Accueil » Articles » La santé, le bien-être et l'alimentation

L'art de décoder le langage des dents

Un langage à part entière

Nombre d'idées reçues nous font attribuer nos problèmes dentaires au hasard ou la fatalité. "J'ai toujours eu de mauvaises dents" ou encore "mes parents avaient de mauvaises dents donc j'ai de mauvaises dents" sont des justifications souvent invoquées. Pour la médecine psychosomatique, le corps parle à travers les maux qui l'affectent. Chaque partie du corps revêt un sens symbolique qui permet de comprendre la signification des malaises et des maladies. L'approche s'applique avec plus de justesse encore à la bouche et aux dents. La bouche est par excellence la zone du corps dévolue à la parole. Les mots qui n'ont pu être verbalisés s'expriment à travers les maux de dents. Ainsi, nulle atteinte (carie, déchaussement, fracture, etc.) n'apparaît par hasard, mais exprime un langage à part entière: le langage des dents, langage du dedans.

Le rôle du psychisme

Invoquer des causes psychosomatiques n'implique pas de nier le rôle du sucre et des bactéries mais de le recadrer dans une perspective plus globale incluant d'autres facteurs. Produits par les bactéries buccales à partir des résidus sucrés, les acides responsables des caries n'agissent que sur un terrain préalablement fragilisé. Si les carences en minéraux et vitamines contribuent à fragiliser le terrain dentaire, d'autres carences de nature plus subtile, telles que manque d'attention, de présence ou de marques de tendresse, y contribuent également. Toute dent saine est douée d'une immunité naturelle qui la protège contre les attaques acides des bactéries. Une dent fragilisée par un stress passé ou présent est une dent qui se défend moins bien. Ainsi, certaines dents s'abîment alors que leurs voisines restent saines. Les problèmes dentaires sont le témoin d'une souffrance psychique qui s'exprime de manière préférentielle à travers certaines dents. La cause première des problèmes dentaires est psychique, le sucre n'est qu'un révélateur de nos failles intérieures préexistantes. On constate d'ailleurs que les problèmes dentaires apparaissent à des périodes clés de la vie, en réaction à des stress ou perturbations (deuil, chômage, période de bouleversement affectifs ou professionnels, dépressions, remise en question intérieure, etc.).

La dent est une facette

La répartition des caries, propre à chaque individu, semble parfois défier toute logique. Une personne ne développe des caries qu'à la mâchoire du haut, une autre à la mâchoire du bas, une troisième voit la même dent s'abîmer inexorablement au fil du temps. Chaque dent, dans sa singularité, exprime une partie de nous, représente un domaine de notre vie, une qualité spécifique ou facette de notre personnalité. La canine, pointue, à la racine très longue, exprime la puissance intérieure. Dent du carnivore, elle représente le prédateur à l'intérieur de soi, qui happe et garde sa proie, sait se défendre en montrant les crocs. Dents les plus fines et les plus petites, les incisives du bas représentent la vulnérabilité de notre part la plus fragile: l'enfant en soi. Quant aux incisives du haut, exposées en pleine lumière au centre du sourire, elles représentent l'identité, l'image de soi, notre facette féminine à droite, masculine à gauche.

La dent est une étape de notre enfance

Avant de faire leur éruption, nos dents se forment à l'intérieur de nos mâchoires selon une chronologie précise. Durant la période où elle se forme, la dent, structure minérale cristalline, mémorise les informations (chocs nerveux, états émotionnels) vécus par l'enfant. Chaque dent est le témoin d'une période précise de l'enfance. Par exemple, les premières molaires ou dents de six ans correspondent aux six premières années de la vie. Elles représentent les bases de la personnalité construites à partir des apports des parents. Les engrammes d'émotions négatives inscrivent une fragilité dans la structure de la dent qui s'abîme en écho avec la souffrance passée. Une lésion sur une première molaire révèle un manque (affectif ou éducatif) hérité du parent qui correspond à la dent. Le moment de sa vie où la lésion se manifeste montre que la personne vit une situation qui réactive son manque. Par exemple, une jeune femme qui perd sa maman à l'âge de 5 ans verra sa première molaire en bas à gauche s'abîmer à chaque fois qu'elle vit une situation d'insécurité affective (éloignement familial, rupture affective, etc.).

Le décodage de chaque lésion dentaire

La manière dont la dent s'abîme aide à comprendre comment est vécue la souffrance liée à une facette de soi et à une période de l'enfance. Les dents montrent que chacun exprime sa souffrance avec ses propres maux. La carie traduit le vide, la carence affective ou éducative ressentie par la personne. "Je n'ai pas eu de maman" exprime la carie sur la première molaire de la jeune femme de l'exemple précédent. L'abcès qui se forme de manière sournoise au fil des années, exprime le trop plein d'émotions négatives générées en réaction au manque initial. La personne entretient au plus profond d'elle-même une ranc½ur qui 'empoisonne au propre comme au figuré. L'expression "avoir une dent contre quelqu'un" prend ici tout son sens. L'usure des dents traduit la colère dirigée contre elle-même d'une personne qui n'ose pas agir ou dire ce qu'elle a sur le c½ur. Etc.

La personnalité inscrite dans les dents

Forme, implantation, taille, aspect et teinte des dents révèlent notre nature profonde. Par exemple, des dents larges, blanches et brillantes, implantées vers l'avant, traduisent le tempérament extraverti d'une personnalité de nature rayonnante. Une teinte plus grise ou plus terne, une implantation vers l'arrière ou des dents étroites sont les indices d'une personnalité effacée ou en retrait qui manque de confiance en elle. Tout défaut d'implantation est parlant. Par exemple, une dent cachée derrière les autres est une facette de soi qu'on cherche à dissimuler. Une dent incomplètement sortie est un domaine de sa vie où la personne n'a pu s'épanouir entièrement, etc.

Un langage d'une infinie richesse

Nos dents représentent une fantastique banque de données, d'accès immédiat et facile. La denture est une cartographie de l'inconscient d'une précision étonnante. Elle permet de lire en soi-même comme dans un livre ouvert, d'identifier des blocages présents depuis l'enfance. En cas de problème, comprendre le message de la dent malade est une étape incontournable de la guérison. Tout message non compris a tendance à se répéter, parfois jusqu'au délabrement de la dent. Pour éviter d'en arriver là, il suffit de faire parler nos dents ou plutôt d'écouter ce qu'elles ont à nous dire. Il nous appartient d'en finir avec la fatalité des problèmes dentaires, en décodant les mots du dedans cachés derrière les maux de dent.

Estelle Vereeck

Auteur du Pratikadent, dictionnaire holistique des atteintes dentaires et de la biocompatibilité des soins