusieurs jours et la prise en considération de l’énorme travail de collecte du bois et de confection d’un foyer. dans les cultures anciennes le rôle du maitre du feu faisait partie des fonctions sacrée dans le vestige persiste encore jusqu’à des époques proches dans le rôle de cuiseur de pain par le boulanger itinérant qui faisait fonctionner selon un tour de role les fours collectifs villageois.
la cuisson des poteries peut même aller jusqu’à sélectionner des bois et des herbes particulières empilés de manières précise pour obtenir des effets décoratifs.
le moindre incident dans la cuisson se traduisant par l’éclatement des pots en terre.
un simple foyer confectionné par entassement de bois et couverture de terre ne peut préter à de très haute température et ne permet de réaliser que des poteries pas très cuite.
si on cumule une terre de médiocre qualité et une cuisson à faible température on obtient des objets utilitaires mais peu résitants
bien moins en tout cas que ceux cuits à des températures supérieures qui du fait du changement de la nature de la terre par la cuisson peuvent résister longtemps aux assauts du temps.
on fantasme souvent sur les populations anciennes: le vieux mythe de l’atlantide idéalisée. tout au moins sur le niveau de leur connaissances techniques qui souvent était le résultat d’un empirisme intelligent lié à une très grande capacité d’observation des peuples primitifs( qui ont souvent une sensorialité bien plus développée que des plus civilisés.)
l’invention de la poterie est probablement issue de la concomitance de la cuisson des aliments dans des récipients dont le contact avec le feu durcissait la matière.
la civilisation amazonienne ayant laissé derrière elle la terra petra avait peut-être focalisé son développement dans les avantages constaté résultant de fours primitifs qui servait aussi à faire des poteries qui pouvait avoir des vertus religieuse ou culturelle voire commerciales comme peuvent avoir eu sens les peintures dans les grottes dans nos contrées.
tout groupement humain a besoin une fois couvert les besoin primaire de disposer d’un liant civilisationnel lié au langage à l’imaginaire à l’art et la notion de monnaie d’échange permettant de fonder les bases d’un commerce et de l’élaboration d’une culture.
un exemple très international de cet ordre est par exemple l’usage des coquillages comme monnaie commerciale en usage en chine préhistorque comme chez les peuplades nordiques de l’europe, les peuples africains et les grecs anciens.
coquillages issus des espèces porcelaines dont la “valeur” symbolique tenait au fait qu’ils évoquent le sexe féminin
dans les populations primitives tout ce qui évoque l’un des deux sexes était érigé en objet symbolique porteur de fertilité et haussé facilement au role de monnaie d’échange, de l’échange découlant l’abondance proche dans ses avantages de la fertilité.dans le contexte humide des zones équatoriales et tropicales sans cailloux ni choses solides et durables pouvant servir de support à traverser le temps pour porter la civilisation restait la poterie dont les formes les couleurs pouvait servir à de multiples usages pratiques ou symboliques.
personne n’a joué à rassembler les tessons et mis à l’épreuve ses capacités à recomposer un puzzle?
si l’art de la poterie apportait de surcroit un terreau extraordinaire d’abondance vivrière alors la poterie devait être le fondement quasi religieux de ces sociétés.
les tessons des échecs de cuissons conjugués au effets biochimiques du carbone sur les sols avaient tout pour apporter les fondements d’une civilisation batie autour de l’ abondance agricole sans qu’il soit nécessaire d’avoir réellement compris le processus autrement que par empirisme.
retrouver l’usage exact permettant le résultat parfait relève de retrouver une recette exacte.
le fait que la terre soit noire concentre l’intérêt autour du carbone alors que le tesson est peutêtre la clef.



#243 ezza

ezza

    Bricoleur autonome

  • Membres
  • 2 714 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:l'Ardèche

Posté 29 avril 2012 - 15:42

salut Strychine

donc la terra-preta ...... c'est poterie ...charbon ... et choucroute :rolleyes:

:arf:

#244 exceed

exceed
  • Localisation:Forez 63

Posté 29 avril 2012 - 19:11

Salut,

Pas de soucis Strychnine, c'est tres bien de faire ce que tu fais...tu essayes au moins et ca, c'est toujours mieux que de parler dans le vent.

Pour Floyd, les termites ne sont pas nuisibles au jardin, elles sont meme benefiques comme tu le dis toi-meme, en tant que recycleur INFATIGABLE !!! LoL
Peut-etre que j'ouvrirai un topic un jour mais pour l'instant, je suis en mode stand by...j'ai eu une baisse de regime car c'est un peu dur physiquement et moralement.... voir son boulot reduit a zero plusieurs fois et de devoir recommencer, observer, comprendre...tout ca, sous 35/40 degres et sans aide...enfin on verra si je m'y remets...la mousson arrive le mois prochain.

Content de vous lire.

#245 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 15 329 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 29 avril 2012 - 21:16

Oui, ça doit être sympa de faire du charbon de bois par 35°C… au moins on sait pourquoi on a chaud. ;)

Pour l'instant, dans aucun document ou texte présentés, on ne voit de réels arguments pour une utilisation du biochar sous nos climats océaniques ou continentaux, dans des terroirs à populations denses.

Le dernier lien, jardinons.wor...ition-la-faire/, m'a paru particulièrement prudent, voire en contradiction avec les arguments positifs avancés.

Redire à l'amie Strychnine que je compatis avec l'état de ses genoux, que sa tentative nous intéresse vivement, et que le Brésil vient légalement de s'autoriser à accélérer la déforestation en Amazonie.
Pas grave, pour tuer les derniers orang-outans c'est à Sumatra… ;)
http://www.20minutes...t-deforestation

#246 _strychnine_

_strychnine_

Posté 30 avril 2012 - 06:34

Dans le dernier lien, ce qui est intéressant se trouve aussi dans les commentaires. Et justement parce que le biochar n'est pas présenté comme une panacée.
Depuis le début du topic, ce n'est pas présenté comme une panacée mais comme un soutien, une aide, et aussi une interrogation.
Comment marche exactement la Terra Preta ? On cherche toujours...
On expérimente.
Les expériences de par le monde sur le sujet sont intéressantes et plutôt positives. Finalement, j'ai l'impression que ce qui incite le plus les expérimentateurs à la prudence, c'est qu'ils connaissent la propension des industriels et des commerciaux à reproduire à très grande échelle, avec un produit " à la mode ", pour faire du fric, dans une politique justement de terre brûlée. Comme cela est fait avec le phosphate naturel. Des populations traitées comme des esclaves, vivant dans des conditions épouvantables, yeux et voies respiratoires brûlées...
Finalement, dans tous les articles que j'ai lus, l'effet positif sur les terres est indéniable, l'effet à long terme aussi, particulièrement sur les terres argileuses.

#247 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 15 329 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 30 avril 2012 - 10:48

A propos de terra preta, plus haut dans ce topic, nous avions assez longuement creusé la question de l'origine de ces sols riches en carbone. Des tentatives de chiffrages conduisaient à douter d'une pratique consistant à brûler la forêt.

Ophildelo mentionnait dans son département des sols noirs où la lignite affleurait. La lignite, une forme naturelle de charbon imparfait.
Nous avions là une hypothèse intéressante.

Les tenants du biochar commercial, seraient bien inspirés d'y réfléchir.

#248 ezza

ezza

    Bricoleur autonome

  • Membres
  • 2 714 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:l'Ardèche

Posté 30 avril 2012 - 11:34

salut
.... un lien, histoire d'etre dans l'vent ...... l'inovation quoi :ponpon:

"Première usine d’engrais à partir des eaux usées
Ce que les Indiens d’Amazonie faisaient déjà il y a des siècles et qui par la suite s’est perdu revit maintenant sur une grande échelle:
la production d’engrais de qualité tirée de la décomposition de produit de la biomasse.
Cela est aussi possible avec les matières premières que l’on trouve dans les eaux usées.
A Hengstbacherhof, en Rhénanie-Palatinat a été inaugurée, le 10 septembre 2010, la nouvelle usine Palaterra Sàrl, et ses installations de production d’humus."

http://www.biochar-i...loop_in_Germany
( utilisé http://translate.google.fr/ french pour traduc )

...... donc pas de chouchroute mais titicaca pipicaca :shy:

Bybye

#249 flanar l'ancien

flanar l'ancien

    promeneur égaré

  • Membres
  • 2 796 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Ariège
  • Intérêts:8% Minimum.
    Éventuellement, on en discute.

Posté 30 avril 2012 - 11:49

L'intervention d'Autrevie sur le forum francophone de permaculture est très constructive, je trouve:
http://forum.permacu...f=8&t=225#p1015
Et le site TerraCarbona, dont une partie n'est malheureusement pas traduite, est aussi intéressant:
http://terracarbona.org/en/faq.php

#250 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 450 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 30 avril 2012 - 11:55

Aucun refus de cette technique pour moi non plus, Strychnine, d'autant que je sème du charbon de bois au "p'tit bonheur" dans mon jardin depuis que je fais ma lessive à la cendre (plusieurs années). Donc je trouve très pertinent que tu te serves de la ressource locale.

Je constate juste que la taille des fragments de charbon de bois que je trouve dans mon tamis correspond grosso modo à celle qui a été retrouvée par les archéologues. Et il me semble donc qu'il serait utile d'étudier quelle quantité de cendre et de charbon de bois pouvait produire annuellement cette population nombreuse simplement dans les usages courants (cuisine, chauffage éventuel, cuisson des poteries et écobuage des champs de maïs). On s'apercevrait alors peut-être qu'il n'a pas été besoin de déforester plus que nécessaire.si ces résidus (charbon de bois et cendre) ont été épandus régulièrement sur une longue période (plusieurs centaines d'années à 2 millénaires).

#251 ezza

ezza

    Bricoleur autonome

  • Membres
  • 2 714 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:l'Ardèche

Posté 30 avril 2012 - 15:20

liens
http://www.granpaiti...aititi-135.html
http://sixpiedssurte...e-11838734.html
http://www.explorerh...org/blog/?p=311


...... reste a retrouvé chants et légendes sur la terra nera

#252 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 15 329 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 30 avril 2012 - 15:28

L'ami Nicolas a le mérite de lire beaucoup, de participer tout autant, de s'intéresser aux plantes et aux techniques qu'il peut mettre en œuvre chez lui sur sa vaste propriété. Il agrège ainsi de nombreuses sources d'informations et retours d'expériences.
Il écrit parfois un peu vite, comme l'autodidacte enthousiaste qu'il est et que je respecte.
On devra lire ses textes avec une certaine prudence. Sur le forum de Patrice, d'où je le connais, nous avons échangé en confiance, en particulier sur ses cultures de consoudes et diverses questions de greffages.

#253 _strychnine_

_strychnine_

Posté 30 avril 2012 - 16:19

Très chouettes liens Flanar et Ezza...
Tis, ce que j'ai lu parle justement de très longues périodes.

Comme les images parlent parfois mieux que les mots.
La terre après un feu ( quelques mois plus tard pour être exacte )
Image IPB

le charbon de bois et cendres et morceaux non brûlés à composter en bordure de terrain avec un peu de compost justement, des branchages...

Image IPB

En place depuis une dizaine de jours. Les graines semées avant ont traversé l'ajout de terre+compost grossier+cendre et charbon...
Image IPB

Dans le seau, un peu de ce compost+cendre et charbon ( un peu à l'ombre pour avoir une couleur plus exacte )
Image IPB

La terre nue "normale" ( partie difficile du terrain justement )
Image IPB
( Appareil photo merdique, je précise )

#254 Zaou

Zaou
  • Genre: Homme
  • Localisation:Reims

Posté 04 mai 2012 - 10:52

http://www.permies.c...-vs-hugelkultur
Sujet intéressant pour ceux qui lisent l'anglais, en particulier la seconde intervention de pstajk Hatfield.

#255 erudìhen

erudìhen

Posté 06 juin 2012 - 20:07

Probablement c'était du charbon ajouté à la paille remplissant des pots de chambre. Le but étant d'éliminer les odeurs, puisque les gens étaient assez raffinés et vivaient dans de vraies villes. Ensuite le plus logique c'est de mettre en place un système de collecte.

#256 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 15 329 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 06 juin 2012 - 20:45

Salut erudìhen,
Bonne idée, en ce qui concerne la gestion de toilettes sèches.
On peut s'en inspirer.

Ce qui n'est pas impossible, doit cependant être démontré. Je te l'accorde ce n'est pas gagné. L'origine de la matière organique (fécès et pailles) une fois devenue humus, n'est guère décelable.

Ces peuples évolués n'ont pas laissé de mode d'emplois ni de relations de ces pratiques. Donc on manque de preuve.

#257 smolderhead

smolderhead
  • Genre: Homme

Posté 18 aot 2012 - 20:39

Mon premier essai de fabrication de tp
(nuts=smolderhead)
Pas trop de succes in "the states"lol
Alors qu'est ce les mangeurs de grenouilles en pensent?
S'il faut d'autres explications en francais vont suivre

http://cornmaiden.pr...play&thread=114

#258 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 15 329 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 18 aot 2012 - 21:16

Bonjour smolderhead, bienvenu sur ce forum,
… pas beaucoup de mangeurs de grenouilles à mon avis!

Les photos de ton thread illustrent une technique très intéressante.
Si tu veux bien nous en dire plus.

#259 smolderhead

smolderhead
  • Genre: Homme

Posté 19 aot 2012 - 17:05

L'idee est de mélanger l'argile avec La matiere organique avant "combustion" avec but de

1)capter le maximum de matieres carbonique qui sont dans la fumee en le faire absorber par l'argile.Ces matieres sont d'un grand diversité:goudrons,acides et alcohols,qui peuvent etre digerees en partie par les microorganismes

2)transformer l'argile en complex argilo-carbonique.En effet dans le produit final l'argile as pris un texture très different de l'argile collant brut(rouge) et resemble plutot un genre de terreau grumelau de couleur foncé.

3)Les matieres calcaire(cendres et chaux vive) ne sont pas essentiels,mais je devine qu'ils peuvent jouer un role supplementaire dans la formation des complexes et peuvent aussi capter des matieres carbonisés acides.

Les techniques de construction des tas et combustion sont pour moi sujet d'experimentation.
Ce premier essai ne c'est pas deroulé comme prevu et prochain version amélioré est projeté.

La composition de ce tas etait(estimations très grossières)
10 seaux de sciure de bois
un tas de dechets organiques(herbe et mauvaises herbes)
3 seaux d'argile sec (en forme liquide,difficil de quantifier)
1/2 seau de cendres de bois
1/2 seau de chaux vive melangé dans l'argile liquide.

trois jours de 'smoldering' de ce tas très humide

resultant en 6? seaux de produit

Dans le prochain tas je prends plus soin que la combustion se fait de l'interieur vers l'exterieur et pas l'envers comme ca se c'est passé dans ce cas et je ferais des relevés des quantités plus précises

Le but est de maximiser la quantité de produit(je n'ose pas encore appeler ca 'terra preta').par rapport au matiere organique.Dans le cas ideal il n'y a que du vapeur d'eau qui s'echappe.

Un autre sujet est encore comment proceder pour appliquer ce produit.

voila

Modifié par smolderhead, 19 aot 2012 - 17:40 .


#260 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 15 329 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 19 aot 2012 - 18:18

Merci pour ces précisions.

On imagine volontiers que plusieurs types de réactions se produisent dans le tas en combustion.
- l'argile se retrouve cuite, devenant dure comme terra cota…
- la chaux vive, éteinte par l'eau, redevient chaux vive par la chaleur…
- les matières organiques par combustion incomplète deviennent charbon et gaz carbonique…
- chaux et argiles forment plutôt une chaux hydraulique.

Ayant fait un peu d'agronomie, je n'ai pas souvenir d'un complexe argilo-carbonique, seulement d'un complexe argilo-humique qui associe l'argile, le calcium et les acides humiques et qui devient apte à retenir les ions positifs.