Aller au contenu


Photo

pesticides agricoles


  • Veuillez vous connecter pour répondre
135 réponses à ce sujet

#21 DzC

DzC

    Bricoleur de génie

  • Membres
  • 3 435 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Est

Posté 07 mai 2017 - 19:19

Logique implacable, conséquence du soutien massif de l'Etat et de l'Europe à l'agriculture conventionnelle destructrice des milieux, de la biodiversité et de notre santé :

pratiquement toutes les rivières françaises sont contaminées par des pesticides. Tel est l'amer constat établi déjà depuis plusieurs années par le Ministère de

l'Environnement alors que la situation ne semble pas s'améliorer.

 

https://www.notre-pl...ours-eau-France


  • ronnykingfew aime ceci

#22 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 14 513 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 08 mai 2017 - 09:09

Oui le constat est amer… il témoigne des pratiques d'une époque. Comme le tabac, comme l'amiante donc on connaissait les risques depuis plusieurs décennies… mais ils ne sont pas rares les écolos, les permaculteurs qui fument le tabac et persistent dans un certain déni: le cancer de la gorge et du poumon, pas pour eux.

 

Il est de bon ton dans certains milieux de critiquer le plan écophyto…  Au risque de me répéter, les objectifs sont affichés et les moyens sont mis en œuvre en France par le ministère de l'agriculture pour aller vers une prise de conscience, vers une réduction des applications de phytosanitaires.



#23 noir

noir
  • Genre: Homme

Posté 08 mai 2017 - 10:39

"Il est de bon ton dans certains milieux de critiquer le plan écophyto…  Au risque de me répéter, les objectifs sont affichés et les moyens sont mis en œuvre en France par le ministère de l'agriculture pour aller vers une prise de conscience, vers une réduction des applications de phytosanitaires."

Comme tu le sais, j'ai beaucoup de contacts avec des agris (conventionnels et bio),

le "certiphyto"..pas mis en place depuis 2008

Où sont les fermes pilotes? (celles du plan bien sûr, pas celles des écolos permaculteurs..)

le programme de contrôle de tous les pulvérisateurs..personne n'a vu quoi que ce soit..

 

En bref, le plan écophyto c'est ça

"La règle est de ne faire aucune préconisation en matière de produits phytosanitaires. Les agriculteurs ont toutes les informations pour prendre une décision stratégique, de manière autonome, pour réduire l’utilisation des produits phytosanitaires.

Ce dispositif s'intègre dans le plan Ecophyto."

 

ça tient de la bonne volonté et de l'élément de langage mais la réalité est celle là, nous en restons dans les vergers par ici à 37 traitements sur pommiers en 2016...



#24 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 14 513 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 08 mai 2017 - 11:13

 

Qui est concerné par le Certiphyto?

L’ensemble des utilisateurs professionnels de produits phytosanitaires:

Les agriculteurs et leurs salariés

Les applicateurs et / ou prestataires de services qui interviennent pour des tiers (ETA, paysagistes, jardineries,…) et leurs salariés

Les conseillers agricoles

Les distributeurs et vendeurs de produis phytosanitaire (coopératives, négoces)

Les utilisateurs professionnels dans les jardins espaces végétalisés et infrastructures (JEVI) y compris les collectivités territoriales

http://www.hautsdefr...res/certiphyto/

Le cadre est bien en place, après si les "gens" ne se précipitent pas pour obtenir après un complément de formation, le "bout de papier" c'est de leur seule responsabilité.

 

 

Le dispositif FERME est composé de groupes d’exploitations (1 900 fermes) qui couvrent les cinq types de productions que sont la polyculture-élevage, les grandes cultures, l’arboriculture fruitière, les productions légumières, la viticulture, l'horticulture et les cultures tropicales. Il a pour vocation de produire des références de terrain qui vous permettront d'avoir des cas concrets d'approches systèmes.

 

La région Pays-de-la-Loire possède des réseaux de fermes en Grandes Cultures, Viticulture et Cultures légumières.

Sept projets DEPHY Expé portent sur les Grandes Cutlures, la Viticulture, la Viticulture et l'Horticulture.

http://ecophytopic.f...de-fermes-dephy

 

 

Le contrôle des pulvérisateurs est OBLIGATOIRE partout en France depuis le 1er janvier 2009.

 

Les exploitations agricoles concernées sont: les CUMA, les entreprises de travaux agricoles, mais aussi les entreprises de parcs et jardins et les collectivités locales possédant un appareil de pulvérisation à rampe de plus de 3 m de large ou un appareil traitant les arbres et arbustes (dont la vigne).

 

Ainsi, un certain nombre d’appareils se trouvaient exonérés de l’obligation de contrôle. Un arrêté conjoint des ministères chargés de l'agriculture et de l’écologie, signé le 6 juin 2016, vient compléter cette liste, afin que l’ensemble des matériels existants soit soumis à une vérification. Les principales évolutions sont donc :

 

Suppression de la largeur minimale de 3m pour les rampes et de la notion de « buses régulièrement espacées ». Sont donc pris en compte par exemple, les matériels de désherbage utilisés dans les vignobles ou les vergers ou les petits appareils pour zones non agricoles.

Ajout d’une catégorie « appareils combinés » qui intègre les équipements de pulvérisation installés sur des semoirs, des planteuses ou des bineuses.

Ajout d’une catégorie « appareils fixes ou semi mobiles » qui regroupe une très grande diversité de matériels, allant de la lance de pulvérisation aux installations de traitement sous serre.

http://agriculture.g...-pulverisateurs

 

 

Mais tu as raison tout cela repose sur la bonne volonté des acteurs du monde agricole, et en premier lieu celles des professionnels que revendiquent être les agriculteurs.

Peut-on, doit-on mettre un "policier" de l'ONEAMA derrière chacun des utilisateurs de pesticides?

 

Généraliser les systèmes agricoles de cultures économes en pesticides est un des axes phares du plan Ecophyto 2018, dont certaines actions sont financées par l’Onema. Afin de diviser par deux l’utilisation des produits phytosanitaires d’ici à 2018, plusieurs initiatives ont été mises en place autour du développement et du transfert de solutions alternatives aux pratiques agricoles recourant à la protection chimique des cultures.

http://www.onema.fr/...-des-pesticides

 

Voilà quelques éléments pour ta parfaite information, Noir et des liens à partager avec tes nombreux contacts qui bien évidemment ont le droit d'ignorer la loi, dans la lettre et dans l'esprit.

Je ne peux m'empêcher de penser qu'ils ont une très large part de responsabilité ou d'irresponsabilité, c'est selon…   ;)



#25 DzC

DzC

    Bricoleur de génie

  • Membres
  • 3 435 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Est

Posté 08 mai 2017 - 11:30


Peut-on, doit-on mettre un "policier" de l'ONEAMA derrière chacun des utilisateurs de pesticides?

http://www.onema.fr/...-des-pesticides

 

 

A propos de l ONEMA c est pas dommage qu elle ait été rattachée à l AFB :

 

«Absence de fiabilité des comptes, budget mal maîtrisé sans procédure formalisée d’engagement de la dépense, sous-traitances non déclarées…». C’est une farandole de dysfonctionnements internes que s’apprêtent à pointer les sages de la rue Cambon, selon les informations de nos confrères du Monde, qui se basent sur un relevé d’observations provisoires daté de juillet 2012.

Et ce n’est pas tout. Avec ses 874 agents et son budget annuel de 110 millions d’euros, l’Onema fait aussi l’objet d’une plainte contre X, déposée le 4 juillet dernier au parquet de Créteil par le Syndicat national de l’environnement (SNE-FSU) pour des fraudes commises lors de la passation et l’exécution de marchés publics, notamment «des fausses facturations, conflits d’intérêts, délits de favoritisme, faux et usages de faux…», précise le quotidien du soir. Une enquête préliminaire est en cours.

http://www.journalde...s-la-mare,32930



#26 noir

noir
  • Genre: Homme

Posté 08 mai 2017 - 12:37

Là on en revient à la question du vendeur ou de l'acheteur.

Qui est responsable? celui qui commercialise un produit ou celui qui l'achète et l'utilise en suivant les conseils des techniciens, pressions des banques (garanties) et crainte de foirer son année?

 

Pour la part de responsabilité les agriculteurs étant tous différents; leurs visions et actions sont différentes. Les agris que je fréquente le plus sont en bio et eux connaissent bien tout cela et savent qu'en réalité, cela n'impacte en rien. Eux sont en 0 phyto depuis des années, mais ils voient bien ce qui se passe. Tu as des champs autour de chez toi, regarde comment cela se passe.

 

Pour revenir aux vergers, les travailleurs détachés ont ils la possibilité de refuser les traitements qu'ils appliquent?

 

Je maintiens que ce plan écophyto n'est que parlottes et que seuls les actes permettront de supprimer ces produits.



#27 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 14 513 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 08 mai 2017 - 13:16

Pour moi la réponse est claire: l'agriculteur professionnel, ne peut se défausser sur personne, ni la banque, ni le vendeur, ni le technicien, ni le syndicat.

 

S'il ne se sent pas la compétence, s'il n'a ni le temps ni l'envie de se former, il lui reste à changer de métier.

S'il lui vient l'envie de devenir un criminel en exploitant des travailleurs détachés, il est finalement comme le consommateur lambda qui achète du bio exotique, sans garantie environnementale et sociale.

 

Aucun pesticide, en bio, sauf le cuivre, le BT, le pyretre et la tentation de l'huile de neem, de la roténone… pas pour tous heureusement, mais j'ai vu en Sarthe invité par le GAB, un technicien en arbo bio, vanter l'huile de neem et omettant de dire qu'elle n'avait pas en France d'amm. 

 

Concernant le plan écophyto, les choses sont écrites, bien en place; les actes seront ceux des soit-disant professionnels.

Peut-être avons nous encore la naïveté de croire que la force de conviction du ministère, des ONG, des organisations agricoles, des associations de défense de l'environnement, sera suffisante.

 

Si elle ne l'est pas, il faudra donc passer au plan B avec des mesures coercitives; amendes lourdes, peines de prison effectives, interdiction d'exercer.

Que ne dira-t-on alors sur l'omniprésence policière étatique… 


Modifié par FLOYD, 08 mai 2017 - 13:16 .


#28 noir

noir
  • Genre: Homme

Posté 08 mai 2017 - 17:33

"Pour moi la réponse est claire: l'agriculteur professionnel, ne peut se défausser sur personne, ni la banque, ni le vendeur, ni le technicien, ni le syndicat."

Je suis d'accord. Encore faut il pouvoir résister aux pressions et à la norme. c'est dur d'être pointé du doigt comme étant différent.

 

 

"S'il lui vient l'envie de devenir un criminel en exploitant des travailleurs détachés, il est finalement comme le consommateur lambda qui achète du bio exotique, sans garantie environnementale et sociale."

En général ces travailleurs sont plutôt le fait de la filière conventionnelle. Attention aussi au protectionnisme. Il y a du bio exotique respectueux tant que ce ne sont pas des magnats derrière mais des convaincus.

 

"Aucun pesticide, en bio, sauf le cuivre, le BT, le pyretre et la tentation de l'huile de neem, de la roténone… pas pour tous heureusement, mais j'ai vu en Sarthe invité par le GAB, un technicien en arbo bio, vanter l'huile de neem et omettant de dire qu'elle n'avait pas en France d'amm. " Sans défendre ces produits, il y a tout de même un gouffre à les comparer avec les diazinon et autres

 

"Concernant le plan écophyto, les choses sont écrites, bien en place; les actes seront ceux des soit-disant professionnels.

Peut-être avons nous encore la naïveté de croire que la force de conviction du ministère, des ONG, des organisations agricoles, des associations de défense de l'environnement, sera suffisante."

Il y en a des choses d'écrites et pourtant ces mots restent du bla bla communicationnel vain.

Tu ne crois pas que la puissance de la finance est supérieure à ces "convictions". :pingus:D'un côté tu as un méga marché simple, efficace et fonctionnel ou il suffit de placer une bonne comm pour le nouveau produit et de l'autre des alternatives qui ne rapportent que dalle en thune et ne permettent pas le lobbying lourd. 

 

"Si elle ne l'est pas, il faudra donc passer au plan B avec des mesures coercitives; amendes lourdes, peines de prison effectives, interdiction d'exercer.

Que ne dira-t-on alors sur l'omniprésence policière étatique…"

une dictature verte?



#29 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 14 513 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 08 mai 2017 - 18:17

Résister à la pression et à la norme, je crois que la nouvelle génération d'agriculteurs, ceux qui revendiquent les pratiques raisonnées, l'agro-écologie, sont mieux à même de défendre leurs convictions. La pression venait la plupart du temps des parents, oncles et voisins et ce beaucoup plus que des formateurs et des enseignants. Depuis que nous parlons sur la thématique agricole, je revendique pour les exploitants un niveau de formation au moins équivalent à celui des techniciens et autres vendeurs-conseils. Je maintiens qu'un bac+ 3 donne cette capacité à "résister" que le Bepa ou le bac pro ne donnaient pas.

 

Je suis peut-être mieux placé pour affirmer que le plan écophyto n'est pas que de la communication vaine. L'agriculture est une technologie systémique; aucun marchand d'intrant ne peut à lui seul imposer une solution durable pour aucun agriculteur. Le coût des phytos n'est qu'une faible part des dépenses pour la mise en place d'une culture. Cependant il pourrait être préférable que le conseil soit une activité séparée de la vente. Visiblement le monde paysan n'y est pas prêt. Pour beaucoup, le conseil c'est gratuit et personne n'a envie de devoir payer un expert en plus… c'est du moins cette attitude qui prévaut.

 

Quant à la dictature verte, je te laisse la responsabilité de l'expression. Si les citoyens exigent le zéro résidus dans l'alimentation et dans les eaux de consommation, il va bien falloir que la puissance publique passe au plan B, car on ne peut accepter qu'une génération de plus doive vivre avec la menace toxique des pesticides.

 

Mais c'est aussi plus du tout d'anti-puce pour le toutou et le matou, plus du tout de bombes contre les mouches, les guêpes et les frelons, plus de traitement contre les xylophages pour les bois de charpente, plus aucun anti-poux pour la tête des bébés… si  l'on tient à être cohérent jusqu'au bout.



#30 noir

noir
  • Genre: Homme

Posté 08 mai 2017 - 19:15

Beaucoup des jeunes ont justement un meilleur niveau d'étude que leurs parents.

 

Si on met en relation le plan écophyto et l'augmentation des ventes de produits en volume (67000T) alors qu'ils sont plus concentrés, on voit bien qu'il y a un problème. Avec une vraie volonté, on pourrait mais d'où viennent les freins?

(Pour revenir à du basique mais documenté )

Le coût même rapporté à une culture est là, certains sont encouragés justement en ce sens de diminution des intrants par leurs bilans comptables. ce n'est donc pas une paille. et si on parle du gros business, ça brasse sévère.

 

"plus aucun anti-poux pour la tête des bébés" J'y suis de temps en temps confronté et il existe des solutions par étouffement, à renouveler mais là il n'y a pas de résistance du coup.



#31 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 14 513 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 08 mai 2017 - 20:49

A propos du tonnage, il semble comprendre soufre et bouillie bordelaise, dont les utilisations sont fortement encouragées, en bio  aussi.

Il faut une analyse plus fine que des spécialistes ont pu faire et qui  tempère les conclusions tirées par les médias commerciaux tels que C.I.

 

Je me réjouis que les jeunes agriculteurs aient un niveau d'études plus élevé que celui de leur parents.  Ces personnes qui furent au lycée agricole, mes condisciples souvent cantonnés dans les classes de Bepa ou de D'.

Ils rêvaient de rendements accrus, la génération nouvelle réfléchit en termes de marge, d'itinéraires agricoles, de valorisations, etc…

 

ah les têtes à poux!   ;)



#32 michmuch80

michmuch80
  • Genre: Homme
  • Localisation:Picardie
  • Intérêts:Nature, environnement et développement durable et plein d'autres choses

Posté 08 mai 2017 - 22:20

L'analyse faite par l'Association Française pour l'Information Scientifique : Comment les téléspectateurs ont été abusés par Cash Investigation http://www.pseudo-sc...php?article2614

 

L’Association Française pour l’Information Scientifique (AFIS), n’est ni pro ni anti-pesticides, ni pro ni anti « bio ». Elle œuvre à la promotion de la méthode scientifique et refuse l’instrumentalisation de la science et la déformation des données scientifiques, quelle que soit la cause que l’on souhaite faire avancer ou le commerce que l’on souhaite promouvoir4. Certains, plutôt que de répondre aux arguments de l’AFIS, tentent de décrédibiliser ses messages par des accusations infondées5.


  • FLOYD aime ceci

#33 Eric...

Eric...
  • Genre: Homme
  • Localisation:Lyon

Posté 03 juin 2017 - 11:36

floyd et mimuch, monsant0 recrute, si vous êtes pas déjà payé, foncez il y a de la monnaie à prendre...

 

Comment Monsanto déploie des trolls pour polluer les articles critiques

 

Pour entretenir la confusion et défendre son principal produit, le glyphosate, Monsanto aurait mis en place un programme de recrutement de trolls, chargés d’écrire des commentaires positifs sous les articles critiquant la firme américaine. C’est l’une des nombreuses révélations des « Monsanto Papers », qui ébranlent le mastodonte des pesticides.

Révélés par une enquête en deux volets publiée par le journal Le Monde, ce jeudi 1er juin, les moyens déployés par l’entreprise Monsanto pour défendre son image et le glyphosate, son produit phare, laissent sans voix.

Dénigrement du Centre international de recherches sur le cancer (Circ), alors que jamais « une agence placée sous la responsabilité des Nations unies n’avait été mise en cause (par une entreprise) en des termes aussi crus », écrit le quotidien du soir. Pressions mises sur tous les experts et organisations trop virulents, envoi de faux journalistes ou de faux chercheurs pour assister à des conférences et mettre en doute les conclusions trop négatives, demandes d’accès à tous les documents potentiellement nuisibles à l’entreprise…

Monsanto n’a reculé devant rien pour reverdir l’image du glyphosate, décrié depuis de longues années et qui pourrait être réautorisé pour dix ans par la Commission européenne avant la fin de l’année. Une décision qui pourrait être prise en dépit de récentes études qui tendent à prouver la « cancérogénité » probable du glyphosate.

L’entreprise basée à Saint-Louis est allée jusqu’à développer un programme structuré pour « ne rien laisser passer » (Let nothing go) et va jusqu’à traquer tous les articles publiés sur internet et même tous les contenus sur Facebook. Pour cela, Monsanto recruterait indirectement des trolls, qui viennent systématiquement commenter les publications sensibles pour la firme. Une pratique connue grâce à un document officiel de la justice américaine et disponible via un lien sur le site US Right to Know. Ce dernier explique donc que l’inventeur du Round’up a recours à des entreprises tierces qui « emploient des individus en apparence sans connexion avec l’industrie pour laisser des commentaires positifs en marge des articles en ligne, des posts sur Facebook, pour défendre Monsanto, ses produits chimiques et les OGM ». Des trolls très actifs et dont les commentaires se basent sur des »recherches pseudo-scientifiques commandées par la compagnie elle-même ».
Derrière toute critique, un troll ?

Ces dernières citations, qui définissent le programme Let nothing go développé par Monsanto, sont extraites d’un compte-rendu d’audience de la Cour fédérale de district des Etats-Unis de San Francisco, un document qui aurait parfaitement pu rester confidentiel. Alors que des familles de victimes du cancer sont en pleines procédures contre le fabricant du Round’up outre-Atlantique, le juge Vince Chhabria, qui suit lui-même une cinquantaine de dossiers, a décidé le 24 avril, malgré les objections de l’entreprise, que les documents obtenus par les plaignants pourraient être rendus publics, menaçant même d' »imposer des sanctions si Monsanto persistait à maintenir hors de la vue du public des documents pertinents ».

Le programme Let nothing go reposerait sur deux stratégies complémentaires. Les trolls missionnés pour porter la bonne parole utilisent donc des articles ou des publications qui en apparence semblent scientifiquement crédibles. Par ailleurs, le document divulgué par la justice américaine assure aussi que Monsanto « fait discrètement passer de l’argent à des ‘think tanks’  » tels que le Projet d’alphabétisation génétique (Genetic Literacy Project) ou le Conseil américain de la Science et de la Santé. Deux institutions qui ne cessent de minimiser les effets sur la santé du glyphosate. « Elles humilient ensuite les scientifiques (critiques) tout en mettant en avant des informations favorables à Monsanto et autres fabricants de produits chimiques ». Les titres d’articles publiés par ces deux organismes donnent une idée de leur positionnement : « Le Circ peut-il être réformé ou doit-il être aboli ? », « Le jugement du Circ ignore la science »…

C’est donc munis de cette documentation que les trolls interviendraient sur les forums où ils viendraient noyer de liens et d’explications techniques des lecteurs qui peuvent parfois être déstabilisés par des argumentations en apparence aussi fournies et solides. Le site écologiste américain Ecowatch affirme même que le phénomène est devenu si important dans le pays d’origine de Monsanto que « les citoyens concernés par le sujet doivent mal orthographiés le nom de l’entreprise sur les réseaux sociaux pour déjouer les trolls présents sur internet ». A tel point que « l’un des top commentaires sur le site de discussion Reddit incitait à la pratique suivante : tout le monde devrait écrire Monsant0, (avec un 0 à la fin donc), car cela permet des discussions rationnelles sans que les complices de Monsanto ne puissent se montrer ».

De quoi inspirer ce conseil à Mike Papantonio, un avocat très célèbre aux Etats-Unis : « La prochaine fois que vous faites défiler une page sur un réseau social, sur YouTube ou même la section commentaires de ce site, souvenez-vous que si des trolls semblent vous attaquer sans raison apparente, ces gens reçoivent en fait un salaire annuel ». Un conseil qui peut donc s’appliquer pareillement à cet article.

https://www.marianne...icles-critiques


  • Bill Imbi aime ceci

#34 michmuch80

michmuch80
  • Genre: Homme
  • Localisation:Picardie
  • Intérêts:Nature, environnement et développement durable et plein d'autres choses

Posté 03 juin 2017 - 17:58

Un peu gros quand même. La FAO, l'OMS, l'AFSA ... http://www.lci.fr/sa...le-1510800.html

 

Ça fait beaucoup de trolls qui s'ignorent  :fumeur:  :rolleyes:

 

Attendons le démenti ;)



#35 DzC

DzC

    Bricoleur de génie

  • Membres
  • 3 435 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Est

Posté 03 juin 2017 - 18:20

tu sais ce qu on disait il y a qq années : Monsanto a plus de pouvoir que le President des Etats Unis (Obama à l epoque)...

Sinon des institutions comme l OMS, l AFSA ou l ONU, l AIEA etc... ne sont plus du tout crédibles et complètement

sous influence de divers lobbies, ça n a rien de mysterieux ou conspirationniste (mais cela reste peu su malgré tout).


  • Bill Imbi aime ceci

#36 Bill Imbi

Bill Imbi

    Fan de K. Rott et de Raves Party

  • Membres
  • 864 messages
  • Genre: Femme
  • Localisation:Lyon pour l'instant, mais ça va pas durer

Posté 03 juin 2017 - 19:23

Un peu gros quand même. La FAO, l'OMS, l'AFSA ... http://www.lci.fr/sa...le-1510800.html

 

Ça fait beaucoup de trolls qui s'ignorent  :fumeur:  :rolleyes:

 

Attendons le démenti ;)

Démenti il y aura, crédibilité du "démenteur" c'est chacun qui voudra bien accorder du crédit ou pas.

Moi je ne trouve pas que l'embauche de troll puisse avoir de quoi étonner. Dans la série scandales d'états, on a connu pire. Je ne serais pas étonnée d'apprendre qu'un jour ils décident d’embaucher des tueurs à gages.


Modifié par Bill Imbi, 03 juin 2017 - 19:24 .


#37 michmuch80

michmuch80
  • Genre: Homme
  • Localisation:Picardie
  • Intérêts:Nature, environnement et développement durable et plein d'autres choses

Posté 03 juin 2017 - 20:07

Moi, les on dit ... Je préfère croiser les sources et faire confiance à ceux qui en sont dignes.  

 

Le journal Le Monde multiplie les articles sur ce genre de sujet vendeur, mais chez eux on ne peut lire qu'une partie de l'article, le reste est réservé aux abonnés. D'un autre côté, ils ont créé le décodex pour juger les autres. Ils devraient commencer par balayer devant leur porte.

 

Dans le concert des agences qui se prononcent sur le glyphosate, il n'y a qu'un canard : le CIRC. Toutes les autres – BfR allemand, ANSES française, EFSA et ECHA européennes, EPA états-unienne, Santé-Canada, agence australienne, agence néozélandaise, agence japonaise, autorités suisses concluent à la non-dangerosité du glyphosate en usage conforme aux préconisations.

Dans cette affaire, le CIRC refuse obstinément d'expliciter sa classification alors qu'il l'a fait pour la viande rouge et la charcuterie. 

 

Ce produit est depuis longtemps dans le domaine public et maintenant principalement fabriqué par les chinois. Et vous croyez que monsatan va s'amuser à en rajouter une couche sur les griefs qu'on lui colle sur le dos ?? 

Cela dit je n'utilise pas de produits phytos. La gestion holistique de mon jardin suffit, mais je n'aime pas les jugements a priori.

 

 



#38 michmuch80

michmuch80
  • Genre: Homme
  • Localisation:Picardie
  • Intérêts:Nature, environnement et développement durable et plein d'autres choses

Posté 04 juin 2017 - 01:45

Ce document comportant beaucoup plus de détail fait pencher la balance de votre côté ;) https://www.slowfood...contre-science/



#39 Bill Imbi

Bill Imbi

    Fan de K. Rott et de Raves Party

  • Membres
  • 864 messages
  • Genre: Femme
  • Localisation:Lyon pour l'instant, mais ça va pas durer

Posté 04 juin 2017 - 07:01

Merci Michmuch.

 

J'avoue que je n'ai pas pris de temps pour des recherches (j'ai tellement de trucs plus importants à faire), je me suis limitée à mon "intime conviction". Mais en matière de méthodes de voyou des multinationales pas propres, je pense que nos convictions de citoyen moyen est bien en dessous de la réalité.



#40 DzC

DzC

    Bricoleur de génie

  • Membres
  • 3 435 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Est

Posté 04 juin 2017 - 07:23

Ce document comportant beaucoup plus de détail fait pencher la balance de votre côté ;) https://www.slowfood...contre-science/

 

merci pour cet article et ton honnêteté intellectuelle...

et bienvenue parmi les opposants à Monsanto !   ;)

 

Serieusement cet article demontre bien les strategies d entreprise telle que Monsanto. On y decouvre les ramifications du reseau d influence et la puissance de feu de l entreprise (toxique à tous les niveaux en fait).

Mais c est logique en même temps tout ça, on se doute bien que ce n est pas avec des froncements de sourcils que ces gens (car ce sont des hommes derriere les firmes) arrivent à faire

plier les Etats sur quasiment tous les domaines economiques/politiques.

 

Il faut qd même tjrs rappeler la gravité de ces activités. Qq photos :

http://tempsreel.nou...pesticides.html

https://www.google.f...iw=1682&bih=873

 

Cadres de Monsanto, ne vous promenez plus seuls et ne prononcez surtout pas le nom de votre boite !!!

 

Tjrs sur le pb de l Argentine :

 

http://www.bioalaune...-ses-pesticides

http://www.lemonde.f...57289_3244.html