Aller au contenu


Photo

Cultiver des champignons

culture champignons étapes

  • Veuillez vous connecter pour répondre
33 réponses à ce sujet

#21 Anonimo

Anonimo

    Bricoleur autonome

  • Membres
  • 1 615 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Ztigania-celtika
  • Intérêts:Les plus divers, mais avant tout l'humain et l'environnement

Posté 03 janvier 2015 - 16:57

Intéressant ce topic, moi qui aime ça, mais n'y connait rien!!Il en pousse dans mon jardin et je sais que certains sont comestibles, mais j'ai la trouille! 

Mais qu'il y a t-il dans les seringues Floyd?


Modifié par Anonimo, 03 janvier 2015 - 16:58 .

  • Lorrinepr aime ceci

#22 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 14 364 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 03 janvier 2015 - 17:13

Les seringues sont un moyen pratique et très peu couteux, tout en étant aseptisé, de transporter sous forme liquide, un milieu de culture contenant des spores ou des brins de mycélium issus de culture.

Autrefois on commercialisait du "blanc" sous forme de pain.



#23 _khalil_

_khalil_

Posté 03 janvier 2015 - 17:55

obtention du mycelium pour les plus doués....  http://champignonsco...spores-mycelium

 

le shiitake excellent champignon au point de vue nutrition....http://www.rustica.f...z-soi,3194.html



#24 _khalil_

_khalil_

Posté 04 janvier 2015 - 11:48

mettre le champignon au coeur de l'humain : une jeune entreprise belge valorise le marc de café....

http://www.permafung...jet.php?lang=fr



#25 labeille

labeille
  • Genre: Femme
  • Localisation:Midi pyrénée

Posté 04 janvier 2015 - 13:51

si je me trompe, les champignons stockent bien les métaux lourds et la radioactivités etc.

le café ne m'inspire pas "confiance".

merci pour les liens khalil



#26 boblebricolo

boblebricolo
  • Genre: Homme

Posté 04 janvier 2015 - 16:15

Excellente suggestion Floyd. Grace à ton lien ca m'as donné envie de m'y mettre.
A coté de chez moi j'ai trouvé des seaux tout prêt de pleurottes pour une 1ere approche.
Quant à la culture sur café, avec les quantités que j'en bois ca serait la corne d'abondance
Je teste çà et donnerais mes 1er résultats

#27 DzC

DzC
  • Genre: Homme
  • Localisation:Est

Posté 04 janvier 2015 - 16:58

les coprins chevelus appreciant la presence d excrements, il y a peut etre moyen d en cultiver avec l aide de crotin ou de compost de TS ?

 

Au milieu de cette page web, les arbres et les champignons qui cohabitent bien : http://mycologia34.canalblog.com/



#28 DzC

DzC
  • Genre: Homme
  • Localisation:Est

Posté 18 avril 2015 - 11:44

trouvé sur un post tout frais sur OPLF :

 

http://www.masdelaul...es-champignons/

 

qqun a réussi les morilles ?

 

A propos yenrna par chez vous ? Ici c est tres sec...



#29 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 017 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 28 aot 2015 - 13:57

La page sur la culture des morilles que j'avais mise en lien en 2008 ayant disparu, en voici une partie gardée dans mes archives :
 

 

Culture et utilisation de la MORILLE.


Par sa forme particulière, la morille ne peut être confondue avec un autre champignon.
Le chapeau de la Morille présente l'aspect d'une éponge grossière, avec des cavités irrégulières et enchevêtrées, de couleur blonde, grise, fauve, brune ou noire.
Ce chapeau est porté par un pied tubulaire, blanc, irrégulier, sortant à peine ou s'élevant de quelques centimètres pour traverser parfois un lit de mousse ou de feuilles.

150828023745444023.jpg


La méthode de culture est simple.
Comme base de culture, opérer sur une plate-bande d'Artichauts eu, à défaut, une culture de Topinambours, mais le Topinambour présente un inconvénient, celui d'avoir des racines trop profondes.
Si le terrain est sec, l'arroser plusieurs fois, pendant l'été, avec de l'eau dans laquelle on a lait dissoudre du salpêtre, à raison d'une poignée pour un grand arrosoir.
Jeter ensuite sur le terrain des Morilles fraîches, de préférence à des sèches: 8 ou 10 Morilles suffisent pour 30 ou 40 mètres.

En automne, avant de couvrir les Artichauts, répandre uniformément autour des pieds et sur une épaisseur de 1 centimètre environ du marc de pommes provenant de la fabrication du cidre.
Étendre ce marc en l'égalisant à l'aide d'un râteau.
Laisser en repos une semaine ou deux, ensuite recouvrir non d'engrais, ni de paille, mais avec une couverture de feuilles sèches en excluant les larges feuilles, telles que les feuilles de Platane.
Maintenir cette couverture au moyen de branches pour éviter qu'elle ne soit enlevée par le vent.

Au début d'avril de l'année suivante...
... enlever les branches et une partie des feuilles, mais laisser suffisamment de couverture pour entretenir une légère humidité.
Les Morilles apparaissent vers le 15 avril et jusqu'au 15 ou 20 mai.
On les récolte quand elles sont de moyenne grosseur.
Pour prolonger la production, arroser avec de l'eau salpêtrée ou en abritant le terrain au moyen de toiles humides placées à 20 ou 30 centimètres au-dessus du sol.
Renouveler, chaque année, la couverture de marc de pommes et de feuilles sèches.
La production devient de plus en plus abondante durant plusieurs années.
Nous avons vu récolter, dans une plantation d'Artichauts occupant 6 mètres sur 1 m. 60, 300 belles Morilles, et sans grand frais, comme en le voit, par cette méthode de culture.

 Xavier FAUCILLON - 29 Juillet 1951


--------

Attention la morille ne doit en aucun cas être consommée crue ou insuffisamment cuite.
Elle contient en effet une toxine entraînant un syndrome hémolytique (destruction de globules rouges).
Une consommation répétée de champignons frais peut aussi provoquer quelques troubles gastriques.
En cas de récolte abondante, il est préférable de faire sécher une partie de cette récolte, d'autant que la dessiccation élimine la toxine contenue dans les champignons frais.
Ces réserves faites, la morille est un excellent champignon qui, lorsque la récolte est peu copieuse, sera parfait pour confectionner une omelette aux morilles ... "

 



#30 DzC

DzC
  • Genre: Homme
  • Localisation:Est

Posté 21 octobre 2015 - 19:13

Suis interessé par un troc (ou achat) de champignons de culture.



#31 DzC

DzC
  • Genre: Homme
  • Localisation:Est

Posté 01 mars 2016 - 19:25

J ai testé la culture de pleurottes mais resultats tres moyens.

Et vous ?



#32 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 017 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 18 mars 2016 - 10:21

Je n'ai jamais essayé mais tu trouveras peut-être ce qui cloche grâce à cet article :
 

Ma visite des installations de Bio-Champi remonte à octobre 2010. Cette journée m'a laissé des souvenirs vifs et précis. Je m'étais glissée dans la visite normalement réservée aux adhérents de l'AMAP de La Riche-en-bio. Je les remercie à nouveau de m'avoir tolérée, avec mon appareil photo et mes questions incessantes ! Bio-Champi fournit régulièrement l'AMAP en pleurotes du panicaut, un champignon rare et extraordinairement délicieux que la société est seule à produire en bio en France.  C'est ainsi que Monsieur Zhang nous avait invités, un samedi quand tout y était calme. La pluie ruisselait le long des vitres de la voiture. Nous nous sommes arrêtés à l'entrée barricadée d'un ancien terrain militaire, avec porte automatique, guérite, barbelés le long de la clôture (là, j'invente peut-être...). Monsieur Zhang nous a conduit jusqu'à l'un des bâtiments en béton du site. Les seuls détails colorés dans ce paysage gris et sinistre : des fleurs et les légumes cultivés autour du bâtiment. C'est bien connu : le substrat de champignons fournit le meilleur des composts pour le jardinage !
Mr Zhang est docteur en microbiologie. Avec sa blouse blanche, sa passion des champignons et de la médecine, il se présente bien plus comme un scientifique que comme un agriculteur. Sa bibliothèque croule sous les ouvrages en anglais sur la composition chimique des champignons médicinaux et leurs effets attestés sur la santé. Mais je n'oublie pas que chercheurs et agriculteurs m'ont souvent impressionnée par leur goût commun de l'expérimentation systématique.
Revenons à nos panicauts : Mr Zhang a réussi à importer des techniques japonaises de culture de champignons, tout à fait inédites en France. Mais aussi à réaliser d'importants investissements pour automatiser une partie du processus. Et à "apprivoiser" la reproduction parfois délicate de souches presque inconnues chez nous, en sélectionnant celles qui donnent les meilleures teneurs en polysaccharides ou nutriments intéressants d'un point de vue thérapeutique.
Où l'on découvre que densité nutritionnelle et saveurs vont à nouveau de pair : les champignons ne sont jamais arrosés. Ils sont d'ailleurs secs et fermes et rendent étonnamment peu d'eau à la cuisson : rien que du goût. 

72278993_p.jpg 72279062_p.jpg 72279090_p.jpg

Nous voici dans la première grande salle. Des centaines de caisses en plastiques bleues, remplies de pots en plastiques identiques, sont empilées sur des chariots à roulettes. 
La première machine remplit les pots de substrat. C'est un mélange maison de matériaux végétaux achetés aux alentours et bien sûr non traités : sciure, chanvre et son de blé.
Les pots sont ensuite recouverts d'un couvercle spécial, puis stérilisés à 100 °C pendant 12 h à l'autoclave.
Des pots et des couvercles, il y en a des centaines de milliers. Pourquoi des pots en plastique ? Habituellement, en France, le substrat est composé d'un mélange de compost et de paille et conditionné dans des sacs en plastique souple. Ces sacs ont deux inconvénients : ils sont jetés en fin de culture (et difficile à dégrader). Mais surtout, ils ne supportent pas les températures élevées. Pour les champignonnistes conventionnels, ce n'est pas si grave : le substrat est pasteurisé (à une température plus basse) et stérilisé par des produits chimiques, pour éliminer tout risque de contamination du substrat et pour laisser place nette au champignon désiré. Ici, la stérilisation est obtenue uniquement par le traitement thermique à l'autoclave. En fin de culture, les récipients seront vidés du substrat par une autre machine, puis remis dans le circuit, de façon tourner ainsi 4 à 6 fois par an depuis des années.
J'en profite pour souligner : la méthode de stérilisation du substrat est l'une des différences majeures entre culture bio ou conventionnelle des champignons.
Nos fameux pots, plus petits que les sacs de paille, plus légers et plus résistants que des récipients en verre, sont aussi conçus pour être manipulés en nombres de façon efficace. Car ils vont maintenant transhumer d'une pièce à l'autre, en un imposant troupeau de 2800 têtes.

72280780_p.jpg 72280898_p.jpg

Je n'ai pas conservé de photo du la salle blanche. Imaginez une pièce vide et immaculée, avec une paillasse de labo. En production, on n'y entrerait qu'après une douche et toutes les précautions nécessaires. Ici, les semences (le "mycellium primaire") sont inoculées dans le substrat stérile, pot après pot. Un travail de fourmi qui occupe 2 à 3 personnes pendant environ une heure. 
Puis, c'est le temps de l'incubation. Dans un long tunnel opaque et chauffé à 20°C, le champignon se développe et remplit tout le pot. Aucun "champignon" n'est visible : ni pied, ni chapeau. Mais si on soulève le couvercle, on aperçoit maintenant que le substrat est entièrement envahi d'un mycelium duveteux et blanc. Après un mois de ce confinement douillet, c'est parti pour la pousse. Direction le bâtiment voisin.
C'est une ancienne chambre froide militaire et monumentale : pas très glamour, mais les murs sont très épais et il est facile de contrôler la température et l'hygrométrie. Une partie de la production est aussi envoyée vers des caves de tuffeau de la région.
Ici, il y a 500 m2 d'étagères. Le régime des champignons : de l'oxygène, de la lumière et une température moins chaude : l'automne, quoi... Encore 3 semaines et l'équipe pourra récolter les champignons. Sur les étagères inclinées poussent les plus grands spécimens. Sur les étagères à l'horizontale, ce sont plutôt les petits champignons en touffe qui sont recherchés.

72281105_p.jpg


Le récit complet :http://construireave...hampignons.html



#33 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 017 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 18 mai 2017 - 14:38

Une expérience particulièrement intéressante me semble utile à lire avant de planter des chênes truffiers :
 

Plantation en mixte
par nina_wollner

Une des particularités de notre plantation est l’installation d’arbres « mixtes », c’est-à-dire deux arbres à feuillages différents (caduc et persistant) plantés à très peu de distance (30-50 cm). Nous avons expérimenté plusieurs mélanges : chêne vert/noisetier colurna, chêne vert/chêne chevelu, chêne liège/chêne chevelu etc.
En ce qui concerne le résultat de cette mixité, laissons parler les chiffres : nous avons sur la partie de plantation de 1997, 85 « couples » d’arbres mixtes, chênes verts avec noisetiers colurna. A 7 ans, 42 de ces « couples » (donc 49%) étaient déjà producteurs de truffes. Les meilleurs résultats se trouvent sur les parcelles avec un sol acide (pH 5,5 à 6) avant amendement, avec un résultat allant jusqu’à 81% de taux de production ! (Pour les sols acides, voir également l’article de Pierre Sourzat sur la page « Plantation pilote »). D’ailleurs, c’est sur les arbres mixtes que nous avons récolté les premières truffes de la plantation, le noisetier avait 4 ans de plantation, le chêne vert 3 ans ! Sur cette même partie de plantation, sur les arbres plantés seuls (chênes verts et chênes kermès), nous étions loin de ce taux de production.

Par la suite, nous avons continué à planter en mixte et les meilleurs résultats se trouvent sur les « couples » chêne vert / chêne chevelu, autant en précocité qu’en quantité et taille des truffes. La question qui se pose souvent est la suivante : les arbres ne vont-ils pas se gêner en poussant ? Non, la nature est bien faite, les arbres poussent en se dirigeant naturellement en « V ». Vous avez ci-dessous 2 exemples de chênes verts avec chêne chevelus, ici 8 ans après la plantation. Dans le premier cas, les 2 plants étaient dans le même godet en pépinière, donc plantés ensemble distancés de 3 cm ! Dans le deuxième cas,nous avons planté 2 plants à 20 cm de distance.

mixte2.jpg mixte1.jpg
 
Nous avons également pu constater ce phénomène sur les plantations que nous avons pu visiter chez nos clients ailleurs en France ; ceux qui ont tenté l’expérience ont récolté les premières truffes sur des emplacements mixtes, parfois seulement 3 ans après plantation. Lors de nos visites sur les plantations, nous avons régulièrement pu constater qu’un arbre qui a commencé sa production de truffes avant les autres, avait en fait un autre arbre avec un feuillage différent poussant spontanément sur le même emplacement, souvent ignoré par le trufficulteur.
 
Quand a la durée de production de ces « mixtes », nous n’avons pas encore assez de recul sur notre plantation qui date au plus ancien de 1995 et qui est en pleine production. Cependant, des trufficulteurs d’âges honorables nous ont indique que, sur des vielles plantation où les arbres seuls ne produisaient plus, les arbres mixtes continuaient à produire.
L’explication de cette réussite des « mixtes » reste encore à approfondir. Nous pensons que ces deux systèmes racinaires différents plantés ensemble permettent d’atteindre plus rapidement les conditions optimales et l’équilibre recherché pour la fructification de la truffe. Au niveau des feuillages il y également une différence en ce qui concerne, entre autres, l’évapotranspiration. En tout cas, les résultats sont là et nous pensons cette particularité est une piste à explorer afin d’augmenter la production dans nos truffières.
Dernier mis au point suite à des nombreuses remarques comme « c’est intéressant pour le pépiniériste, il vend 2 fois plus de plants ». C’est pas notre but !  La plantation en mixte vous permet d’obtenir un meilleur résultat sur une surface de plantation inférieure ! Donc économies en : achat de terrain, surface de travail, installation de clôtures, irrigation etc. Il n’est pas question de planter plus de plants mais la même quantité de plants sur une surface inférieure. Plantez moins mais plantez mieux !


L'article complet avec d'autres photos : http://pepiniere-wol...ation-en-mixte/



#34 DzC

DzC
  • Genre: Homme
  • Localisation:Est

Posté 18 mai 2017 - 18:10

experience en cours avec Shitake sur chene, sur paille et sur paille/sciure de chene.

 

170518073404304424.jpg

 

Qqun a deja essayé ?





Aussi étiqueté avec culture, champignons, étapes