Aller au contenu


Photo

Réintroduction de l'ours et d'autres espèces


  • Veuillez vous connecter pour répondre
8 réponses à ce sujet

#1 EcliptuX

EcliptuX
  • Genre: Homme
  • Localisation:sur Terre
  • Intérêts:la Vie et les gens :)

Posté 14 octobre 2007 - 00:16

Venez réagir à l'article Réintroduction de l'ours et d'autres espèces : Faut-il crier au loup ? à la suite de ce topic.
  • Brantpl aime ceci

#2 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 15380 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 20 septembre 2008 - 20:05

Et dire que ce topic était là, en friche, depuis un an bientot.
… et le lynx déjà oublié?

#3 dani de Marseille

dani de Marseille
  • Localisation:Mars

Posté 21 septembre 2008 - 16:30

Bonjour ;

Dans les Asturies en Espagne :

1/ les battues aux sangliers sont strictement interdites ;

2/ les parties de chasses se déroulent en présence d'un agent de la chasse et forêts ;

3/ il n'y a pas d'élevages intensif de plusieurs milliers de têtes de brebis comme chez nous .

Le problème en France :

Les chasseurs représentent une force politique difficilement controlable , y a qu'à voir pour la chasse à la palombe souvent ça tire en dehors des périodes légales et jamais de verbalisations . Les chasseurs qui tuent des espèces protégées ne sont jamais sanctionnés , l'exemple des ours dans les Pyrénées est frappant : non lieu pour le tueur de cannelle la dernière représentante de souche Pyrénéenne tuée aprés une longue traque . Il faut savoir que l'ours sent l'homme et ses chiens à plusieurs kms de distance et que cette ourse était suité d'un ou deux oursons donc sa traque fût forcément délibéré à savoir que les associations qui suivent l'ours dans les Pyrénées avaient avertis les autoritées et les fédérations de chasse de la présence de l'ourse et son petit dans le secteur .

Et la réintroduction de l'ours alors ? la question ne se poserait même pas si on prenais exemple sur les Espagnols chez qui les chasseurs respectent la loi et l'Etat la fait respecter à la lettre ce qui n'est pas le cas en France , ce qui fait qu'il y a 200 à 250 ours sauvages dans les Asturies , les gens et les bergers vivent avec l'ours et pas contre l'ours depuis trés longtemps et d'ailleurs eux-même ne comprennent pas le remue-ménage qu'il y a ici en France concernant cette question de l'ours et de la gestion des espèces sauvages en général .

Modifié par dani de Marseille, 21 septembre 2008 - 16:31 .


#4 _strychnine_

_strychnine_

Posté 21 septembre 2008 - 16:41

Sur ce coup Dani :puni: :tresfache:

#5 ambel

ambel
  • Localisation:Diois

Posté 21 septembre 2008 - 19:42

Bonjour à tous

Sur le massif du Vercors, j'ai assisté à 3 réintroductions.
La marmotte d'abord, réintroduite sur le nord du massif : Vercors Isère. Cette opération avait pour but de renforcer la population locale et a permis à de nombreuses marmottes de continuer à vivre alors que leur territoire allait être ennoyer lors de la mise en eau du barrage hydro-nucléaire de Grand-Maison.
On peut dire que maintenant, tout baigne pour les marmottes.

Le Bouquetin fut réintroduit plus tard sur le Vercors Drôme. Une autre opération dans le Vercors Royans a suivi. Pas de soucis pour cette espèce qui avait, rappelons le, complètement disparu de France. Les bouquetins Français sont tous des descendants de bouquetins Italiens sauvegardés dans la chasse royale du grand paradis.

La dernière réintroduction fut celle du vautour fauve.
Le processus de réintroduction doit beaucoup des expériences réussies dans les cevennes et ailleurs.
Faut il là crier aux loups devant la modification des moeurs de ce grand volatile observée dans les Pyrénées?
En effet certains articles de journaux parles d'attaques de vautour sur du bétail vivant alors que tout le monde le croyait charognard.
Y'a-t'il là une instrumentalisation ?
Un vol de vautour a-t'il apeuré une bête au point de la faire dérocher?
Je n'en sais rien mais ce que je sais c'est que le vautour n'est pas équipé pour faire de la prédation.

Le dernier animal sauvage qui fait parler de lui ces derniers temps ici haut est le loup.
Son retour est naturel.
J'ai le "triste privilège" d'habiter le seul département où un tir sélectif fut autorisé par le préfet... importance des lobbies ???

L'introduction du mouflon n'a pas forcément été une réussite ... sauf du point de vue des chasseurs.
L'introduction de cerf "sika" a été un gros FLOP! et c'est tant mieux... Manquerait plus que le daim... :tresfache:
Le lynx est toujours présumé présent mais sans preuve.
Cette présomption de présence sur le massif voisin, la Chartreuse, s'est transformé en certitude avec la capture de l'un d'eux lors d'une opération de suivie du chamois.
La préservation d'une espèce comme le chamois est passée sur le Vercors, par une interdiction de chasse pendant + de 10 ans. Mesures qui avec la préservation des milieux sont plus efficaces que nombres d'opérations de réintroduction.

Alain

#6 FP44

FP44
  • Localisation:St genest lerpt (42)

Posté 22 septembre 2008 - 05:14

pour le vautoure les attaque ne son pas une instrumentalisation. mais ce comportemetn est du a une nouvelle reglementation. les éleveur doivent évaquer les cadavre de leur animaux mort en alpage alors qu'avent il devais seulement raporter les oreille avec les boucle d'identification de l'animale (heureusement qu'il ne sont pas pucer eux).
mais depuis cette anné la réglementation a changer et il n'on plusle droit de laisser les carcasse d'animaux dans la nature.
donc sa fait sa de moin a manger pour les vautours. et comme on leur met rien dans l'assiette ils vont ce servire.

la encor on foit bien l'absurditer de certaine réglementation

#7 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 15380 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 22 septembre 2008 - 08:47

Tremblante, fièvre et autres épizooties contagieuses ne seront pas forcément réglées par le recours à l'équarissage industriel qui recyclait le tout en farines animales. Une bête morte est "à priori" une bête qui était malade.

Il faut comprendre que cette industrie qui se voit confier une mission de service public (éliminer les cadavres d'animaux contagieux) doit tourner avec un apport régulier de "matière première".

Il se dit que certaine réglementation frise l'absurdité. Quand le législateur n'a pas su prendre en compte la globalité du problème et que le citoyen ne relève et ne retient que la partie contraignante du texte, il est facile de conclure que "le laisser faire" serait la Solution.

C'est oublier un peu vite que les chamois, mouflons et autres bouquetins sont également des mammifères ruminants susceptibles de contracter les dites maladies contagieuses.

Modifié par FLOYD, 22 septembre 2008 - 08:48 .


#8 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 15380 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 22 septembre 2008 - 10:44

OUps, bonne remarque et sujet grave, strychnine. Brucellose, fièvre Q, sont transmiscibles à l'être humain.

Pour l'éleveur "indélicat" son irresponsabilité nuira aussi gravement à lui-même, à sa famille qu'à son troupeau. J'ai du mal à croire que des protections puissent lui éviter les conséquences de son incurie.

On peut regretter que d'aucun pense leur métier comme la seule exécution, au pied de la lettre, des règles qui leur sont imposées, faisant foin de la conscience professionnelle et du principe de précaution.

#9 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7524 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 25 dcembre 2018 - 06:06

A propos du lynx, cet article récent est plutôt encourageant :
 

Sauvetage inédit d'un jeune lynx orphelin à Genève
21.12.2018
 
181225055929857391.jpg
Photo: Etat de genève

Chaffrou, un jeune lynx orphelin découvert sur les rives de l'Allondon à Dardagny (GE), a survécu grâce à l'intervention des gardes de l'environnement. Il arpente désormais les Alpes occidentales. Retour sur ce sauvetage inédit.

Au début de l'automne 2016, un lynx et son petit sont signalés à Dardagny. Peu après, la mère disparaît. A huit mois, le bébé lynx est trop jeune pour survivre seul. Les gardes de l'environnement se sont alors trouvés face à un dilemme.

'Soit on le laissait, ce qui le condamnait, soit on le capturait pour le mettre dans un centre de soins avec le risque de l'habituer à l'homme', a indiqué vendredi Alain Rauss, responsable des gardes de l'environnement. Ces spécialistes ont finalement misé sur une nouvelle technique jamais encore utilisée.

Chevreuils et sangliers

Après avoir obtenu l'accord de la Confédération indispensable pour cette espèce protégée, les gardes de l'environnement ont déposé des carcasses de gibier près de l'endroit où le jeune avait été vu. 'Principalement des chevreuils tués sur les routes et quelques sangliers', a précisé M.Rauss.

'Ce n'était pas gagné, car les lynx ne mangent normalement que ce qu'ils tuent', a ajouté le spécialiste. Mais la technique a fonctionné. Peu de temps après, des pièges photographiques ont enregistré le jeune lynx qui mangeait. Juste avant Noël, l'animal est vu une dernière fois. Puis plus rien pendant des semaines, laissant craindre le pire.

Animal territorial

Mais le petit orphelin est repéré et identifié juste avant l'été grâce aux tâches de son pelage au sud du Vuache et ensuite en Isère, en Chartreuse et en Savoie. En tant qu'animal territorial, le lynx peut parcourir de grandes distances pour ne pas empiéter sur la zone d'un autre lynx, a précisé M.Rauss.

La collaboration entre les spécialistes genevois et français a permis de reconstituer la belle histoire du jeune orphelin des rives de l'Allondon qui a été baptisé Chaffrou par les Français. Ce sauvetage inédit fait l'objet d'un petit film diffusé vendredi par le département du territoire sur les réseaux sociaux.
/ATS

https://www.rfj.ch/r...-a-Geneve.html#

 

N'étant pas sur les réseaux genre FB, je n'ai pas réussi à trouver le film.