Aller au contenu


Photo

Panique économique


  • Veuillez vous connecter pour répondre
489 réponses à ce sujet

#21 Yoananda

Yoananda

Posté 11 janvier 2008 - 23:56

Il faudrait être aveugle pour ne pas voir le désir d'aimer dans le coeur des habitants de ce petit monde qu'est la terre.

Aujourd'hui, je pense que nous avons encore besoin de règles pour fonctionner. Comme les feux rouges au carrefour, ca évite que tout le monde entre en collision.
Comme le monde et la conscience ont évolués au fil des ages et du temps, cette crise économique sera peut-être l'occasion de se choisir de nouvelles règles de pour fonctionner ensemble, du moins en attendant la prochaine "crise". Et si par bonheur nous nous eveillons suffisament pour ne plus avoir besoin de lignes directrices, tant mieux, nous serons alors assez sage pour les lacher comme un arbre lache un fruit trop mur.
Mais comme je le disais, le monde aujourd'hui a toujours besoin de règles. Mais je crois que demain, il aura besoin de nouvelles règles. A nous de les inventer. A nous de modeler un monde selon la nouvelle conscience qui nous habite, puisqu'il ne saurait en être autrement.

Si en surface la noirceur du monde devient plus apparente aujourd'hui, c'est bien parceque la lumière brille plus et que le contraste nous fait voir l'ombre d'autant plus. Mais le fait que nos yeux ne soient pas habitués a la lumière ne doit pas nous faire croire que seules les ténèbres règnes.

De voir le monde comme le résultat d'un conflit d'idéologie, n'est en soi qu'un autre idéologie... qui entre en conflit avec les autres idéologies. Penser que cela est plus vrai que le reste... n'est en fait que projeter cette idéologie sur le monde. Mais le monde est. Point a la ligne.
Les idées, les concepts, sont la pour nous servir si savons ne pas être leurs esclaves. Ils ne sont rien d'autre que ce que nous en faisons. Ils ne sont pas des monstres que l'on doit combattre, pas plus que l'on ne doit se combattre soi même.

Aujourd'hui, l'heure du changement est sur le point de sonner. Préparons nous.

#22 Yoananda

Yoananda

Posté 12 janvier 2008 - 10:17

Pour mémoire :
crise mexicaine de 1994-1995, crise asiatique de 1997-1998, crise russe de 1998, crise brésilienne de 1999, crise turque de 2000, crise argentine de 2001-2002, crise brésilienne de nouveau en 2002.
Le mécanisme de chacune de ces crises est similaire : arrivée massive de capitaux "spéculatifs" des financier, destabilisation de l'économie, siffonage des richesses, fuite vers le pays suivant.

#23 geispe

geispe
  • Genre: Homme
  • Localisation:Strasbourg

Posté 12 janvier 2008 - 12:04

il me semble que la crise d'aujourd'hui est plutôt liée à la raréfaction des ressources de la planète : nous arrivons à un moment où l'on commence à constater que les réserves se vident... on va être obligé de diminuer le nombre et la taille des portions du gâteau...
c'est cela qui va nous contraindre à nous remettre en cause et sans cela je crois que nous ne le ferions pas et continuerions en aggravant encore la situation.
j'ai l'impression que l'humain soit n'est pas encore mûr pour gérer, ou alors s'est pris au jeu et est devenu "addict" au mode de vie que certains privilégiés - qui gardent le pouvoir - se sont créé. c'est les deux probablement.

la crise qui arrive est une fin naturelle d'un système au bout d'une impasse. je crois bien qu'il nous fallait passer par là. c'était nécessaire pour avancer dans certains domaines.

la suite est à inventer, mais il faudra faire avec le décor en place : les ressources non renouvelables sont absentes du futur de l'humanité puisqu'elle les a mangées. cela ne pose pas vraiment de problème puisqu'on peut très bien faire sans... il faut juste faire différemment et à un autre rythme...
la transition risque d'être très difficile vu les habitudes prises, mais je pense qu'on peut faire quelque chose de très bien à l'usage...

ce qui est très intéressant, c'est que ce que nous allons faire ne ressemblera en rien à ce qui existe et que nous connaissons aujourd'hui : le monde d'aujourd'hui est un monde, un système, qui existe le temps de ressources faciles et à profusion (je pense essentiellement au pétrole mais il y en a pas mal d'autres encore) alors que le monde de demain reposera presque exclusivement sur des ressources renouvelables, donc qui ne sont pas en stock... nous devrons adapter et optimiser notre mode et notre train de vie à l'apparition continue de ces ressources : le côté rassurant c'est que ce mécanisme peut être quasi perpétuel.

#24 mathilde

mathilde
  • Genre: Homme
  • Localisation:les pieds sur terre

Posté 12 janvier 2008 - 12:53

Qu'avons nous de mieux a proposer ?


la suite est à inventer, mais il faudra faire avec le décor en place


On est inondés d'objets...
Soit:
-on les jette, ils sont incinérés, ça pourrit l'air ;)
-on les donne, on fait tourner, du coup on en rachète d'autres plus jolis ;)
-on accumule toujours plus, fétichisme matériel, nos maisons sont des greniers à souvenir plutôt que notre tête :tss:
-On recycle, les papiers se font une seconde vie, le verre et l'alu. Mieux, mais ça repart dans le marché et odu coup on les rachète d'une certaine façon. :tss:
-On envoie les vieux vêtements dans les pays du "tiers-monde" (quel horrible mot!!!) et on les inonde à leur tour, on leur impose une nouvelle culture où le matériel est par dessus tout important dans des sociétés qui ont des valeurs souvent beaucoup plus humaines :-?

:calin: :D :love: :roll: On transforme :tss: :tss: :tss: :D ;)
-Au lieu de garder ou de jeter la carte postale de tante Adèle, on la découpe ou on colle un bout de papier dessus pour lui faire une nouvelle vie!
-On rapièce les vieux vêtements au lieu d'aller au soldes, on transforme une chaussette qui n'a plus sa paire jumelle en housse de portable (quel somptueux cadeau de Noël!!! :peur:
-Les colis peuvent servir indéfiniment si on récupère.

Y'a peut-être plus beaucoup de matière première mais vu la masse d'objet à faire disparaître plutôt que les brûler autant les transformer en choses utiles (libre cours à l'imagination!)

Avez vous déjà fait attention aux nombres d'objet qui entrent chez vous par jour?
Puis qui en ressortent d'une manière ou d'une autre?

Le recyclage ok, mais on devrait commencer à la maison.

Au niveau collectif:
-consacrer un petit moment chaque jour à son voisinage (retisser les liens, c'est comme raccommoder son vieux pantalon!!!)
-faire une expo avant Noël avec tous les emballages et jouets inutiles de l'an passés, ballons, flonflons et cotillons et se poser la question: quel Nöël pour cette fois (enfants bienvenus, enfin ceux qui ne croient pas au Père Noël sinon il va y avoir des déçu
-ça en découle: responsabiliser les enfants; ils sont souvent plus sensés que nous et pourraient apporter des réponses très pertinentes aux questions dans lesquelles on s'englue.

L'imagination est plus importante que le savoir, disait ce bon vieux Einstein.

Allez, c'est la foire aux idées
Encore une dernière:mettre en application chaque jour au moins une idée qu'on a choisit

#25 christian ardèche

christian ardèche

    Bricoleur autonome

  • Bannis
  • 1548 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:ardèche
  • Intérêts:autoconstruction, autonomie alimentaire, autolimitation face à la technologie et la consommation .Travail autour de "la pauvreté conviviale des espaces vernaculaires" dans la vigilance et la lucidité

Posté 12 janvier 2008 - 12:56

Bonjour,

Dis donc Yoananda , tu veux nous faire peur....?
Je blague.. je partage ta préoccupation de ne pas rester à ne rien faire alors qu'il semble bien que la situation se complique au niveau planétaire dans de nombreux domaines. Mais ça n'a jamais été trés simple de vivre non plus.....
Ce qui me semble vraiment dommage, c'est qu'aujourd'hui nous avons plus que jamais la possibilité de vivre bien, mais faute de savoir nous limiter nous n'en profitons pas réellement et nous prenons le risque de perdre beaucoup.
Pour ce qui est du " désir d'aimer" dont tu gratifis l'humanité ça me rappelle ce qu'écrivait Jean Rostand aprés avoir regardé vivre des crapeaux durant 50 ans...et leur avoir trouvé des allures humaines....:

"Je suis de plus en plus sûr qu'il y a trés peu d'amour dans le coeur de l'homme...., mais je suis de plus en plus sûr qu'il y en a un peu. Rassurant non??

Concrètement il me semble que l'autolimitation , la sobriété heureuse, la simplicité volontaire, et même la pauvreté conviviale, sont des idées qui font leur chemin.
L'expérience qui permet de montrer que vivre dans cet état d'esprit est possible et qu'on qu'on peut y trouver beaucoup de satisfactions me semble pouvoir être une réponse à cette question qui revient sans cesse " Qu'est-ce-qu'on peut faire"
En tout cas c'est ce que j'essais de vivre depuis 35 ans et les évènements me confirment dans ce choix.
La difficulté c'est de se sentir la liberté d'aller dans un sens qui n'est pas celui du plus grand nombre . Car la liberté n'est pas un privilège, c'est une épreuve. "Rien de plus éprouvant que la liberté, car elle nous oblige à choisir, donc à renoncer"
Personnellment je peux renoncer à beaucoup de choses mais pas à communiquer et m'informer donc : livres , internet , etc, produits par un système technique, économique, culturel, social.... qui est l'aboutissement d'un cheminement de l'humanité et que je ne peux donc pas renier.
Pour le reste j'essais d'être aussi autonome que possible et ça ne marche pas mal du tout. Mis à part un certain sentiment de solitude qui provient sans doute du fait que :quand on va dans un sens qui n'est pas celui du plus grand nombre on ne rencontre pas grand monde....

#26 christian ardèche

christian ardèche

    Bricoleur autonome

  • Bannis
  • 1548 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:ardèche
  • Intérêts:autoconstruction, autonomie alimentaire, autolimitation face à la technologie et la consommation .Travail autour de "la pauvreté conviviale des espaces vernaculaires" dans la vigilance et la lucidité

Posté 12 janvier 2008 - 13:09

Les messages de Geispe et Mathilde sont arrivés pendant que j'écrivais le miens ...je suis totalement handicapé du clavier.
Je pense que la réflexion est vaiment positive ...Action !!

#27 Yoananda

Yoananda

Posté 12 janvier 2008 - 14:59

Je ne sais pas si "nous" (occidentaux) du haut de nos tours dorées pouvons vraiment faire quelque chose, mais du moins, en essayant, on prends le risque de trouver ! :peur:

On a perdu de vue beaucoup de choses je crois.
Par exemple les vètements : on est habitué a devoir les changer chaque année pour coller a la mode, mais aussi parcequ'ils s'usent vite. Hors, avec le chanvre on pourrait avoir des vètements quasiement "a vie". Le papier aujourd'hui on pourrait réduire énormément son utilisation si on étaits moins surchargé de "paperasserie", les entreprises impriment des tonnes de documents qui ne sont jamais lus.
Des exemples comme ca je suis sur qu'il y en a a foison.

Mais, il me semble aussi qu'un jour il va falloir qu'on aborde le "problème" de la croissance... de la population. En dehors du fait de la croissance du confort... la croissance économique aujourd'hui est surtout la conséquence la croissance de la population.
Hors, dans beaucoup de pays, avoir une tripotée d'enfants est la seule "sécurité retraite" qu'ils peuvent s'offrir. Si l'on regarde bien les pays, nos règles sociales y compris familliales sont le résultats d'un "calcul" très rationnel et froid.

La richesse, en france notament, nous a donné la sécurité sociale, les retraites. Si on reviens arrière, alors on repars vers l'ancien mode de vie, des enfants qui devenus adultes entretiennent "directement" leurs parents, et donc des parents qui font beaucoup d'enfants, et donc, ... qui sont obligé de les faires travailler dès leur plus jeune age pour subvenir aux besoins de toute la famille.

Liberté oui, nous ici nous l'avons. Saurons nous la garder ? si oui, comment .. ?

#28 mathilde

mathilde
  • Genre: Homme
  • Localisation:les pieds sur terre

Posté 12 janvier 2008 - 15:36

Je ne sais pas si "nous" (occidentaux) du haut de nos tours dorées pouvons vraiment faire quelque chose


Je crois que c'est justement nous occidentaux qui devons réajuster notre manière de vivre... La Chine, l'Inde, beaucoup de pays essaient d'imiter un mode de vie avec la recherche du confort matériel maximum alors que c'est nous qui devriont minimiser nos besoins!!!

Si on reviens arrière, alors on repars vers l'ancien mode de vie, des enfants qui devenus adultes entretiennent "directement" leurs parents, et donc des parents qui font beaucoup d'enfants, et donc, ... qui sont obligé de les faires travailler dès leur plus jeune age pour subvenir aux besoins de toute la famille.


On peut pas revenir en arrière on fait qu'avancer, avancer, avancer... Les erreurs servent à faire progresser! Perso, je crois que j'aurais jamais de retraite, c'est pas ce qui va me pousser à faire plein d'enfants pour assurer mes vieux jours!!! Je suis pas d'accord avec ce raisonnement!!! Le but d'une bonne éducation, c'est justement l'autonomie des enfants. Aujourd'hui c'est l'effet inverse: parent poule qui ont du mal à se détacher de leurs poussins d'amour, et inversement poussin qui ont du mal à quitter le nid. Un bon parent à pon sens doit accepter de lâcher prise, même si se retrouver seul ça doit être dur, c'est la vie!!!

Les animaux n'agissent pas autrement. Quand une louve grogne sur son louveteau pour lui dire que son temps avec elle est terminé, c'est pas de la méchanceté, au contraire. C'est dire "vas-y mon p'tit, vole de tes propres ailes". Le comble de l'égoïsme ce serait de voir la louve se mettre dans le terrier et attendre que son ptiot lui ramène la viande. Sa dignité lui chante: plutôt mourir!!!

#29 Atlantis

Atlantis

    unlike a *normal* person

  • Membres
  • 717 messages
  • Localisation:Oise (60)

Posté 12 janvier 2008 - 15:39

le "seul" problème avec la crise qui est en train de se profiler, c'est que je vois pas comment les recettes d'avant pourront marcher : nous n'avons plus nos esclaves aussi serviles/bons marché qu'avant (combustibles notamment). La solution il faudrait p-e (et encore c'est pas sûr) aller la chercher dans la façon dont ils pouvaient se démerder avant les révolutions industrielles. Vu que je suis une quiche en histoire (et que beaucoup d'information a été perdue/déformée entre temps), j'avoue que je vois pas sur quoi on pourrait s'appuyer pour se relever.

ce que je crains le plus c'est que la solution que trouveraient nos dirigeants implique une guerre. parait que l'europe n'a jamais connu plus de 100 ans sans guerre ...

Modifié par Atlantis, 12 janvier 2008 - 15:40 .


#30 christian ardèche

christian ardèche

    Bricoleur autonome

  • Bannis
  • 1548 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:ardèche
  • Intérêts:autoconstruction, autonomie alimentaire, autolimitation face à la technologie et la consommation .Travail autour de "la pauvreté conviviale des espaces vernaculaires" dans la vigilance et la lucidité

Posté 12 janvier 2008 - 20:02

Il me semble que tout ce que nous engageons comme action doit s'éloigner de la violence.
Mais l'action doit quand même être énergique, et d'abord vis à vis de soi même.
C'est tellement confus, par quel bout prendre les choses?
Bien sûr, comme dit Mathide "on avance, on avance..... pour faire marche arrière on a pas assez d'essence " Alors, au secours..."Allô maman bobo".
La difficulté, il me semble c'est de trouver du plaisir dans la simplicité, dans l'auto limitation, la sobriété, etc..
Exemple: je rentre d'aller donner à manger aux chèvres. Pour pas que les plus fortes piquent la part des autres, je les bloque dans la mangeoire, chacune à leur place. Comme je dois attendre j'en profite pour lire. Ce soir c'était Illich, "énergie et équité". Génial !! Mais sans bouger ça caille... Donc je rentre dans notre petite maison autoconstruite (en chantier depuis 15 ans), je charge le poel avec le bois que j'ai coupé, transporté, etc,etc, j'y mets à chauffer le potiron et les pommes de terre du jardin, je prépare la salade du jardin, je m'installe pénard, il fait bien bon, dehors ya un vent du nord pas possible.... hier, c'était le déluge avec le vent du sud, obligé de courir sous la flotte pour ouvrir les fontaines qui dégueulent, surveiller les toitures ...et bien sûr là où il faut vraiment pas, ça pisse, alors tant pis, prendre le risque, monter sur le toit, putain de flotte, elle est pas chaude, alors remettre du bois dans le poel et.... il fait bon,ça sent bon. Plaisir. Mais d'abord action.On n'imagine pas facilement ce qu'il faut de constance dans l'action pour aboutir à ce plaisir...ET quand les vacanciers nous disent: "vous avez de la chance" je n' ai pas de réponse à leur faire, je crois simplement qu'on ne peut pas tout avoir.
Mais cette fois ça sent vraiment trop bon je tiens plus....

#31 geispe

geispe
  • Genre: Homme
  • Localisation:Strasbourg

Posté 12 janvier 2008 - 20:12

euh pourquoi dois-tu attendre quand tu bloques les chèvres ? moi je revenais quand elles avaient terminé le casse-croûte...
sinon tu mets un billot, du bois et une hache ou un chevalet et une scie : gageons que t'as pas froid... et il doit y avoir moyen d'améliorer pour ne pas avoir à prendre la douche justement quand il déluge ? les anciens étaient effectivement peinards et ne sortaient pas par ce temps là...
bon ptêt que je me trompe car je ne connais pas les détails de ta situation mais elle me paraît améliorable, non ? :peur:

Modifié par geispe, 12 janvier 2008 - 20:16 .


#32 Yoananda

Yoananda

Posté 12 janvier 2008 - 21:30

C'est sur qu'on a beaucoup trop de choses... qui donnent envie d'autre chose, d'en avoir plein nos tirroirs :peur:

La simplicité volontaire, ca marche aussi a la ville. Peut-être même encore mieux à la ville. Ne pas accumuler des tas d'objets inutiles ou rarement utilisés. Apprendre a partager avec son entourage, éviter le gaspillage. En ville on ferait des économies d'échelles gigantesques avec ca... Et d'ailleurs, vu la marge de manoeuvre qu'on a, si cette crise économique se passe dans la violence c'est vraiment parcequ'on n'arrive pas (collectivement parlant) a se sortir les yeux des ornières.

Je pense que tout n'est pas a jetter dans le monde que nous avons construit, bien au contraire. Ici en France, nous n'avons plus a nous soucier d'avoir une nourriture abondante (quoique maintenant on se soucie qu'elle soit de qualité), et un toit confortable sur nos têtes. Ca nous permet de nous consacrer à d'autres choses. C'est quand même un gros plus.
Les anciens consacraient la plus grande partie de leur temps a lutter pour leur survie "dans la nature", tout simple contre les périodes de pénurie, les intémpéries, l'accès aux ressources (l'eau potable), etc... Je trouve quand même que si aujourd'hui on est tombé dans un excès déplorable, on est quand même mieux lotti qu'avant. Personnellement, je suis content que nous nous soyons émancipé de conditions de vies précaires / difficiles, et que nous puissions aller de l'avant, avoir le temps d'apprendre, de nous cultiver, de rêver, de battir, de chercher, etc...

#33 geispe

geispe
  • Genre: Homme
  • Localisation:Strasbourg

Posté 12 janvier 2008 - 22:19

Les anciens consacraient la plus grande partie de leur temps a lutter pour leur survie "dans la nature", tout simple contre les périodes de pénurie, les intémpéries, l'accès aux ressources (l'eau potable), etc... Je trouve quand même que si aujourd'hui on est tombé dans un excès déplorable, on est quand même mieux lotti qu'avant. Personnellement, je suis content que nous nous soyons émancipé de conditions de vies précaires / difficiles, et que nous puissions aller de l'avant, avoir le temps d'apprendre, de nous cultiver, de rêver, de battir, de chercher, etc...


les conditions de vie difficiles et les disettes ont presque toujours été le fait des humains et non de la nature. c'est le cas encore aujourd'hui.
Quant à nos acquis, si l'on fait leur analyse et leur traçabilité on risque de révéler pas mal de questions d'équité et de probité... il suffit de voir l'état de la planète... et comme tu dis... les excès déplorables.

L'ancien n'étant pas parfait, le nouveau pas viable... faut inventer encore autre chose...

#34 christian ardèche

christian ardèche

    Bricoleur autonome

  • Bannis
  • 1548 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:ardèche
  • Intérêts:autoconstruction, autonomie alimentaire, autolimitation face à la technologie et la consommation .Travail autour de "la pauvreté conviviale des espaces vernaculaires" dans la vigilance et la lucidité

Posté 12 janvier 2008 - 22:20

C'est drôle ce que tu écris Geispe mais c'est à peu prés ce que disent les vacanciers :" Poirquoi tu fais pas ci ou ça, comme ci, comme ça. Généralement ils commencent même par " t'es con ".
Non, sérieux je ne peux pas rentrer à la maison car les chèvres sont à 2 km .Faut pas dire que je bouquine quand je suis planqué dans le foin car ma nana croit que je bosse. Mais jusqu'a ces derniers jours je transportait du bois pendant le casse croute des chèvres et c'est bien connu le bois ça réchauffe bien avant d'être brûlé.
Mais "améliorer" pour éviter les entrées d'eau quand il pleut ici par vent du sud violent j'y ai renoncé, sauf sur du neuf trés bien conçu... et encore..Car ça monte tout droit de la mer et ça arrive à l'horizontale .
Et tu sais, j'ai toujours vu les anciens jeter un sac en toile de jute sur leur tête dans ces cas là, en guise de capuchon, et sortir en jurant contre le ciel et contre " cette sacrée saloperie de flotte que si ça s'arrête pas de tomber ça va tout emporter ".....ET puis aprés se secouer comme les chèvres et "viens donc boire un canon"... Et les voila peinards, le dos au feu...le plaisir ... la vie.
Maintenant on va plus sous la flotte, on appelle la mairie. Là où il suffisait d'entretenir "avec constance" on lance des chantiers coûteux, mais bien sûr avec des subventions (rien à voir avec une éventuelle dette publique..) et le lendemain de ces pluies qu'on avait toujours géré avec bon sens et jurons, aprés ces travaux bien spectaculaires, on se retrouve avec un glissement de terrains monstrueux qui va exiger un travail encore plus important, avec des subventions ....
Promis, juré c'est la véritable histoire du jour et ça je pense que ça devrait être amélioré.
Les prochaines élections ne me laissent pas beaucoup d'illusions. C'est pas mûr...

#35 Yoananda

Yoananda

Posté 12 janvier 2008 - 23:01

les conditions de vie difficiles et les disettes ont presque toujours été le fait des humains et non de la nature. c'est le cas encore aujourd'hui.
Quant à nos acquis, si l'on fait leur analyse et leur traçabilité on risque de révéler pas mal de questions d'équité et de probité... il suffit de voir l'état de la planète... et comme tu dis... les excès déplorables.
L'ancien n'étant pas parfait, le nouveau pas viable... faut inventer encore autre chose...


En effet, il semble que les grandes famines historiques n'étaient en fait que le résultat d'une mauvaise répartition. J'avais lu ca sur un rapport concernant les résultats de la "révolution verte" qui à a finalement ravagée la terre en un peu de plus de 50 ans.
Cependant, il y a peu (disons 1 sciècle) l'écrasante majaurité de la planète luttai pour assurer sa survie. Aujourd'hui, nous avons un luxe inoui (en france du moins) : le temps.
Malheureusement il est utilisé presque exclusivement dans la recherche de l'oisiveté et du plaisir immédiat, et probablement que les choses se rééquilibrerons d'elles même, mais je considère que ce "temps" (ne pas bosser 10h par jours, tous les jours de l'année) est une grande réussite.
Je considère aussi que l'explosion du savoir, a défaut de connaissance et de sagesse, est aussi un pas dans la bonne direction, même s'il nous soumet a la tentation de bien des excès.

Je considère que le francais moyen à une vie bien plus "riche" qu'un roi d'il y a 300 ans... nous avons des maisons chauffées, l'eau chaude et courante, l'accès à la culture, la possibilité de nous déplacer rapidement sur de longues distances, nous avons une bien meilleure connaissance de nous même et de l'univers).
Ca n'est pas ca le bonheur, on est bien d'accord, mais ca nous donne plus de chances de le trouver.

Je pense que cette crise (qui est le sujet traité dans ce thread je le rapelle) peut-être une opportunité, a condition de changer ce qui doit l'être.
Peut-être que ca sera l'occasion d'utiliser a plus grande échelles les "SEL", SOL, Ithaca Hours, et autres monaies alternatives.
Je me demande ce qu'est devenue l'argentine qui a été obligée d'en passer par la durant sa crise. Sont'ils revenus a du capitalisme pur et dur ? est-ce que le fait qu'une grosse partie de l'économie a fonctionnée via les SEL a marqué la population ? j'aimerai beaucoup le savoir.

J'aurais tendance a penser que la "graine de distorsion" dans notre conscience pourrait être notre notion du temps. A ce titre, l'Ithaca Hours pourrait être une alternative intérréssante. Mais je n'ai aucune certitude sur le sujet. Tout ce que je sais, c'est que c'est dans la simplicité que réside la solution.

Modifié par Yoananda, 12 janvier 2008 - 23:02 .


#36 christian ardèche

christian ardèche

    Bricoleur autonome

  • Bannis
  • 1548 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:ardèche
  • Intérêts:autoconstruction, autonomie alimentaire, autolimitation face à la technologie et la consommation .Travail autour de "la pauvreté conviviale des espaces vernaculaires" dans la vigilance et la lucidité

Posté 12 janvier 2008 - 23:29

J'ai un petit bouquin de Florence Aubenas "Résister c'est créer".On y trouve des idées fortes sur ce qui a été expérimenté en Argentine entre autre.
Je lis ce genre de chose planqué dans le foin , si c'est pas le sujet du "thread" oublis le titre.
Mais c'est quoi donc le "thread" mon gars ? Pourvu que les biquettes en mange pas trop!!!

#37 _sabrinana_

_sabrinana_

Posté 13 janvier 2008 - 00:31

Je considère que le francais moyen à une vie bien plus "riche" qu'un roi d'il y a 300 ans... nous avons des maisons chauffées, l'eau chaude et courante, l'accès à la culture, la possibilité de nous déplacer rapidement sur de longues distances, nous avons une bien meilleure connaissance de nous même et de l'univers).
Ca n'est pas ca le bonheur, on est bien d'accord, mais ca nous donne plus de chances de le trouver.

Je pense que cette crise (qui est le sujet traité dans ce thread je le rapelle) peut-être une opportunité, a condition de changer ce qui doit l'être.
Peut-être que ca sera l'occasion d'utiliser a plus grande échelles les "SEL", SOL, Ithaca Hours, et autres monaies alternatives.
Je me demande ce qu'est devenue l'argentine qui a été obligée d'en passer par la durant sa crise. Sont'ils revenus a du capitalisme pur et dur ? est-ce que le fait qu'une grosse partie de l'économie a fonctionnée via les SEL a marqué la population ? j'aimerai beaucoup le savoir.


c'est vrai que nous avons bien plus les moyens materiels qu'autrefois, et en meme temps, on a jamais été aussi loin de nous meme. on n'en fini plus de theoriser , oubliant la vie elle meme
je ne pense pas qu'on ait une meilleur connaissance de soi,, bien au contraire, on croule sous les theories, les desinformations , les differentes propagandes, brefs, elles ont remplacée le ressenti reel. autrefois, la misere materiel etait certes plus grande, mais plus de monde eprouvait la vie.
la course effrenée a la satisfaction engendre une grande douleur, et une mecanisation du comportement, qui empeche d'eprouver le maintenant, cela est une grande souffrance.
nous n'avons jamais été aussi conditionné qu'aujourdhui. on ne ressent presque plus l'instant present. on est sans cesse en train de gamberger.
pour cela, la misere de vivre n'a jamais été aussi grande qu'aujourdhui.
c'est pour cela que nous avons le monde que nous avons.
cette crise est une formidable chance de changer, de s'elever, il nous faut la saisir!!

les SEL ou les eco-villages ont malgré eux, recrée les meme sturcture de vie que la société normalisée. chef, passe droit, coup en douce, interets perso, brefs, pour l'instant, cela ne mene a rien malheureusement

#38 christian ardèche

christian ardèche

    Bricoleur autonome

  • Bannis
  • 1548 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:ardèche
  • Intérêts:autoconstruction, autonomie alimentaire, autolimitation face à la technologie et la consommation .Travail autour de "la pauvreté conviviale des espaces vernaculaires" dans la vigilance et la lucidité

Posté 13 janvier 2008 - 08:02

Yoananda, Mathilde,Geispe et les autres, merci de bien vouloir excuser mes plaisanteries légères dans un sujet qui est si bien abordé par chacun.

#39 mathilde

mathilde
  • Genre: Homme
  • Localisation:les pieds sur terre

Posté 13 janvier 2008 - 10:07

T'inqiète Christian, l'humour ça fait auusi partie du sujet!!! :peur:

#40 Zaou

Zaou
  • Genre: Homme
  • Localisation:Reims

Posté 13 janvier 2008 - 12:32

En effet, il semble que les grandes famines historiques n'étaient en fait que le résultat d'une mauvaise répartition. J'avais lu ca sur un rapport concernant les résultats de la "révolution verte" qui à a finalement ravagée la terre en un peu de plus de 50 ans.


En fait pour la plus grande partie non. C'est du à un cycle écologique tout bête : Suivant les modes d'agriculture la terre nous donne accès à des taux de nourriture différents.

Premier type de culture abattis brûlis => la population croît lentement jusqu'à un certain seuil. Arrivé à ce seuil la déforestation ne permet plus la survie de ce mode de culture donc famines et disettes régulières.

Passage à la culture de jachère légère => la population recroît vers son niveau antérieur, arrivé au seuil famines et disettes régulières car la production ne permet pas de soutenir la croissance de la population !

Passage à la culture de jachère lourde => doublement de la population en ~300 ans puis arrivée au seuil de production, famines et disettes (+ en France peste et guerre de 100 ans qui rend la population à son niveau antérieur, après fin de la guerre redoublement et stabilisation au niveau de 1350 avec disette et famine pour compenser la croissance de la population).

Première révolution agricole (et industrielle) => redoublement de la population. Pas le temps d'arriver au seuil parce que ...

Mécanisation de l'équipement !

Et puis là on commence à arriver en surproduction agricole, déséquilibre à tous les niveaux sociaux, spécialisation de la production, pollution/désertification/chômage... (Je vous ferais un speech une autre fois).

Livre à lire "Histoire des agricultures du monde" de Mazoyer et Roudart.

Bref tout ça pour dire que historiquement les famines et disettes sont juste une conséquence direct d'une croissance démographique plus importante que les capacités de production agricole. Bien sur aujourd'hui ça n'a plus rien à voir c'est du à la mondialisation.

Modifié par Zaou, 13 janvier 2008 - 12:35 .