Aller au contenu


Photo

voir le sida autrement


  • Veuillez vous connecter pour répondre
39 réponses à ce sujet

#1 bertheletbruno

bertheletbruno

Posté 19 janvier 2007 - 17:20

Comme se plait à l'indiquer mon ami Jean Claude Roussez : “Il est temps de remettre les pendules à l'heure!”.

L'énigme du sida peut être, d'ores et déjà résolue par la plume... Si l'on accorde, à son Histoire et à la notre, un minimum d'attention, de temps, et de compréhension.

C'est au moment ou l'on s'interroge sur la conscience collective présente dans notre civilisation contemporaine sous “l'angle du sida”, que l'on se rend compte, à l'évidence, que l'acronyme “sida” se voit être communément reconnu par la majorité de la population comme un synonyme de souffrance, de maladie, de différence, de peur et de mort. C'est une réalité, une terrible réalité. Et nous en sommes tous responsable.

Et un jour, autrement ...

Nous sommes à Lyon, le 09 février 2005, je suis assis dans un fauteuil assez confortable en face de mon médecin traitant, le docteur Garnier. Cet entretien n'était pas prévu avant la fin de la semaine. A ce moment-là j'étais, depuis deux jours, dans l'attente de mes résultats de séropositivité. Le docteur Garnier me regarde, les yeux attendris par l'annonce qu'il doit me faire : “Mr Berthelet, vos tests sérologiques à VIH sont positifs. Il faut que vous vous rendiez au plus vite à l'hôpital de la Croix-Rousse, au service des maladies infectieuses et tropicales, afin de rencontrer le professeur Chidiac qui se chargera de vous expliquer, le plus clairement possible, la situation dans laquelle vous vous trouvez.”

“Quoi ! J'ai le sida !?” Sans remettre une seule seconde en question la validité de cette affirmation qui venait de résonner dans la partition de ma conscience, je prends mon téléphone portable afin de joindre la femme qui est aujourd'hui mon épouse. Elle est alors en Tunisie pour des raisons professionnelles. Je m'empresse de lui annoncer cette nouvelle, qui bouleverse aujourd'hui encore le cours de notre existence. J'organise son retour sanitaire afin d'entamer au plus vite le protocole d'analyses médicales. Je prends la route pour l'aéroport de Roissy Charles de Gaule, où j'arrive tel un zombie à une heure du matin. Nous rentrons sur Lyon immédiatement, perdus dans l'angoisse morbide qu'elle ait été, elle aussi, contaminée... par moi. Perdus mais heureux, ensemble. Le lendemain, après des heures d'une attente insoutenable, le verdict tombe : Hélène est séronégative. Je ne serai pas son meurtrier.

La suite des événements peut se résumer de la sorte : séjours au sein de services hospitaliers glauques aux couleurs ternes, visages de patients effondrés, mutilés, corps déformés, silence lancinant... de nombreuses analyses sanguines... et leurs résultats : POSITIF à DEUX tests ELISA, POSITIF à deux tests WESTERN BLOT, PCR démontrant un taux de Lymphocytes TCD4 alarmant (256), une charge virale de 116 000 copies et une candidose oropharyngée dont l'ensemble des services hospitaliers s'efforce de nier l'existence. Pour le corps médical lyonnais, la candidose reste une maladie opportuniste et non la cause de positivité de ces tests.

A entendre le professeur Chidiac, je suis en fin de vie, mon état de santé est préoccupant, et je dois au plus vite prendre du Trizivir ! D'un côté, il me conseille fermement de ne pas lire les contre-indications fournies par les fabriquants de ce produit, ni la liste de ses effets indésirables, de ne porter aucune attention à la littérature farfelue en circulation sur internet et surtout, de ne pas écouter les vendeurs de miracles !
De l'autre, il m'invite à signer un document dans lequel je l'autorise à transmettre mon dossier médical à des tiers non identifiés !... après le grotesque, là, cela devient louche...
Il insiste et conclut sur le fait que je suis “malade du sida”. Ne pas suivre ses recommandations, c'est signer mon arrêt de mort dans les six mois.

Hélène et moi sortons du cabinet abasourdis par ce discours, seuls devant cette annonce d'une proximité de la mort que nous n'avions pas prévue, ni même envisagée. Deux jeunes êtres épris l'un de l'autre, effondrés dans ce couloir de la mort menant aux portes du spécialiste lyonnais des maladies infectieuses ! Un gouffre pour la psyché ! et un effondrement...

Courage ! Elle est là !
Et elle le sera toujours, avec ses caresses, ses encouragements, son écoute, son sourire ; elle m'aime, je l'aime. Qu'importe ce qui peut arriver, nous sommes heureux. L'annonce de mon état aux différents proches nous confirme l'importance des belles rencontres de la vie.

Agir ! S'informer ! Apprendre ! Analyser !
Ce qui n'aurait dû être qu'un long et banal parcours thérapeutique se transforme très vite en une enquête terriblement passionante.
C'est Hélène qui fait la preuve du plus grand courage et de la plus simple détermination dans l'accompagnement de cette épreuve. Elle me nourrit en tout, moi, le porteur de mort, le porteur de ce virus fatal qui nous empêchera probablement de construire une famille... C'est une nouvelle expérience qui s'étiole jusqu'à cette belle soirée de printemps, où Hélène me tend un ouvrage co-écrit par Jean-Claude Roussez et Etienne de Harven, éminent anatomopathologiste et spécialiste de la microscopie électronique, qui annonce, à qui veut bien l'entendre, que le lien de causalité entre le VIH et le sida est fortement remis en question par un groupe toujours grandissant de scientifiques internationaux.

Cette lecture d'espoir me transporte jusqu'au petit matin. Je me connecte alors sur internet, dans l'intention de vérifier par moi-même le contenu des documents cités en référence dans cet ouvrage. Ce que j'y découvre est édifiant ! Les plus grands experts du monde scientifique moderne alertent la population depuis plus de 20 ans sur la non-validité des tests de séropositivité, sur leur “non-spécificité” et sur le rôle mineur tenu par le VIH dans le syndrome d'immunodéficience acquis.

Après de nombreuses heures de recherche, temps libre généreusement offert par mes employeurs,
je prends finalement la décision de mettre un terme à cette image de ma mort inéluctablement associée au sida. La rencontre avec le professeur Etienne de Harven est hautement instructive. Parmi tant d'autres informations, Etienne de Harven nous annonce que le créateur de la technique utilisée pour le décompte de ces fameux CD 4, le professeur Kary Mullis, Prix Nobel de chimie en 1993 pour la mise en place de la technique de PCR, déclare lui-même depuis 1996 que sa technique ne permet en rien de définir un diagnostic à VIH 1, VIH 2 et HVC !... Toute l'Histoire du sida serait fausse... Le sida ne serait ni contagieux, ni sexuellement transmissible... Et le VIH ne serait certainement pas à son origine...

Nos convictions profondes, à Hélène et moi, s'avèrent exactes ! Je ne suis pas malade du sida et je n'héberge aucun vilain virus s'attaquant à mon système immunitaire. J'ai une candidose oropharyngée, et c'est bien suffisant ! Je suis un nouveau “faux positif” de plus sur la liste...
J'ai juste la désagréable particularité de vouloir lutter contre l'ignorance du personnel des services de santé publique, qui veut que je sois “malade du sida”, et en aucun cas “en phase de développement d'un candida”. Je suis contraint et forcé, pour la bonne gestion de ma santé, dans le seul but d'obtenir la liberté de choix de traitement thérapeutique, de faire appel au Droit Constitutionnel, Art.3 de la Déclaration de Droits de l'Homme du 10 décembre 1948 :
“Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne ”.

J'ai bel et bien été à deux doigts de faire les frais d'une erreur d'interprétation médicale de la part des services de santé de Lyon. Ce type d'erreur dans la lecture des tests ELISA, WESTERN BLOTT et PCR continue aujourd'hui encore de se répéter et entraîne un cortège de souffrances chez des hommes, des femmes et des enfants traités chimiquement pour des maux dont la cause prétendue et non avérée se nomme sida.

J'ai réussi à me sortir indemne de cette histoire, sans subir de traitements inapropriés, j'ai soigné ma candidose et je suis dans une forme rayonnante, aux côtés de ma femme, avec qui je consacre aujourd'hui une bonne partie de mon temps à informer la population de ce qui est et restera une bourde médicale morbide passée sous silence !

Un survivant.

--
Copyright original : Bruno Berthelet
Copyright © 2000 Free Sofware Foundation, inc
59 Temple Place, Suite 330, Boston, MA 02111-1307 USA

Chacun est libre de copier et de distribuer des copies conformes de ce document, mais nul n'est autorisé à le modifier.

#2 amélie-berté

amélie-berté
  • Localisation:la rochelle

Posté 19 janvier 2007 - 18:58

mais c'est édifiant !!!
que fais-tu aux usa, bruno?

#3 Fleur de Diamant

Fleur de Diamant

    ARTISTE TALENTUEUSE

  • Membres
  • 506 messages
  • Localisation:66

Posté 20 janvier 2007 - 22:34

:euh: :???: 8)

Bravo Bruno pour ce témoignage. J'espère qu'enfin les gens prendront conscience que certaines personnes des services médicaux nous mentent. Que les médecins soignent non pas la cause, mais les symptômes, et qu'il y en a assez d'être dans le mensonge !

Bravo et merci ! ;) :calin: ;)

#4 soyez-passant

soyez-passant

Posté 20 janvier 2007 - 23:43

J'ai réussi à me sortir indemne de cette histoire, sans subir de traitements inapropriés, j'ai soigné ma candidose et je suis dans une forme rayonnante, aux côtés de ma femme, avec qui je consacre aujourd'hui une bonne partie de mon temps à informer la population de ce qui est et restera une bourde médicale morbide passée sous silence !

Un survivant.

Cependant une candidose signe un terrain toxique....et la candidose est une "stratégie" que développe le corps pour sa propre détoxication ( une des plus efficace qui soit).....alors prudence .

Je ne sais pas si tu repasseras par ici ....sinon j'aimerai bien en savoir un peu plus sur ton "parcours toxique" ....enfin si tu le connais , et si cela ne te dérange pas d'en parler .

#5 provisoire

provisoire
  • Localisation:Sud

Posté 21 janvier 2007 - 00:59

Non, franchement, c'est grave, là ! Et mon meilleur ami, mort du sida à 28 ans, et son compagnon, et un autre ami, et une autre amie, morts eux aussi... c'était quoi qui les a tués, une légende urbaine ? une mystification de la médecine ?

Il faut faire attention à la responsabilité qu'on a en véhiculant certains "témoignages". Quelqu'un a vérifié si c'était un hoax ?

Désolée, mais ça me paraît de plus en plus louche : un témoignage de 2005 avec un copyright de 2000 !

Modifié par provisoire, 21 janvier 2007 - 01:01 .


#6 cixi

cixi

    Architecte de ma vie

  • Membres
  • 3 051 messages
  • Localisation:Là où il y a de la place pour mes chaussures

Posté 21 janvier 2007 - 06:25

Mais attendez, louche peut-être, etc. etc. Mais il faut aussi le prendre pour ce que c'est. Il ne s'agit pas du témoignage d'un rescapé du Sida, mais d'un "rescapé" d'une erreur de diagnostic ou bien d'une escroquerie médicale pour tester un médoc. Ca met tout de même les choses en perspective.

Et puis quiconque s'y connait un tant soit peu sait très bien qu'il s'en faut de beaucoup pour qu'un médecin annonce que tu es en fin de vie tout simplement parce que tu es séropositif. Un séropositif peut très bien vivre de nombreuses années sans aucun symptôme. D'ailleurs on ne meurt jamais du SIDA lui-même, mais d'une autre maladie que le système immunitaire trop affaibli par le virus ne peut plus combattre.

Je me demande aussi pourquoi une analyse de sang faite pour révéler le SIDA révèlerait aussi une candidose sans qu'on l'ait demandé spécifiquement. Et autant que je me souvienne - qu'on me corrige si je me trompe - c'est une analyse des selles qui révèle beaucoup plus souvent une candidose plutôt qu'une analyse de sang.

Donc, en effet, c'est un témoignage très louche, mais pas le témoignage d'un rescapé du SIDA. C'était vu du premier coup, ca. C'est le titre du fil qui n'est pas approprié car l'article n'a rien à voir avec le SIDA en fait.

#7 soyez-passant

soyez-passant

Posté 21 janvier 2007 - 09:29

Non, franchement, c'est grave, là ! Et mon meilleur ami, mort du sida à 28 ans, et son compagnon, et un autre ami, et une autre amie, morts eux aussi... c'était quoi qui les a tués, une légende urbaine ? une mystification de la médecine ?

Il faut faire attention à la responsabilité qu'on a en véhiculant certains "témoignages". Quelqu'un a vérifié si c'était un hoax ?

Désolée, mais ça me paraît de plus en plus louche : un témoignage de 2005 avec un copyright de 2000 !

Si tes amis ont été sous traitement...ils peuvent être mort
1) du traitement lui-même
2) du traitement + "quelquechose que certains appellent sida" .
3) du traitement + "quelquechose que certains appellent sida" + diagnostic de mort .

Si tes amis n'ont pas été traités....ils ont au moins été diagnostiqués .
S'ils ne sont pas mort des effets néfastes d'un tel diagnostic on peut en effet s'intérroger sur les causes de leurs décés....qui peuvent être les mêmes que pour n'importe quelle maladie .

#8 provisoire

provisoire
  • Localisation:Sud

Posté 21 janvier 2007 - 15:57

Cixi,

il y a cependant une ambiguïté de fond dans le témoigngage qui porte effectivement sur une "erreur de diagnostic", mais glisse en même temps, même au conditionnel, un certain nombre de choses sur le sida. Je cite juste cela : "Toute l'Histoire du sida serait fausse... Le sida ne serait ni contagieux, ni sexuellement transmissible... Et le VIH ne serait certainement pas à son origine..."

Un site internet est public et peut-être lu par tout le monde, avec des degrés différents d'interprétation et de lecture. Quand je parle de responsabilité, c'est que je me demande quelles conséquences pourraient en tirer certaines personnes qui prendraient cela au premier degré sans aucun recul, et quand on sait qu'un nombre croissant de personnes ont des rapports sexuels non protégés ! C'est bien pour cela que j'insiste.

soyez-passant,

franchement, j'espère que tu n'es pas réellement conscient de ce que tu as écrit. Mes amis sont de vraies personnes. Quand on a accompagné quelqu'un pendant des années, depuis le moment où il a appris sa séropositivité jusqu'au moment de sa mort, quand on a suivi l'évolution de la maladie, et comment il était accompagné médicalement, on peut difficilement en rester à cette vision simpliste. Ce que tu écris est tout simplement choquant.

#9 hum

hum
  • Localisation:gard

Posté 21 janvier 2007 - 19:51

Toute l'Histoire du sida serait fausse... Le sida ne serait ni contagieux, ni sexuellement transmissible... Et le VIH ne serait certainement pas à son origine...


ATTENTION !!!

je n'ai aucune compétence en médecine mais avant de croire à ce type de déclaration, mieux vaut bien se renseigner !!!

il y a pas mal de jeunes dans mon entourage, certains son influençables et pourraient aprés lecture commettre la grosse erreur de se passer de préservatifs!!!

Quelle est la position des responsables de ce forum ?

A mon avis, à la lecture de tels propos il y a mise en danger de la vie d'autrui.

#10 soyez-passant

soyez-passant

Posté 21 janvier 2007 - 19:55

soyez-passant,

franchement, j'espère que tu n'es pas réellement conscient de ce que tu as écrit. Mes amis sont de vraies personnes. Quand on a accompagné quelqu'un pendant des années, depuis le moment où il a appris sa séropositivité jusqu'au moment de sa mort, quand on a suivi l'évolution de la maladie, et comment il était accompagné médicalement, on peut difficilement en rester à cette vision simpliste. Ce que tu écris est tout simplement choquant.

Cher provisoire , sache que je ne t'ai pas attendu pour connaître la souffrance humaine .

Cependant je ne vois pas ce qu'il y a de choquant à analyser avec lucidité toutes les hypothéses possibles.

Par contre se voiler la face et ne retenir que les hypothéses qui nous arrangent !!! comment appelles tu cela ?

En tout cas tu n'as pas répondu à ma question.....que je peux reformuler comme cela :
<< De quoi souffraient tes amis avant d'être diagnostiqués séro+ et d'être traiter ?>>

#11 cixi

cixi

    Architecte de ma vie

  • Membres
  • 3 051 messages
  • Localisation:Là où il y a de la place pour mes chaussures

Posté 21 janvier 2007 - 21:03

Toute l'Histoire du sida serait fausse... Le sida ne serait ni contagieux, ni sexuellement transmissible... Et le VIH ne serait certainement pas à son origine...

ATTENTION !!!

je n'ai aucune compétence en médecine mais avant de croire à ce type de déclaration, mieux vaut bien se renseigner !!!

il y a pas mal de jeunes dans mon entourage, certains son influençables et pourraient aprés lecture commettre la grosse erreur de se passer de préservatifs!!!

Quelle est la position des responsables de ce forum ?

A mon avis, à la lecture de tels propos il y a mise en danger de la vie d'autrui.

On peut trouver des affirmations controversées et farfelues sur le SIDA partout, sur internet et également dans des bouquins très sérieux. Tu en enlèves 5 et il en refleurit 10.

Il faut espérer que les "jeunes influençables" qui savent rechercher et trouver des renseignements sur le SIDA sur internet savent aussi faire la part des choses dans les textes qu'ils y découvrent au fil des sites. Pour celui-ci, je pense qu'il a déjà été suffisamment controversé en quelques messages pour que personne ne s'y fie. Tu ne crois pas?

#12 libertie

libertie
  • Genre: Femme
  • Localisation:au bout de mon coeur

Posté 21 janvier 2007 - 21:22

je vous invite à lire les différents posts qui traitent de ce sujet: Synthèse sur le SIDA

Edit EcliptuX : lien modifié

#13 soyez-passant

soyez-passant

Posté 21 janvier 2007 - 23:25

Personnellement je ne sais pas quel rôle joue "exactement le VIH dans la genése du SIDA....mais ce dont je suis convaincu c'est que l'affirmation VIH=Sida ne tient pas la route ....Montagnier lui-même affirmerait qu'il y a des cofacteurs ....c'est d'ailleurs le cas pour toutes les maladies .

Il y a ausssi fort à penser que les premiers traitements proposés aux séropositifs étaient trés nocifs , au point d'être plus mortels que le Sida lui-même .
Maintenant que l'on ne me fasse pas dire ce que je n'ai pas dit ...je ne dis pas aux séroposifs de ne pas se faire soigner....mais je ne dis pas non plus le contraire .

#14 lady_lounamaya

lady_lounamaya
  • Localisation:Quebec
  • Intérêts:La terre, les chevaux, l'amménagement forestier, la nature dans le fond je pourrasi dire tout ce qui touche a la nature et son respect.

Posté 22 janvier 2007 - 04:01

Je veux juste rajouter ceci, que vrai ou pas l'histoire du SIDA on ne sais plus rien finalement qui croire ou ne pas croire l'histoire de tout ça est pour moi tout aussi plausible des 2 côtés car il n'y à rien de prouvé encore. Et pour le CONDOM et bien je dit continuons de le porter il y a beaucoup d'autres maladie qui méritent bien son utilisation, certaines de ces maladies ne sont peut-être pas mortel, comme l'herpès mais qui n'est surement pas très plaisante de se ramasser avec des gales et bobos sur les parties intimes ou bien la syphillis qui peut être en latence pendant des années et faire des gros problèmes.

En un mot, peut m'importe la légende du SIDA je considère qu'il faut continuer à se protéger quand même il y a bien trop d'autres cochonneries pas plus plaisantes qui peuvent se propager lors des relations.

#15 soyez-passant

soyez-passant

Posté 22 janvier 2007 - 09:07

Entiérement d'accord pour l'usage de la capote ....pour toutes les raisons que tu as citées...et pour d'autres encore .

#16 EcliptuX

EcliptuX
  • Genre: Homme
  • Localisation:sur Terre
  • Intérêts:la Vie et les gens :)

Posté 23 janvier 2007 - 00:29

Quelle est la position des responsables de ce forum ?

Ma position au sujet des préservatifs est on ne peut plus claire : il est important de les utiliser pour se préserver des éventuelles MST.
Ma position au sujet du lien entre le VIH et le SIDA est la suivante : il y a maintenant plus de 2000 scientifiques dans le monde a avoir ouvertement émis des doutes sur le dogme "VIH=SIDA". De plus mon opinion a été forgée par de nombreuses rencontres et lectures sur le sujet, notamment via le forum d'Onnouscachetout.com.
S'il y a des informations pertinentes sur mon premier site, c'est certainement celles qui concerne la dissidence du SIDA. Nous avons l'opportunité sur Onnouscachetout.com, d'avoir des membres très compétents sur le sujet qui font un énorme travail de vulgarisation sur le sujet.
L'ensemble de ce qui a été dit a été compilé dans une sorte de grosse synthèse (rapporté à juste titre par Libertie un peu plus haut).
Avant de venir crier au scandale, à l'irresponsabilité de ceux qui sortent un peu du droit chemin de par leur propos (et expérience), je vous invite tous à lire au moins cette synthèse, ne serait-ce que pour mieux vous forger votre propre opinion.

Merci :euh:

#17 Cassandre

Cassandre

    cagaira professionala

  • Membres
  • 475 messages
  • Localisation:Toulouse

Posté 25 janvier 2007 - 02:20

Ouais, on n'a pas évoqué ce qui m'intéresse le plus dans cette histoire…

Elle me nourrit en tout, moi, le porteur de mort, le porteur de ce virus fatal qui nous empêchera probablement de construire une famille...


C'en est où, ça ? :euh:

#18 bertheletbruno

bertheletbruno

Posté 02 fvrier 2007 - 11:50

sida et "faux-positif", une nouvelle vie

"La science ne cherche pas à énoncer des vérités éternelles ou des dogmes immuables ; loin de prétendre que chaque étape est définitive et qu'elle a dit son dernier mot, elle cherche à cerner la vérité par approximations successives."
(Bertrand Russell / 1872-1970 / ABC de la relativité)

Que ceux à qui l'on a dit qu'ils étaient atteints par le terrible syndrome d'immunodéficience acquise ou qui ont été testé séropositifs reprennent espoir.


Sans être un professionel de la santé, je voudrais vous faire la recommandation suivante, basée sur la logique et le bon sens...

On vient de vous annoncer un diagnostic de sérologie positive aux tests ELISA, WESTERN BLOTT avec un grand renfort de PCR. Pas de panique, avant de tirer toute conclusion hâtive, voici une mesure d'anamnèse simple qu'il est possible d'entreprendre avec votre référent médical si celui-ci fait encore preuve d'esprit de synthèse, de scepticisme et de pragmatisme intellectuel. Si ce n'est pas le cas, une idée en passant, changez de praticien!


Aviez-vous une ou plusieures de ces conditons déclarées avant le test, parmi la liste suivante :

(Liste non exhaustive en date du 25 Janvier 2007)

Acidose lactique
Anémie
Anémie à cellule falciforme
Angiomatose bacillaire
Anticorps contre les antigènes des lymphocytes T
Anticorps antimembrane cellulaire
Anticorps anti-microsomes
Anticorps anti-nucléaires
Anticorps anti-lymphocyrtaires
Anticorps contre certains sucres
Anticorps naturels
Arthrite rhumatoïde
Anticorps contre le tissu musculaire lisse
Anticorps IgM contre l'hépatite A
Anticorps contre les cellules pariétales
Anticorps anti-collagène
Anticorps ant HLA
Anticorps anti-mitochondriaux
Autres rétrovirus
Cancers
Candidose pulmonaire, oesophagienne, oro-pharyngée, vaginale
Choc émotionnel récent
Cholangiopathie sclérosante
Cholangite sclérosante secondaire
Cirrhose alcoolique
Cirrhose biliaire primitive
Coccidioïdomycose extra-pulmonaire
Crytococcose et hystoplasmose cutanées
Cryptococcose pulmonaire
Déficience rénale
Dermite séborrhéique
Encéphalopathie
Epstein-Barr, le virus d', Mononucléose infectieuse
Eczéma
Fièvres
Fièvre-Q avec hépatite asociée
Folliculite à pityrosporum ovale
Gingivite
Hémodialyse
Hémophilie
Hépatite
Herpès
Histoplasmose hépatique
Homosexualité réceptive
Hyperbilirubinémie
Hypergammaglobulinémie
Hyperlipidémie
Hyperviscosité sanguine
IgM contre les globules blancs
Immunisation passive par gammaglobulines ou immunoglobulines
Infections des voies respiratoires supérieures (rhume ou grippe)
Infections virales diverses en cours
Infections ou vaccinations récentes
Insuffisance rénale
Insuffisance rénale avec hémodialyse
Leishmaniose viscérale
Lèpre
Leuco-encéphalite multifocale progressive
Leucoplasie chevelue de la langue
Lupus érythomateux systémique
Lymphadénopathie généralisée persistante
Lymphome
Lymphomes malins non hodgkiniens
Maladies autoimmunes
Maladie de Hodgkin
Maladie de Kaposi
Malaria
Malnutrition, carences multiples
Méningite à cryptocoques
Méningite lymphocytaire
Multiparité
Myélome multiple
Mycobactéries aviaires
Mycoses diverses
Myopathies
Neuropathie démyélisante, périphériques
Neutropénie
Pancréatite
Péliose hépatique
Polynévrite sensitive
Pneumocystose pulmonaire
Pneumonies bactériennes récidivantes
Pneumopathie interstitielle à cytomégalovirus
Prise de stupéfiants
Prurigo
Psoriasis
Purpura
Rétinite à CMV
Ribonucléoprotéines humaines normales
Salpingite
Sclérose en plaques
Septicémies récidivantes à salmonelles
Stress
Strongyloïdose
Syndrome de Guillain-Barré
Syndrome de Stevens-Johnson
Syphilis
Traitement à l'interféron de patients hémodialysés
Thrombopénie
Toxoplasmose pulmonaire, cérébrale
Transfusion sanguine
Transplantation d'organes
Tuberculose
Vaccination anti-grippale
Vaccination anti-hépatite B
Vaccination anti-tétanique
Végétations ano-génitales à papillomavirus
Verrues vulgaires ou à molluscum contagiosum
Xérose
Zona

Si oui, il est raisonnable de penser, avant tout "scénario catastrophe", que c'est bel et bien cette condition qui a provoqué un éventuel résultat "faux-positif" et non une prétendue infection à VIH. Prenez en compte la pathologie initiale, traitez la avant d'envisager tout traitement à base de chimiothérapie(AZT, inhibiteurs de protéase, de transcriptase inverse etc). C'est un principe de précaution, ad rem et sage, qui s'est révélé salvateur dans de multiples cas.

Toutes ces affections médicales sont susceptibles d'expliquer le taux élevé d'anticorps que l'on vient de déceler chez vous. N'oubliez pas que les tests que l'on vient de vous faire subir démontrent uniquement un taux élevé d'anticorps. Ils ne démontrent pas l'hypothétique présence d'un virus tel que le prétendu VIH. En outre, les anticorps révélés par ces tests n'ont aucune spécificité qui puisse permettre de faire un diagnostic précis. Enfin, on n'est pas "malade" parce que l'on a des anticorps dans le sang! C'est normal, et c'est même, le plus souvent, une fort bonne chose!"

Si votre praticien de référence n'a pas pris le temps de lire la liste des conditions déclarées par les fabriquants de tests comme source de "faux-positifs", donnez lui.

Premium non nocere

NB : anorexie, cachexie, vomissements, fatigue, fièvre, insomnie, maux de tête, nausées, perte de l'ouïe, perte de conscience, pertes de mémoire, problèmes visuels, hématomes, manque de souffle, sécheresse de la bouche, sudation excessive, toux, ulcères buccaux et bien d'autres encore ne sont pas des symptomes exclusifs d'une prétendue infection à VIH. Soyez vigilant ! Informez vous.

Un conseil prudent : renforcez votre “terrain”, avant d'envoyer l'armée.

Un témoignage éclairé : "Pour moi, l’autre vision du sida, c’est apprendre à être critique, pour réellement prendre des décisions pour moi, plutôt que de laisser la société, un médecin, une compagnie pharmaceutique me dire ce qui est le mieux pour moi ; de réellement considérer toutes les options et de vivre sur ce que je sens juste en moi, de ne pas prendre des décisions basées sur la peur et la mort, mais plutôt de prendre des décisions basées sur la vie."

--
Copyright original : Bruno Berthelet - 2007 - V0.3 version de travail
Copyright © 2000 Free Sofware Foundation, inc
59 Temple Place, Suite 330, Boston, MA 02111-1307 USA

Chacun est libre de copier et de distribuer des copies conformes de ce document, mais nul n'est autorisé à le modifier.

#19 wather

wather
  • Localisation:Paris
  • Intérêts:Etude des découvertes innovantes en matière de santé.

Posté 29 mars 2009 - 13:25

Encore un nouveau témoignage d’une de mes ex au Cameroun :

A l’époque elle n’avait dit être séropo au VIH.

Je lui avais expliqué que (30 kilos de réf. Bibliographique scientifique à l’appui) les tests Élisa et Western Blot ne testent rien du tout, si ce n’est le niveau de Stress Oxydatif.

Et encore plus comique : La plupart des séronégatifs (j’ai bien dit séronégatifs au HIV) ont une charge virale assez importante, qui va parfois jusqu'à 100 000 copie de virus imaginaire au cm3

Je lui avais dit déjà à l'époque que le virus HIV n'est rien d'autre d'une erreur scientifique et une fraude de Robert Gallo.


Elle avait finalement suivi mon conseil de l'époque alors qu'elle croyait initialement avoir le virus.

Elle avait refait le test ((il faut toujours dire qu’on a eut un seul partenaire avec capote avec dans sa vie à l’entretien préalable au dépistage HIV, si la couleur des bandes est indéterminée, ils trancheront négatif au HIV, ce qui les évitera de vous traiter de menteur.))

et le second test à été !!!!!!!
négatif ;->

Je lui avais dit de refaire le test que dans une période ou elle se sentait en grande forme, et ne surtout pas boire d’alcool et de ne pas prendre de médicaments avant la prise de sang

Elle a refait si vie.

Elle vient d'avoir un enfant.

J’ai su ça ce mois ci par l’intermédiaire d’une de ses cousines.

Elle aurait pu me dire merci.


Un témoignage de plus qui confirme que le HIV est l’erreur médicale du siècle.


Bruno je t’admire pour témoigner à visage découvert ;->


Une citation pour finir :
‘Répétez un mensonge un certain nombre de fois et il deviendra vérité.’ Lénine
C’est ce que font les média, en répétant comme un mantra
HIV --> SIDA
et ca marche très bien :-< auprès des blaireaux.

#20 snif

snif
  • Localisation:france

Posté 29 mars 2009 - 13:31

ca veut dire que si on persuade quelqun qui a le sida apres avoir fait des tests qui se sont révélés positifs pour x raisons, la personne va développer elle meme une maladie ? et la meme pour tous ?