Accueil » Infos pratiques » L'habitat

Le recyclage des bouchons en liège

Le liège pourrait devenir à terme un matériau de luxe car de plus en plus difficile à récolter. Recueilli à partir de l'écorce du chêne-liège, essentiellement dans les régions du sud de l'Europe (Portugal, Espagne, Corse) le liège sert au bouchonnage de bouteilles de vins, de cidre ou de champagne, mais aussi dans le bâtiment comme isolant thermique et acoustique, dans la fabrication de semelles, de bouées de sauvetage... Cette matière naturelle se régénère très lentement. Après la plantation d'un arbre, il faut en effet attendre 25 ans pour en récolter l'écorce une première fois. Ensuite, il faudra 10 nouvelles années à l'arbre pour faire une écorce à nouveau utilisable. Or, vu la demande croissante de ce matériau, les producteurs ont tendance aujourd'hui à raccourcir régulièrement le délai d'écorçage, ce qui a pour conséquence depuis 1992, de fragiliser les arbres et de provoquer l'invasion d'un champignon nuisible dans les vergers de chêne-liège.

La solution pour limiter les dégâts écologiques de cette surexploitation se trouve dans le recyclage du liège issu des bouchons.

Combien de milliers de bouchons finissent en décharge ou incinérés ? Pourtant, le recyclage de bouchons en panneaux d'isolation ou en semelle de chaussure est tout à fait envisageable. Le liège peut être broyé en granulés sans perdre ses qualités. Chauffé sous pression, il libère ses propres résines et les granulés se soudent entre eux pour former des plaques. Certains pays comme la Belgique et l'Allemagne se consacrent depuis quelques années à la collecte des bouchons. Ainsi, outre-Rhin, pas moins de 1800 lieux de collecte existent, créés bien souvent sur des initiatives privées. Un atelier de recyclage a même vu le jour à Kork (près de Kehl) où travaillent des personnes handicapées.

En Belgique, la collecte a atteint 28 tonnes en 2002. La France, pourtant très concernée avec ses nombreuses régions viticoles a pris lentement le train en marche. Jusqu'à présent, à peine une centaine de volontaires ont mis la main à la pâte en Alsace, en Moselle, en Champagne et à Beaune. Ainsi, les Amis de la nature de Champagne Ardennes ont permis de récolter 9 tonnes de bouchons en liège en 2002, contre 900 kg en 2000. A terme, les bénévoles espèrent bien contribuer à la création d'un atelier en France à l'instar de celui de Kork. A la condition de collecter encore pleins de petits bouchons.

Plus de renseignements sur www.fedeliege-france.org

Source :

  • Catherine Moncel, « Recyclage Récupération Magazine »