Accueil » Infos pratiques » Consommation & alimentation

La vérité sur les sacs plastiques

L'amidon est-il la solution ?

Bonne nouvelle : la grande distribution devra, d'ici 2010, renoncer au sac plastique non biodégradables (les milliards de sacs distribués chaque année aux caisses produiraient 72 000 tonnes de déchets non dégradables - et songez qu'il faut 4 siècles à la nature pour absorber ce plastique) !

L'avenir de l'emballage est le «bioplastique» à base d'amidon de maïs (ou autres céréales) ! Tout le monde est d'accord là-dessus ! Pas vous ?

C'est pourtant simple, nous disent les experts de la biotechnologie : le maïs renferme 75% d'amidon, produit par broyage du maïs. L'amidon est transformé en glucose, qui par fermentation bactérienne forme de l'acide lactique, lequel est condensé en polymère : l'acide polylactique (PLA).

Un peu trop simple peut-être ? Car nous parle-t-on :

  • des surfaces nécessaires pour produire ces plantes à plastique ? (car les plantes, il faut les cultiver... et l'agriculture a ses limites : le maïs se cultive en monoculture et cette pratique appauvrit le sol),
  • de la quantité d'eau utilisée ? (la nappe phréatique, on l'a constaté ces derniers étés, n'est pas inépuisable et la culture du maïs demande beaucoup d'eau, plus que le blé qui, lui, est cultivé en hiver),
  • de la pollution ? (le maïs est la plus gourmande des céréales en intrants ; concernant les engrais, jusqu'à 200 kg à l'hectare, lisier*, fumier, granulés...),
  • de l'énergie indispensable à la production de ce plastique «vert» ?
  • des liens entre ces industries du bioplastique et celles qui nous proposent les OGM ?

Ne pensez-vous pas qu'au lieu d'attendre que l'on nous "change" le plastique, nous devrions d'abord changer nos habitudes de consommation ?

Et cela, ce ne sont pas les multinationales de la biotechnologie qui vous le diront!

Consommateur, tu peux dormir tranquille... Elles pensent pour toi... Continues à consommer !

* L'épandage du lisier de porc est la cause principale de la pollution des rivières et de l'eau des nappes phréatiques de Bretagne (nitrates).

Sources :