Accueil » Articles » La santé, le bien-être et l'alimentation

Synthèse "Vaccin contre la grippe H1N1"

par Libertie

Depuis de nombreux mois, les média nous parlent du risque de pandémie concernant la grippe A/H1N1. Actuellement, on se rend compte que ce virus si dangereux, coupable d'un nombre de décès importants est sans nul doute assez bénin et quelque mesures simples d'hygiène permettraient de s'en protéger.

A propos de cette grippe, on peut lire tout et n'importe quoi dans les média, sans pouvoir avoir le temps de trier les différentes informations et savoir qui croire. Ce qui est certain c'est que cette politique de la peur est montée de toute pièce pour effrayer la population et lui faire accepter la vaccination massive.

Je souhaite faire une petite synthèse de toutes ces informations pour essayer de clarifier la situation actuelle. Cet article n'a pas pour objectif d'influencer qui que ce soit. Il permet juste par les nombreux liens qui le composent de se faire une idée assez précise sur tout ce qui s'est passé ces derniers mois à propos de cette grippe A. Cet article m'aura demandé plusieurs jours de travail afin d'être aussi complet que possible mais il est possible que certains liens n'y figurent pas.

1. Chronologie de cette grippe.

>>>> 1.A Qu'est-ce que cette grippe réellement?

D'après wikipédia, "il s'agit d'une maladie respiratoire aiguë provoqué par un virus de la grippe A. Il est réapparu en 2009 sous une forme génétique transmissible à l'homme. Il contient les gènes du virus de la grippe aviaire, de la grippe porcine, et de la grippe humaine, c'est-à-dire qu'il s'agit d'un virus réassorti : (Un virus réassorti est le mélange du matériel génétique de deux virus qui sont similaires infectant la même cellule. Les réassortiments se produisent entre les virus de la grippe, dont les génomes composé de huit segments d'ARN distinct. Ces segments agissent comme des mini- chromosomes, et à chaque fois qu'un virus de la grippe est assemblé, il faut une copie de chaque segment. Si un hôte unique (un humain, un poulet, ou autre animal) est infecté par deux souches différentes du virus de la grippe, il est possible que de nouvelles particules virales assemblées seront créées à partir de segments dont l'origine est mixte, certains provenant d'une souche et certains d'une autre. La nouvelle souche réassortie pourra voir sa virulence sensiblement varier par rapport à ses deux lignées parentales. C'est en effet la synergie entre les différents gènes du virus qui détermineront sa virulence.)

Déjà là, moi je m'interroge : comment se fait il qu'il y ait une telle mutation génétique ? Adrian Gibbs le créateur du Tamiflu, australien a montré que le virus ne pouvait pas venir d'ailleurs que d'un laboratoire.

Je continue la lecture de la définition de cette grippe:

Le virus se propage généralement par la toux et les éternuements ou en touchant une surface contaminée puis son nez ou sa bouche. Au niveau mondial, la mortalité est faible et ne concerne que des personnes déjà affaiblies. Dans la majorité des cas, les malades n'ont présenté que des symptômes bénins et leur guérison a été rapide et complète.

La mortalité est effectivement moindre. Même si chaque décès est terrible lorsque l'on sait que le virus est sorti d'un laboratoire. Le dernier rapport en date indique personnes décédées (voir le bulletin de l' INVS).

Les personnes présentant les symptômes de la grippe A(H1N1) sont traitées avec du paracétamol4 et pour les cas plus sévères avec des inhibiteurs de la neuraminidase des virus grippaux tels l'oseltamivir ou le zanamivir5.

Nous en reparlerons plus loin.

Depuis plusieurs mois, nous avons donc eu droit à énormément d'informations de la part du gouvernement, des média, des médecins... Cette grippe était tellement dangereuse et terrible qu'il fallait employer les grands moyens pour pouvoir arriver à protéger l'ensemble de la population. La ministre de la santé française, Roselyne Bachelot avait décidé de commander 94 millions de doses de vaccins, en suivant les recommandations des experts de l'OMS.

>>>> 1.B Chronologie

En août 2007 les laboratoires déposent un brevet concernant ce vaccin. Sur TF1, on apprend également qu'il est sans doute sorti d'un laboratoire de façon accidentelle.

In further embodiments a vaccine or pharmaceutical composition is provided which comprises one or more viral antigens. Such a pharmaceutical composition can further comprise a pharmaceutical carrier and/or an adjuvant. Such pharmaceutical carriers are for example stabilising salts, emulgators, solubilisers or osmo-regulators, suspending agents, thickening agents, redox components maintaining a physiological redox potential. Pre-ferred adjuvants include aluminium salts, microemulsions, lipid particles, and/or oligonucleotides used to increase the immune response. A further aspect of the present invention is a pharmaceutical composition or preparation as vaccine comprising an antigen. A vaccine can be used e.g. for an injection as a prophylactic means against a virus associated disease. In particular preferred embodiments the composition or vaccine comprises more than one antigen, e.g. 2, 3, 4, 5, 6, 7 or 8, in particular of different virus strains, subtypes or types such as influenza A and influenza B, in particular selected from of one or more of the human H1N1, H2N2, H3N2, H5N1, H7N7, H1N2, H9N2, H7N2, H7N3, H10N7 subtypes, of the pig flu H1N1, H1N2, H3N1 and H3N2 subtypes, of the dog or horse flu H7N7, H3N8 subtypes or of the avian H5N1, H7N2, H1N7, H7N3, H13N6, H5N9, H11N6, H3N8, H9N2, H5N2, H4N8, H10N7, H2N2, H8N4, H14N5, H6N5, H12N5 subtypes.

Au mois de février 2009 le comité consultatif national d'éthique pour la science et pour la vie rend un rapport sur les questions d'éthique dans le cas d'un pandémie de grippe Aviaire.

Début mars 2009 Le président de la république française, Nicolas Sarkozy, lors de sa visite au Mexique indique que SANOFI AVENTIS va construire une grande usine de développement de vaccins contre les grippes saisonnières et pandémiques. Elle investit 100 millions d'euros.

Mars 2009 premiers cas de malades atteints au Mexique.

Le 24 avril on commence a nous parler de la grippe porcine qui est très dangereuse et très contagieuse.

Elle aurait entrainé des décès au Mexique... Premier décès au Mexique le 13 avril

Au mois d'avril L'OMS modifie la définition du terme de pandémie. Et publie un document à l'attention des pays dans la gestion d'une pandémie de type 5/6.

Le 30 avril au journal de TF1, on apprend comment vont être fabriqué les vaccins. Bruno Lina montre comment les laboratoires vont s'y prendre.
Madame Bachelot décide que nous devons passer en risque 5A.
Dés le début, le gouvernement a lancé des communications importantes indiquant la dangerosité de cette grippe et les moyens physiques pour s'en prémunir. Il va jusqu'à faire équiper un grand nombre d'administrations de masques, de gels hydro-alcooliques.

Le 30 mai par Europe 1 on apprend que le gouvernement veut rendre obligatoire la vaccination de la population si l'OMS passe en pandémie 6. Sans passage en pandémie 6, il n'y aura pas d'obligation mais un forte recommandation.

Le 11 juin 2009 l'OMS décide le passage à la phase 6 ; la grippe A (H1N1) de 2009 est donc considérée comme une pandémie.
C'est pour l'instant une grippe bénigne, avec une guérison complète et rapide et une mortalité faible mais l'OMS a décidé de la considérer comme une pandémie en phase 6.
L'OMS a décidé au mois d'avril de modifier la définition du terme de pandémie. En effet, on ne compte plus le nombre de décès mais bel et bien uniquement le nombre de personnes atteintes et la zone géographique:
Une pandémie est une épidémie touchant une part exceptionnellement importante de la population et présente sur une large zone géographique.
* phase 1 : Un nouveau sous-type de virus est détecté chez les animaux, sans danger pour les êtres humains;
* phase 2 : Un nouveau sous-type de virus est détecté chez les animaux, potentiellement dangereux pour l'homme;
* phase 3 : Le début de la phase d'alarme, quelques personnes sont infectées, mais il n'y a pas de transmission de personne à personne ou très rarement et seulement lors de contacts très étroits avec des personnes infectées;
* phase 4 : Petites et rares accumulations locales d'infections d'homme à homme, ce qui suggère que le virus n'est pas bien adapté à l'homme;
* phase 5 : Risque important de pandémie : grandes infections au sein d'au moins deux pays d'une région de l'OMS, mais toujours de plus en plus isolées et accumulations locales des transferts d'homme à homme, ce qui suggère que le virus est de plus en plus adapté à l'homme, mais n'est pas encore totalement transférable de l'homme à l'homme;
* phase 6 : Début de la pandémie au sein de plusieurs régions de l'OMS, hausse durable des transferts d'homme à homme dans l'ensemble de la population.

=> Quelques exemples de pandémie phase 6: la peste noire (25 millions de morts); une grippe en Russie de 1889 à 1894; la grippe espagnole de 1918 à 1920 (20 millions de morts); le VIH (40 millions de morts depuis 20 ans); et la grippe A.

Depuis le mois de juillet l'OMS a arrêté de comptabiliser le nombre de cas de grippe H1N1. Les premières personnes atteintes ont pu bénéficier des tests, à plus de 280 euros. Ensuite, on ne le faisait qu'aux personnes qui était hospitalisées ou décédées. Du coup, le nombre de cas annoncé est forcément sujet à caution étant donné que les chiffres sont basés sur les seuls symptômes relevés et signalés par les médecins.

Début juillet 2009 les laboratoires obtiennent du gouvernement américain l'impunité judiciaire: "En juin, la Secrétaire à la Santé et aux services sociaux des États-Unis, Kathleen Sebelius, a signé un décret conférant l'immunité aux fabricants de vaccins contre la grippe H1N1, en cas de poursuite judiciaire suite au nouveau vaccin contre cette grippe. Le gouvernement américain a pris cette mesure afin d'encourager les fabricants à produire le vaccin".

Au mois de juillet, Les masques sont disponibles dans les pharmacies, gratuitement sur prescription médicale. Madame Bachelot a écrit aux médecins traitants. Elle demande aux personnes de se rendre chez leurs médecins traitants et non aux urgences.
Quatre maquettes de vaccins anti-A/H1N1 des laboratoires Baxter, GlaxoSmithKline et Novartis sont déjà approuvées pour l'Union européenne, basées sur la souche pandémique.

Le 7 aout le laboratoire Baxter nous parle d'un vaccin maquette: "Le 7 août 2009, le laboratoire Baxter annonce avoir développé un vaccin, le Celvapan, et être en discussion avec les autorités sanitaires pour sa distribution 66 C'est en fait un vaccin dit "mock-up" ou vaccin-maquette, une version adaptée du vaccin pré-pandémique initialement mis au point contre le virus aviaire A(H5N1). Ce prototype disposait déjà d'une Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) accordée par l'Agence européenne pour l'Évaluation des Médicaments (EMEA). Ce procédé permet une autorisation accélérée du vaccin pandémique, sans déposer une nouvelle demande d'AMM."

Septembre 2009: on apprend que certaines personnes ont déjà été en contact avec le virus et qu'ils n'auront du coup, sans doute aucun risque de la contracter: "Dès l'émergence du nouveau virus grippal A (H1N1) pandémique au Mexique et aux États-Unis au printemps dernier, il est apparu que les sujets les plus facilement contaminés et les plus susceptibles de développer des formes graves étaient très différents de ce que l'on observe au cours de la grippe saisonnière.

Schématiquement, les enfants et les jeunes adultes semblaient être les cibles "prioritaires" du virus tandis que les personnes âgées apparaissaient comme relativement protégées. Une étude sérologique qui vient d'être conduite aux Etats-Unis permet d'expliquer cette répartition atypique.

Des sérums conservés depuis plus d'un siècle: Kathy Hancok et coll. ont recherché, par micro-neutralisation sur diverses collections de sérums, des anticorps dirigés contre la souche A H1N1 2009, une souche H1N1 saisonnière et le virus grippal qui avait occasionné quelques cas de grippes porcines aux États-Unis en 1976 (cet événement avait à l'époque conduit à vacciner environ 40 millions d'américains contre ce virus).

Comment interpréter ces résultats ?
- Il apparaît tout d'abord que les sujets ayant une soixantaine d'années ou plus sont souvent protégés contre le virus pandémique actuel en raison des contacts qu'ils ont eu avec des virus H1N1 dans leur jeunesse.
- Le fait d'avoir été vacciné contre la grippe saisonnière ne semble conférer aucun avantage vis-à-vis de la pandémie de 2009.
- Aux États-Unis les personnes ayant été vaccinés contre la grippe porcine en 1976 pourraient bénéficier d'une protection relative contre la grippe A (H1N1) pandémique. De façon tout à fait anecdotique, cette campagne de vaccination massive décidée par le Président Gérald Ford, qui s'était avéré à l'époque totalement inutile puisque l'épidémie annoncée avait fait long feu, pourrait, in fine, avoir eu des conséquences positives imprévues...

Cette absence relative de protection s'observait avec les vaccins avec et sans adjuvant."

Source le Journal International de médecine, extrait d'un article de Anastasia Roubiev.

En particulier les personnes nées avant 57:
"Du 24 mars au 29 avril 2009, 2 155 cas de pneumopathies graves ont été rapportés au ministère de la santé mexicain ce qui correspondait à une très forte augmentation de la fréquence de ce type de pathologies. Durant la même période 2 582 prélèvements naso-pharyngés se sont révélés positifs pour le virus A (H1N1) ce qui laisse penser qu'un très grand pourcentage de ces pneumopathies sévères était lié au nouveau virus (même si 44 % seulement de ces pneumopathies graves ont pu être rapportés biologiquement avec certitude à la grippe A [H1N1]). Ces pneumopathies grippales graves frappaient des populations très différentes par rapport à la grippe saisonnière. Alors qu'au cours des épidémies de grippe des hivers 2005 à 2008, les tranches d'âge les plus touchées par les pneumopathies graves étaient les enfants de moins de 4 ans et les sujets de plus de 65 ans, lors de ce début de pandémie le pic de fréquence des formes sévères a été observé entre 25 et 44 ans. Ainsi, par exemple si les sujets de plus de 75 ans représentent habituellement 51 % des décès par pneumopathie au cours des épidémies de grippe saisonnière, ils ne comptent plus ici que pour 5 % des morts et 87 % des morts de cette nouvelle épidémie ont concerné des sujets entre 5 et 59 ans.
Ces données confirment donc celles recueillies aux États-Unis il y a quelques semaines sur les premiers cas graves de grippe A (H1N1).
Pour les auteurs, cette relative immunité des sujets de plus de 60 ans s'explique probablement par un contact préalable avec un virus A (H1N1) qui circulait dans la population avant l'épisode pandémique de 1957 lié à un virus A (H2N2)."

Extrait d'un article paru dans le journal international de médecine écrit par Anastasia Roubiev.

En juillet, Robert Debré, nous disait qu'il s'agissait d'une grippette. D'après Marc Gentilini qui a été interviewé par Le Journal le Monde le 6 aout (spécialiste des maladies infectieuses, est membre de l'Académie de médecine et ancien président de la Croix-Rouge. ) la manière de traiter cette grippe est indécente

Or on assiste vraiment à une sur médiatisation:
Dés le mois d'août, alors que le vaccin n'est même pas au point on lit déjà des articles quant au fonctionnement de la future campagne. . "Pour limiter vraiment la diffusion de l'épidémie, il faut pouvoir vacciner la moitié de la population moins de 30 jours après son déclenchement", explique un expert gouvernemental. La stratégie de vaccination dépendra donc de l'ampleur et de la virulence de l'épidémie. On sait déjà que 94 millions de doses de vaccins ont été commandées sachant que la vaccination de chaque patient nécessite deux doses de vaccin.
La semaine dernière sur France Inter, Roselyne Bachelot a indiqué qu'"une logistique très particulière serait déployée" avec la mise en place "très probablement de centres de vaccination qui permettront de suivre la traçabilité" des opérations. Mais rien de concret pour l'instant. "Beaucoup de centres peuvent être mobilisés, des dispensaires, des mairies, des centres de santé, des cabinets médicaux qui pourraient être désignés", a ajouté la ministre de la Santé. Ces choix doivent être précisés et validés à la rentrée.
Pas de vaccination prévue dans le cabinet du médecin: d'après les laboratoires pharmaceutiques, les vaccins seront livrés par boîtes de 50 ou 100. Ainsi, le principe d'une vaccination dans l'ensemble des cabinets de médecins n'est pas privilégié par les pouvoirs publics pour une question de traçabilité, de conservation et de risques de pertes de doses de vaccins qui pourraient toutes ne pas être utilisées. Pourtant, dans son communiqué du 23 juillet, (dont le Jim s'est déjà fait l'écho : Les syndicats de médecins critiques sur l'action du gouvernement), l'Union généraliste, syndicat de médecins généralistes, rappelle que "le lieu de vaccination idéal reste le cabinet du médecin traitant qui pourra assurer la traçabilité de la vaccination ........ Le Ministère de la Santé a invité les infirmiers vendredi dernier à une réunion sur le plan de pandémie grippale H1N1. Il a été annoncé que les infirmières libérales seraient sollicitées dans les centres de vaccination............. Les vaccinations seront prises en charge par l'Assurance-Maladie et pourraient donc lui coûter très cher. MG France propose un "forfait de prévention épidémique" au lieu d'un paiement à l'acte" Article de FB paru dans le journal de médecine le 5 aout 2009.

ET on assiste à une course aux vaccins sans précédent avec des mises sur le marché avec des AMM exceptionnelles.

"Procédure AMM "sous circonstance exceptionnelle": En Europe et compte tenu de la situation épidémiologique mondiale, la procédure d'Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) se fait "sous circonstance exceptionnelle", prévue par la réglementation européenne. Cela signifie que "le laboratoire dépose ses données auprès de l'European Medicines Agency (EMEA) au fur et à mesure qu'elles leur parviennent. Cela permet une analyse progressive des données et une éventuelle autorisation donnée plus rapidement", explique France Rousselle. "Après une évaluation collégiale (à laquelle participe l'Afssaps, ndlr), un avis définitif est rendu par le Comité scientifique de l'EMEA". La Commission Européenne peut alors délivrer l'AMM.
Les données cliniques sont donc inévitablement limitées mais l'OMS tient à rassurer. Sur son site Internet, elle assure que l'accélération des procédures d'autorisation des vaccins en cours de production ne se fait pas au détriment de leur innocuité. Dans le cas des changements de souche, les autorités réglementaires ne considèrent pas ces vaccins comme "nouveaux". "Aux États-Unis, par exemple, un fabricant a moins d'informations à fournir s'il a déjà homologué un vaccin antigrippal et s'il entend utiliser le même processus de fabrication pour le vaccin contre la grippe pandémique", note l'OMS.
Les effets indésirables: l'OMS se pose néanmoins la question des éventuels effets indésirables du vaccin, "trop rares pour être mis en évidence même au cours d'essais cliniques de grande ampleur [mais qui] peuvent apparaître lorsque la vaccination concerne des populations très nombreuses". Un renforcement de la pharmacovigilance est ainsi prévu, et sera assuré, en France, par l'Afssaps. De plus, "un plan de gestion des risques a été mis en place à l'échelle européenne et un plan national de gestion des risques est en cours d'élaboration", assure France Rousselle." Article de FB paru dans le journal international de médecine le 12 Août 2009.

Madame Bachelot, avec le concours du ministre de l'Éducation Nationale, décide de fermer les écoles dés l'apparition de 3 cas de grippe dans une même classe dés la rentrée scolaire et de permettre l'accès aux cours via internet pour assurer la continuité des cours.

Dans un même temps, on voit apparaitre des circulaires qui décrivent dans toutes les administrations les démarches à accomplir pour la préparation de la campagne vaccinale.

Pendant que les premiers vaccins commandés arrivent, madame Bachelot passe en revue les services de santé à la Réunion.

Septembre 2009 Madame Bachelot donne des directives ainsi que les pleins pouvoirs aux Préfets pour l'organiser. Nous avons pu assister alors à la fermeture d'école de façon anarchique et désinvolte.

Au début du mois d'octobre, l'AMM du vaccin Pamdemrix * est délivrée.

Madame Bachelot demande à toute la population de se vacciner contre la grippe saisonnière avant de se vacciner contre la grippe A.
Une nouvelle circulaire et la campagne vaccinale débute. Madame Bachelot prend la peine d'écrire un courrier à chaque personnel de santé pour les inciter à se faire vacciner.

La campagne va commencer par les personnels médicaux et paramédicaux. Mais ces derniers ne souhaitent pas vraiment se faire vacciner.
"60 % voulaient se faire vacciner en juillet, ils ne sont plus que 43 % à le souhaiter aujourd'hui!. Les lecteurs du JIM ont été très nombreux à vouloir se prononcer sur cette question, témoignant de la fièvre que peut provoquer tant l'adhésion à la vaccination que son rejet. Mille trois cent trente sept professionnels de santé internautes ont en effet répondu à notre enquête: 48 % pour indiquer qu'ils ne se feraient pas vacciner contre la grippe A (H1N1) cet hiver, 43 % pour affirmer qu'ils avaient bien l'intention de bénéficier de la vaccination et 9 % (une proportion importante) pour témoigner de leur indécision sur le sujet. Trois mois plus tôt, ils étaient bien moins nombreux à n'avoir pas encore fait leur choix : 7 % des 626 praticiens internautes répondaient en effet de la sorte au mois de juillet lorsqu'on les interrogeait sur leur intention de se faire vacciner. Surtout, la nette différence entre les deux enquêtes concerne la proportion de professionnels de santé favorables à la vaccination : 60 % répondaient par l'affirmative quand on leur demandait s'ils se feraient vaccinés contre la grippe A (H1N1) dès l'AMM du vaccin !"
Extrait d'un article de A.H paru dans le Journal international de médecine le 10 /11/09.

On trouve également la même motivation chez les infirmières..

Fin octobre, une nouvelle circulaire indique le déroulement de la campagne. Chaque vaccinateur reçoit un document relatant les techniques à utiliser, les façons de procéder de façon très exhaustive.

Déjà le Syndicat national des Infirmiers dénonce ce vaccin insuffisamment testé.

Un médecin du centre 15 sur l'île de la réunion dénonce la politique gouvernementale.

Dans le journal international de médecine, on peut lire des articles quasi quotidiens, certains pour indiquer l'importance de la vaccination, d'autres pour indiquer que les professionnels de santé de Hong-Kong refusent de se faire vacciner, d'autres pour informer que les professionnels de santé ne se précipitent pas pour se faire vacciner.

"Paris, le lundi 9 novembre 2009 - Le ministre de la Santé, Roselyne Bachelot ne semble pas avoir l'optimisme arithmétique. Lors de la conférence de presse organisée ce matin au ministère de la santé, dédiée au lancement le 12 novembre de la campagne de vaccination à destination de la population générale, elle a évoqué l'immunisation des professionnels de santé. "On a parlé de désaffection des professionnels de santé pour la vaccination, de début poussif, certains ont même parlé d'échec, un de ces experts (...) a même parlé de bide. Qu'en est-il vraiment ? Je vous laisse juge: ils seront ce soir plus de 80 000 praticiens hospitaliers, médecins et infirmiers de ville à être vaccinés. Je dis bien 80 000". Ces chiffres méritent-ils cependant tant d'être répétés ? Au regard des 800 000 professionnels de santé principalement visés par la campagne et du million de soignants que compte la France, il semble que moins de 10 % des personnes visées aient pour l'heure répondu à l'appel."
Extrait d'un article de A.H paru dans le Journal International de Médecine le 08/11/09

Au début du mois de novembre, la campagne de vaccination débute, tout d'abord dans les centres de vaccination mis en place à cet effet avec des personnels réquisitionnés. Les réquisitions arrivent au domicile des infirmiers, sans préciser l'endroit, le jour, l'heure, mais avec la liste des infirmiers et infirmières réquisitionnés ainsi que leurs adresses personnelles.

Des personnels sensés au départ être volontaires, mais devant leur refus de se porter volontaires, les Préfets obligent les personnels, menaces à l'appui, à aller vacciner. Dans certains centres, on oblige les personnels médicaux et paramédicaux non vaccinés à porter un masque et les autres à porter un badge indiquant qu'ils aiment la vaccination.

Le Docteur Marc Girard essaie de donner des pistes aux personnels qui refusent d'être vaccinatueurs.

La campagne commence très doucement, les personnes attendent d'avoir reçu leur bon délivré par la CPAM avant de se rendre dans les centres.
Ensuite, les files d'attente de plusieurs heures devant les centres de vaccination montrent combien ce système est complètement inadapté. La désorganisation de ces centres est criante et les personnes enceintes, les nourrissons côtoient des personnes malades. Ils sont debout et amassés dans des endroits pas prévus à cet effet. C'est un excellent moyen de véhiculer un virus de concentrer autant de personnes dans un même endroit...

Au retour des vacances de la Toussaint, la campagne vaccinale débute dans les établissements scolaires, par des équipes de vaccination mobiles. Les parents reçoivent tous des documents résumant les indications à propos de cette grippe et des vaccins :
- Vaccination des élèves de collège et lycée.
- Fiche d'information sur la vaccination destinée aux parents des enfants scolarisés en collège et lycée
- Fiche d'information sur les vaccins contre le virus Grippe (H1N1) 2009
Ils ne sont pas informés que leur enfant va recevoir un vaccin avec adjuvant.

Pendant les fêtes de fin d'année 2009, on réduit le nombre de centres de vaccination ouverts, au strict minimum. Le nombre de personnes vaccinées avoisinent les 5 millions.

Le 4 janvier 2010, Madame Bachelot annonce au journal de 20H de TF1 qu'elle annule la commande 50 millions de vaccins et indique qu'elle autorise les médecins à vacciner dans leur cabinet. Les centres de vaccination restent ouverts et elle indique que certaines entreprises pourront désormais vacciner.

Madame Bachelot indique que les coûts de la campagne chez les médecins seront moindres étant donné que la personne n'ira que pour se faire vacciner : 6 euros 56. Le syndicat des médecins s'indigne indiquant qu'il est nécessaire d'effectuer une véritable consultation avant toute vaccination. Fait sans doute qui avait échappé à Madame Bachelot, effectivement, qu'une vaccination est l'inoculation d'un médicament et qu'avant tout acte médical un médecin doit pratiquer un examen complet. Les médecins ont été mis à l'écart depuis le début de la campagne.

Son indication entraine un recul en bourse des Laboratoires pharmaceutiques et en particulier de SANOFI Pasteur.

On peut retrouver une chronologie des cas de grippe dans le monde dans cet article paru dans challenge.

On peut se demander comment est-ce que cela se fait de décéder de ce virus alors que l'on était auparavant en bonne santé ? Certes la majorité des personnes étaient atteintes de ce virus mais certains sont décédés : - De surinfections dues à certaines bactéries comme le streptocoque, le pneumocoque: "Le docteur Anne Schuchat, responsable du suivi de l'épidémie au sein des CDC, a en effet pointé du doigt une augmentation "d'infections graves à pneumocoque", probablement liées à la présence simultanée du virus grippal", ou le staphylocoque, ou à haemophilius influenza ou au virus syncitial;
- Des effets secondaires du Tamiflu;
- De mutations du virus.

2. Polémiques et résistances.

Je ne pensais pas que ce terme de résistance existerait à nouveau dans un pays où nous sommes sensés vivre en démocratie et surtout en bonne intelligence.
Nous avons vu précédemment que cette grippe était considérée comme bénigne. Dés le départ, nous avons pu entendre des remarques de la part de certains médecins et de certains scientifiques concernant cette grippette.

Nous pouvons donc d'ors et déjà nous poser les questions qui s'imposent : "Pourquoi les médecins et infirmières de Hong Kong, qui ont vécu de douloureux épisodes de SRAS, qui sont habituellement très vaccins, refusent à ce point de se faire vacciner?"

Extrait d'un article paru dans le journal de médecine le premier septembre 2009 :
"Les infirmières de Grande-Bretagne et de Hong-Kong pas prêtes à se faire vacciner
Le SNPI fait écho à une récente étude réalisée par des chercheurs en santé publique de Hong-Kong et publiée en ligne la semaine dernière par le British Medical Journal (BMJ) qui montre que sur 2 255 personnes du domaine hospitalier interrogées en mai dernier, 47,9 % d'entre elles ne sont pas prêtes à recevoir le vaccin contre la grippe A (H1/N1).

De la même façon, au Royaume-Uni, selon une enquête publiée il y a une semaine par la revue britannique Nursing Times, 30 % des 1 500 infirmières interrogées refuseraient de se faire vacciner contre la grippe A et 33 % seraient encore indécises." par FB.

Est-ce que cela a un lien avec l'épisode de 1976 où les USA ont été obligés de suspendre une vaccination de masse similaire en raison du nombre de cas de maladies de Guillain Barré qui se sont déclarés en effets secondaires ?

Extrait du même article que plus haut paru dans le journal international de médecine le premier septembre 2009 :
"En clair, le rapport bénéfice/risques ne penche pas du côté de la vaccination selon le syndicat [syndicat infirmier] qui craint l'apparition de maladies auto-immunes notamment neurologiques comme le syndrome de Guillain-Barré. Selon le CDC d'Atlanta, un tel syndrome a été identifié en 1976 aux États-Unis chez 500 patients (avec 30 décès) lors d'une campagne de vaccination contre la grippe porcine (qui a dû être interrompue après que 40 millions d'américains aient été vaccinés)." par FB

Alors que l'Agence européenne du médicament indiquait qu'il n'y avait pas de risques : " Citée par Andrew Hayward de l ́université de Birmingham dans l'éditorial accompagnant l'article publié par le BMJ, l'Agence européenne du médicament estime que "des dizaines d ́années d ́expérience d ́insertion d ́une nouvelle souche dans un vaccin avec la grippe saisonnière, comme cela se fera avec le changement d ́H5N1 vers H1N1 dans le vaccin pré-pandémique, ne devrait pas substantiellement affecter la sécurité et le niveau de protection".
Mais, dans Le Monde daté du 20 août dernier, Carmen Kreft-Jaïs, responsable de la pharmacovigilance à l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), expliquait être "tout à fait consciente du risque lié à la survenue de cas de Guillain-Barré chez les sujets vaccinés contre la grippe". "Nous suivrons attentivement l'évolution du nombre de Guillain-Barré en cas de pandémie et de vaccination massive", a-t-elle assuré.
Une démarche encouragée par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) qui a expliqué il y a plusieurs semaines déjà que "par manque de temps, les données cliniques seront inévitablement limitées au moment où on commencera à administrer les vaccins contre la grippe pandémique. Les tests d'innocuité et d'efficacité devront donc se poursuivre après avoir commencé à les administrer". Pour autant, l'OMS, l'Afssaps et le Ministère de la Santé assurent que la qualité des vaccins n'en sera pas affectée." FB

Les neurologues anglais avaient d'ailleurs reçu un courrier leur indiquant qu'ils risquaient de rencontrer davantage de cas de maladie de Guillain Barré suite à la vaccination.

Certains scientifiques ajoutent qu'il est très difficile de connaitre le nombre exact de cas car les tests pour le déterminer ne seraient absolument pas fiables.

C'est d'ailleurs pour cela que l'on a revu à la baisse le nombre de cas de personnes infectées et décédées au Mexique.

Au mois de Mars 2009, nous avons ainsi appris que le laboratoire Baxter avait été accusé par le gouvernement Tchèque d'avoir introduit délibérément des virus H5N1 dans des vaccins provoquant le décès de furets de laboratoires quelques minutes seulement après leur injection.

Puis, nous avons pu écouter les alertes envoyées par de nombreuses personnes. Cela a commencé par les attaques de Jane Burgermeister. Elle nous a fait découvrir les envers du décor de cette vaccination.

En France, en parallèle le Docteur Marc Girard dénonce de son côté la dimension politique de cette pandémie grippale. Ensuite, il publie un article sur les dangers de vacciner : article grippe porcine vacciner ou pas.

Jean Jacques Crèvecoeur quant à lui envoie un courriel à son carnet d'adresse leur demandant de transmettre son message. C'est ainsi qu'il publie un premier courriel intitulé Alerte à une nouvelle manipulation des masses.

Cette campagne contre la grippe A aura fait parler et couler beaucoup d'encre. Elle nous aura aussi permis de voir le dessous de ces affaires politico-commerciales Ainsi sur les blogs, les forums et les sites divers, on peut lire toutes sortes d'affirmations.

>>>> 2.A Inquiétude des parents

Entre autre les parents s'inquiète quant à une éventuelle vaccination des enfants par des équipes mobiles, sans en avertir les parents. Fait qui s'avèrera faux. Est-ce dû à la forte mobilisation des parents sur les forums?

>>>> 2.B Nanopuces RFID

On peut lire également que des nano-puces sont insérées dans les seringues vaccinales. C'est pourquoi celles-ci seraient serties et non désolidarisées de l'aiguille. Cette question est très débattue actuellement, et on ne peut ni affirmer ni infirmer ce genre de chose, pour cela il faudrait pouvoir récupérer des seringues non utilisées et les analyser. Peut-être est-ce pour cela que dernièrement des vaccins ont été dérobés dans un centre de vaccination.

Toujours est-il que le premier janvier 2011 , le système de code barre permettant de tracer les médicaments se fera sous forme du système DataMétrix.

"Paris, le jeudi 26 novembre 2009 - DataMatrix? Qu'on se le dise, ce n'est pas le nom d'un prochain film de science fiction à grand spectacle. Il s'agit d'un code barres dont la particularité est d'être bidimensionnel et de pouvoir comporter un nombre très important d'informations : 2 335 caractères alphanumériques ou 3 116 caractères numériques peuvent être présents sur une surface d'un centimètre carré. Ce système se révèle particulièrement prometteur pour améliorer la traçabilité. Aussi, à partir du 1er janvier 2011, les codes barres DataMatrix seront la norme obligatoire pour tous les médicaments. La préparation de cette révolution a commencé le 1er janvier 2008, date à laquelle a été permise l'apparition des premiers DataMatrix. Puis, depuis le 1er janvier 2009, les médicaments n'ont plus comporté qu'un code CIP à 13 chiffres et non plus à sept. Enfin, il reste désormais un peu plus d'un an pour que l'ensemble des professionnels concernés prépare l'ultime étape : la mise en place de la nouvelle codification DataMatrix pour tous les produits mis sur le marché à partir du 1er janvier 2011.
Suivre à la trace les nouvelles technologies: Quel changement cela suppose-t-il pour l'ensemble des responsables de la chaîne du médicament, qui va du fabricant jusqu'au patient ? A quelles adaptations les pharmaciens doivent-ils se préparer, lorsqu'on sait notamment, que l'utilisation de ces codes barres d'un genre nouveau suppose l'acquisition de lecteurs spécifiques ? A toutes ces questions, les pharmaciens officinaux et hospitaliers trouveront sans doute des réponses concrètes à l'occasion ces 26 et 27 novembre du salon Traçabilité / Solutions RFID / Progilog qui se tient à Paris. Cette exposition promet en effet de présenter toutes les différentes techniques existant en matière de traçabilité et proposera trois sessions consacrées "à la santé, l'industrie et la contrefaçon". Plusieurs conférences retiendront ainsi l'attention de ceux qui, au sein des laboratoires et des hôpitaux, préparent l'avènement du code DataMatrix. Deux tables rondes seront en effet notamment consacrées à l'hôpital, en présence de responsables de sociétés spécialisés dans les équipements indispensables dans le domaine de la traçabilité sanitaire. Les sessions animées par Jean-Christophe Lecosse, directeur du centre national de références RFID (CNRFID) devraient également certainement retenir l'attention des pharmaciens, puisqu'elles présenteront les intérêts de cette technique de radio identification face à la gestion des données à l'hôpital ou dans le cadre du maintien de la chaîne du froid. A.H."
Article paru dans le journal international de médecine le 26 /11/ 09.

En lisant de façon détaillée cet article on se rend compte que les pharmaciens seront informés par Jean Christophe Lecosse directeur de références RFID...Cette information pourrait être reliée avec le fait que maintenant dans certaines boites de nuit, on ne peut entrer que si on vous a injectés une nanopuce sous la peau qui permet votre identification et le paiement de vos consommations. Et que certains scientifiques réfléchissent à l'importance de les utiliser dans certains médicaments. Déjà en Grande Bretagne il existe une puce qui se met sous un plâtre et qui permet de relever les constantes (pouls respiration..). De plus, nos animaux sont à présent pucés pour pouvoir être identifiés. Il existe des puces Affymétrix qui ont été commandées en 2000. Comme ce qui est dénoncé par Jane Burgermeister dans cette vidéo.

Chez Novartis cette technologie s'appelle Protéus biomédical. En recherchant le terme de Vérichip, j'ai découvert un article qui parlait d'un système de détection du virus H1N1. La puce Mu-chip d'Hitachi est tellement minuscule que l'on ne peut pas la discernée à l'½il nu.
Usage pharmaceutique : "Les Solutions Division des systèmes d'Hitachi Europe est également pionnier pour la puce RFID de Hitachi appelé le mu-chip (ou μ-chip) pour l' EMEA. Le Mu-chip RFID est le plus petit circuits intégrés au monde. Il offre la possibilité de suivre, repérer et surveiller les éléments de coûts de manière efficace, renforce la sécurité, protège l'image de marque et peut offrir une grande visibilité tout au long de la chaîne d'approvisionnement ou de valeur ou du cycle de vie de l'élément étiqueté."

Elles pourront également être utilisées pour nous surveiller par l'intermédiaire de nos passeports et nos cartes d'identité...

Alors Info ou Intox ??

>>>> 2.C Conflits d'intérêts

La polémique sera présente pendant toute la campagne concernant les conflits d'intérêts des uns et des autres.

Dés le mois de mars certains se posent des questions :

C1. Nicolas Sarkozy et famille :
Le frère de Nicolas Sarkozy, François Sarkozy est pédiatre de formation et travaille depuis 2001 pour BioAlliance pharma. C'est ainsi que le frère cadet de Nicolas Sarkozy, a un intérêt important à ce que le laboratoire développe certaines molécules pour traiter des maladies chroniques. On apprend également que les Sarkozy ont des intérêts financiers dans des grands groupes pharmaceutiques comme SANOFI.

C2. Les experts de Roselyne Bachelot.
Au mois d'octobre on apprend par Gérard Bapt que Roselyne Bachelot a suivi les conseils d'un groupe appelé le GEIG financé à 100% par les laboratoires pharmaceutiques.

C3. Le comité du SAGE :
La controverse enfle en ce qui concerne les grandes réunions organisées à l'OMS du comité des SAGE, qui réunit les experts du monde entier, alors qu'ils ont des intérêts réels dans l'industrie pharmaceutique. On peut lire ainsi plusieurs articles sur agora vox à ce sujet :
- Corruption à l'OMS par Olivier Cabanel.
- Pandémigate : les dessous de la corruption. par Olivier Cabanel.
- Les lobbies pharmaceutiques et la grippe A par Bisane
- L'institut du membre du SAGE Finlandais a reçu 46 millions d'euros de la part des laboratoires.
- Le docteur Osterhaus également membre du SAGE accusé de conflits d'intérêts en Hollande.

Le Docteur Salisbury: Un SAGE peu sage

Sur recommandation du "Comité consultatif mondial sur la sécurité vaccinale" à l'Organisation Mondiale de la Santé ( OMS ) à Genève, l'OMS a déclaré que le H1N1 était en phase 6 , stade de la pandémie, activant ainsi un programme d'urgence qui pourrait être mis en place même dans des pays comme l'Allemagne où les cas "supposés" de contamination au H1N1 se comptent sur les doigts d'une seule main.

Depuis 2005, le directeur (1) du SAGE (Comité consultatif mondial sur la sécurité vaccinale à l'OMS ) est le Docteur David Salisbury, responsable du groupe de vaccination et des maladies infectieuses au Ministère de la santé du gouvernement britannique. Dans les années 80, le Dr Salisbury a été sévèrement critiqué pour avoir mené une campagne massive de vaccination des enfants avec le vaccin ROR (rougeole-oreillon-rubéole ) fabriqué par le prédécesseur de GlaxoSmithKline. Ce vaccin fut retiré du marché japonais après que des effets secondaires aient été constatés chez de nombreux enfants vaccinés. Le gouvernement japonais a été obligé de payer d'importantes indemnités aux victimes. En Suède, le vaccin ROR de GlaxoSmithKline fut retiré de la circulation après que des scientifiques aient établi le lien entre le vaccin et la maladie de Crohn. Apparemment ces éléments n'ont guère perturbé le directeur du groupe SAGE de l'OMS, le Dr Salisbury.

Selon un chercheur britannique indépendant, Alan Golding qui a obtenu les documents sur ce cas, en 1986, Trivirix, un vaccin combiné ROR contenant une souche vaccinale d'oreillons Urabe AM-9 fut introduit au Canada en remplacement du MMR I. Les inquiétudes concernant l'introduction de ce vaccin en Grande-Bretagne ont été consignées le 26 juin, dans le compte rendu du Groupe de liaison pour le "Groupe de travail de l'Association des pédiatres britanniques" et le "Comité sur la vaccination et l'immunisation". Inquiétudes fondées car les rapports ont mis en évidence une augmentation de méningites aseptique chez les individus vaccinés. Tous les vaccins ROR contenant la souche Urabe ont été retiré du marché canadien en 1988, c'est à dire bien avant que les vaccins contenant cette souche soient homologués par le Ministère de la santé britannique et utilisé au Royaume-Uni.

Les rapports ajoutent que Smith-Kline & French, devenue Smith-Kline-Beecham et qui à l'époque étaient impliqués dans la production anglaise, étaient préoccupés par les questions de sécurité et hésitaient à demander une licence britannique pour leur vaccins contenant la souche Urabe. Leurs préoccupations concernant les possibles préjudices d'un de leurs produits sur les enfants, les conduisit à demander au gouvernement britannique de les garantir contre toute action en justice résultant d'un dommage lié au vaccin. Sur les conseils du Dr Salisbury et des représentants du ministère de la santé, le gouvernement britannique, enthousiaste à l'idée d'obtenir des vaccins bon marché, donna son accord.

Aujourd'hui, le même Dr Salisbury promeut l'usage du vaccin, non testé, H1N1 également produit par la même entreprise qui s'appelle maintenant, GlaxoSmithKline.

Source Global Research

Le Docteur Malcolm Anderson salarié de l'OMS est également membre du conseil d'administration de GSK.

>> Si l'on regarde la liste des membres du SAGE et les personnes présentes lors de la réunion à l'OMS du mois de juillet, on se rend compte qu'il y a de nombreuses personnes qui représentent les laboratoires pharmaceutiques. L'ESWI : qui fait des publicités pour Roche.

Ainsi l'OMS et les gouvernements de tous les pays du monde ont fait confiance à des experts ayant des conflits d'intérêts importants avec les laboratoires pharmaceutiques. Marc Girard l'a dénoncé à plusieurs reprises : Experts et incompétence; Expertise et polémique; Reconnaitre et comprendre les conflits d'intérêts.

>>>> 2.D Le Tamiflu

Au mois de décembre Madame Bachelot a incité les médecins à traiter systématiquement les personnes atteintes de syndromes grippaux par Tamiflu. Alors que dés le mois d'août des médecins anglais dénonçaient ses effets.

Ce médicament a été épinglé par la revue Prescrire pour entrainer des effets secondaires graves comme des effets neuropsychiatriques et des effets cardiaques à type de fibrillation auriculaire ou ventriculaire. Il entraine aussi des accidents vasculaires cérébraux.

Son efficacité est loin d'être prouvée dans les syndromes grippaux. Cela n'a pourtant pas empêché Madame Bachelot de demander aux médecins de le prescrire en systématique, en faisant livrer des millions de comprimés dans les officines pharmaceutiques à partir du 21 décembre. Un pharmacien témoigne : le Tamiflu livré se périme au mois de mai. Il nous faudra passer ces comprimés avant de passer ceux que nous avions déjà en réserve... car apparemment le virus devient résistant à ce médicament, ce qui inquiète beaucoup le gouvernement.

Le Docteur Marc Girard témoigne le Tamiflu peut entrainer des décès. Donc, nous pourrions justement penser que les décès des personnes attribués à la grippe A, le sont suite au traitement par Tamiflu. Pourrons-nous un jour faire le ratio décès par grippe A décès par Tamiflu ? Au Japon, alors même que le Tamiflu était distribué avec parcimonie avant l'épidémie de Grippe A, on en retrouve dans les cours d'eau en trop grosse quantité. Ce qui risque d'entrainer des problèmes graves de résistances. A qui profite la vente de Tamiflu?

>>>> 2.E Les mensonges de la campagne

La composition même de ce virus, avec 2 virus H1N1, 1 virus aviaire et 1 virus H3N2, était programmé pour devenir dangereux et très contagieux. Dangereux par la présence du virus H5N1 et contagieux par la présence des H1N1 et H3N2.

Aussi, effectivement au départ on aurait pu penser que ce virus allait être dangereux mais finalement cela n'a pas été le cas. Dés le début le taux de mortalité a été moindre. Donc pourquoi s'affoler ?

2.E.1 les mensonges de Roselyne

* Roselyne, un jour dans une interview indique qu'elle ne se fera pas vacciner sur le bras droit, car étant droitière, comme le vaccin entraine des douleurs dans le bras, elle ne pourrait plus écrire. Quelques jours plus tard, Roselyne indique sur canal plus qu'elle ne fait pas partie des personnes prioritaires et que donc elle ne se fera pas vacciner dans les premières personnes. Une semaine après le début de la vaccination, madame Bachelot se fait vacciner devant les caméras de télévision à son bras droit.

* Roselyne/ Marc Girard... : une vidéo montage oppose les arguments de Madame Bachelot et ceux de Marc Girard.

* Roselyne a caché ses liens avec l'industrie pharmaceutique dans son CV. Elle a travaillé 12 ans pour l'industrie pharmaceutique.

* Pendant plusieurs mois madame Bachelot a écarté les médecins traitants de la vaccination arguant le fait que le conditionnement multi doses n'était pas adapté au cabinet médicaux. ET puis revirement le 4 janvier 2010, Madame Bachelot annonce que les médecins traitants vont pouvoir à leur tour vacciner avec des vaccins uni-doses.

* Mensonge par omission, son pierre Bachelot travaille comme conseiller parlementaire auprès de sa môman...

* Christian Cotten lui a adressé une vidéo dans laquelle il lui dit: Roselyne, tu mens...

2.E.2 Les perles de campagne

Le docteur Marc Girard a rassemblé les perles de la campagne les plus anciennes et les plus récentes.

>>>> 2.F Les vaccins

Avis officiels:

On nous serine de nous faire vacciner depuis le mois d'octobre. Des spots tv passent en boucle sur toutes les télévisions de France. Les médecins ont droit à un beau document en power point pour expliquer la grippe et la vaccination. (Pour le visionner choisir la version longue dans la zone Bleu marine)

Les médecins ont également droit à un kit complet de vaccination :
- 6 questions sur la vaccination
- Aide à la prescription de la vaccination
- Fiche médicale individuelle adulte
- Certificat vaccination
- Fiche médicale majeur sous tutelle
- Fiche médicale mineur
- Notice du Focetria
- Indications et posologies vaccinales.
- Panenza seringue préremplie
- Notice Pandemrix
- Pharmacovigilance
- Recommandation relative aux vaccins en cabinet
- Sécurité pharmaceutique
- Bordereau d'envoi
- Liste des personnes invitées à se faire vacciner en priorité

Ils ont droit à une notice complète d'utilisation et de listes d'effets indésirables :
- Urgences médicales à l'occasion d'une vaccination
- Processus d'AMM des vaccins prépandémiques et pandémiques
- Vaccin Panenza procédure décentralisée
- Vaccins bénéficiant d'une opinion favorable du CHMP : PANDEMRIX, FOCETRIA et CELVAPAN
- Les adjuvants dans les vaccins pandémiques
- Le Thiomersal
- La surveillance des effets indésirables
- Le syndrome de Guillain barré
- Vaccins contre le virus de la grippe A : questions/réponses.

Avis d'experts:

Recommandations sur les priorités sanitaires d'utilisation des vaccins pandémiques dirigés contre le virus grippal A(H1N1) (séance extraordinaire du 7 septembre 2009)
Actualisation de l'avis relatif aux recommandations sur les priorités sanitaires d'utilisation des vaccins pandémiques dirigés contre le virus grippal A(H1N1) (séance du 2 octobre)
http://www.sante-sports.gouv.fr/IMG/pdf/hcspa20091028_H1N1-2.pdf (séance du 28 octobre)

Non-dits

Le vaccin pandemrix de GSK (GlaxoSmithKline ) a une base H5N1. Il a reçu l'approbation le 25/09/09.
Pour quoi le Pandemrix a-t-il été approuvé ? De quoi est-il constitué ?

Après mélange, 1 dose (0,5 ml) contient :
Virus de la grippe fragmenté inactivé, contenant un antigène* analogue à :
A/California/7/2009 (H1N1)v-souche analogue (X-179A) 3,75 microgrammes**

* cultivé sur oeufs;
** hémagglutinine: est une glycoprotéine antigénique présente à la surface du virus de la grippe, et est responsable de la fixation de la particule virale à un récepteur situé sur la cellule cible. Le nom hémagglutinine provient de la faculté de la protéine à agglomérer les érythrocytes hématiques (Nelson 2005).

Ce vaccin est conforme aux recommandations de l'OMS et à la décision de l'Union Européenne en cas de pandémie.

L'adjuvant AS03 est composé de:

> squalène (10,69 milligrammes), Le squalène est présent dans un vaccin contre la grippe qui a entrainé de très nombreux effets secondaires. De plus il est accusé d'avoir provoqué le syndrome du golfe, ce qui aurait été prouvé par la présence d'anticorps anti squalène après que les soldats américains aient été vaccinés par un vaccin contre le charbon contenant cet adjuvant.

> de DL-α-tocophérol(11,86 milligrammes), la vitamine E ou dl. alpha tocophérol : c'est un anti oxydant.
La vitamine E joue un rôle dans la réponse à médiation humorale (Ce type d'immunité appelée immunité à médiation humorale se fait par voie sanguine et fait intervenir certains globules blancs en particulier les lymphocytes B. qui se transforment en plasmocytes capables de fabriquer des anticorps. L'action de ces éléments se fait à distance de leur lieu de production.) puisque la réponse aux mitogènes à été reliée à son activité.

> et de polysorbate 80 (4,86 milligrammes):
Description de l'additif E433 (Polysorbate 80) : émulsifiant, mélange de sorbitol partiellement estérifié et de ses mono- et di anhydrides avec de l'acide oléique commercial alimentaire, condensé avec environ 20 moles d'oxyde d'éthylène par mole de sorbitol et de ses anhydrides.

La suspension et l'émulsion une fois mélangés forment un vaccin multi dose en flacon.

Excipients : le vaccin contient 5 microgrammes de thiomersal

Flacon de suspension:
- Polysorbate 80
- Octoxinol 10: Mélange composé essentiellement de mono-éthers de octylphenyl macrogols répondant à la formule C8H17C6H4 - [OCH2 -CH2]n -OH où la valeur moyenne des n est de 10. Il contient des macrogols libres.
- Thiomersal: biocide, antibactérien et fongicide. Il est utilisé pour éviter la contamination des flacons multi doses... Le thiomersal également appelé thimérosal a été accusé d'entrainer de graves troubles neurologiques aux USA en Grande-Bretagne, au Canada et en France. Entre autre l'autisme ou les TDAH étaient cités. Certains enfants avaient un fort taux de thiomersal dans le sang après analyse sanguine. Ceci a été invalidé dernièrement mais au vue du nombre de cas d'enfants tombés malades suite aux vaccinations contenant du squalène, les pouvoirs publics d'une majorité de pays ont décidé de le retirer de la plupart des vaccins.
- Chlorure de sodium (NaCl) : sel
- Phosphate disodique anhydre (Na2HPO4)
- Phosphate monopotassique (KH2PO4) tonique puissant du système nerveux. Il est utilisé comme engrais, additif alimentaire et fongicide
- Chlorure de potassium (KCl)
- Chlorure de magnésium (MgCl2)
- Eau pour préparations injectables.

Flacon d'émulsion:
- Chlorure de sodium (NaCl)
- Phosphate disodique anhydre (Na2HPO4)
- Phosphate monopotassique (KH2PO4)
- Chlorure de potassium (KCl)
- Eau pour préparations injectables.

L'avis de Pharmacritique: "Grippe A H1N1 pandémique et vaccin adjuvanté au squalène: une analyse des risques" (première partie et deuxième partie).

Les effets indésirables des vaccins:

D'après madame Bachelot, le 18 novembre sur France 2 le vaccin Pandemrix avec adjuvant n'entrainerait qu'une légère douleur au point d'injection et une petite fièvre. C'est bien peu à payer nous dit elle pour éviter de mourir car tous les non vaccinés vont mourir, vous devriez voir ces enfants en réanimation qui ont leur poumons détruits par le virus...

Hors, elle contredit par ses affirmations les notices même des vaccins (notice du pandemrix).

Les vaccinateurs ont reçu des consignes très strictes concernant la surveillance des effets secondaires : C - I3 - PHARMACOVIGILANGE_.pdf

Un article paru dans le monde au mois d'août devait nous rassurer.

Les données sont répertoriées par l'AFSSAPS: régulièrement mis à jour mais pas comptabilisées. De plus, ils ont évité volontairement certains cas dérangeants. Par exemple on ne voit plus apparaitre certains décès ; ou alors on ne voit pas apparaitre le cas de Guillain Barré chez une soignante, de perte d'un bébé in utéro ou celui du petit garçon de neuf ans décédé de façon suspecte dans les 48 H après la vaccination.

Effets indésirables violents par John Lloyd sur Agora Vox

Un médecin, Jean Jacques Fraslin dénonce sur Agora Vox : le vaccin Pandemrix est il si anodin?

En Suède et en Hongrie des personnes sont décédées suite à la vaccination contre la grippe A... dés le début de la campagne.

On apprend aussi que des personnes vaccinées sont décédées de grippe A quelques jours après avoir été vaccinées.

Au 31/12/09, le monde publiait un article indiquant le nombre d'effets indésirables répertoriés par l'AFSSAPS.

Un article de Firenze fait le total des effets dans un article d'Agora Vox.

Un article paru sur Votre santé dénonce les effets indésirables et surtout les décès à travers le monde au 28 octobre.

Les témoignages affluent et sont repris sur des forums et des blogs.

Le pandemrix est 1000 fois plus dangereux que la grippe A.

En Belgique un blog recense les effets du pandemrix.

En suède les effets secondaires sont très importants, il y a des infirmières qui témoignent, un enfant dans le coma, des décés.

Effets secondaires graves une sous notification des maladies, pour ne pas indiquer qu'il s'agit d'un effet indésirable dû au vaccin.

Au Canada, les effets secondaires ont entrainé le retrait d'un lot d'arepanrix vaccin quasi identique au pandemrix.

Des jeunes femmes ont perdu leur bébé in utéro ou ont fait des fausses couches suite à la vaccination mais c'est normal disent-ils, c'est l'ordre des choses ou alors ce médecin qui ose dire la maman s'est faite vaccinée contre la grippe mais son bébé est décédé de la grippe alors que la mère n'avait aucun symptôme (propos du Docteur de Jean Philippe Derenne).

Sanofi a du rappeler 800 000 doses de vaccins qui ne seraient pas efficaces.

Au Japon, 104 personnes sont décédées suite à la vaccination.

Olivier Cabanel sur Agora Vox , nous indique que les premiers morts suite aux vaccins sont recensés.

Au vue de la sous notification des effets secondaires, du fait que certaines personnes se voient déboutées, des blogs de recensement des effets secondaires ont été ouverts. Entre autre un par le Docteur Marc Girard qui demande que lui soit adressé tout effet secondaire.

>>>> 2.G Le coût de la campagne telle qu'elle a été menée

Depuis le mois d'avril, pour avoir une idée réelle du coût de cette campagne, nous devrions comptabiliser:

- Les masques envoyés dans toutes les administrations
- Les gels hydro-alcooliques envoyés également dans les administrations
- Les stocks importants de Tamiflu
- La campagne publicitaire qu'elle soit télévisuelle, papier, affiches..
- Les courriers divers et variés envoyés aux médecins, aux infirmières, aux entreprises...
- Les réunions d'experts
- Les vaccins
- Le fonctionnement des centres de vaccination
- Les salaires des personnels réquisitionnés
- Les coûts des matériels de vaccinations : seringues serties, alcool, gants, masques, compresses, sparadraps, pansements, boîtes à aiguilles, poubelles à déchets, paravents, réfrigérateurs, glacières, sur-blouses, sur-bottes, bonnets...
- Frais de déplacements des personnels
- Cotisations sociales des salaires des personnels réquisitionnés
- Frais donnés aux médecins traitants
- Frais des envois de bons au domicile des personnes, sachant que dans une même famille il y a pu avoir plus de 4 ou 5 envois différents.
- Coût du chauffage, eau, électricité et gaz des locaux. Ces locaux étant des gymnases, salles des fêtes, centres culturels, salles polyvalentes, stades ... il faut reloger les personnes qui devaient les utiliser...

Le coût total de cette campagne avoisinera les 2 milliards d'euros.

>>>> 2.H Mutations

Dés le départ, nous avons entendu que ce virus allait muter.

Hors, ce virus a muté très tôt et nous avons pu lire des articles concernant ces mutations. Les premières ont été signalées en Ukraine. Certains Ukrainiens ont témoigné avoir vu des avions passer à basse altitude et répandre des produits.

Les premiers cas de grippe mutante ont alors été rapportés en Ukraine et en Norvège. Le vaccin contre la grippe A ne pourra pas être efficace pour lutter contre ce mutant. Pire même, certains scientifiques pensent que les vaccinés pourraient devenir vecteurs de la mutation du virus.

Il est possible également que le virus mutant se propage déjà à notre insu, dans le mutisme de l'OMS ?

Les autorités restent très discrètes sur ces mutations. L'annonce de cette mutation est arrivée à point nommée au moment où les débuts de la campagne vaccinale étaient plus que légers..

>>>> 2.I Plaintes

De nombreuses plaintes ont eu lieu à propos de cette campagne contre la grippe. Tout d'abord Jane Burgermeister qui accuse l'OMS, l'ONU, Barack Obama, David de Rothschild, David Rockefeller, Georges Soros, Werner Fayman (chancelier d'Autriche) de préparer un génocide mondial. On peut lire son blog.

Ensuite, une plainte de neuf isérois pour dénoncer la campagne de vaccination de la grippe A comme une tentative d'empoisonnement de la population.

Une enquête a été diligentée par Wolfgang Wodarg, député allemand. Il dénonce entre autre que le vaccin de Novartis serait fabriqué sur des cellules cancérisées. Lire étape de la culture cellulaire page 10 de ce document.

>>>> 2.J Bachelot devant les tribunaux

Le 4 janvier 2010 Roselyne Bachelot était convoquée par le tribunal de Paris. Un article nous explique ce qui a été dit ce matin là au Tribunal. Nous avons pu entendre un compte-rendu complet par Cotten à la sortie du tribunal.

>>>> 2.K Bachelot devant les députés

Le mardi 12 janvier, Roselyne Bachelot a du rendre des comptes à la commission des affaires sociales de l'Assemblée Nationale. Ceci n'a rien donné car elle ne reniera jamais les décisions qu'elle a prises au nom du principe de précaution. Peu importe que cette campagne ait couté deux ans de déficit des hôpitaux. Elle est restée droite dans ses bottes...

>>>> 2.L Les dommages collatéraux

Voici un article que j'avais préparé mais qui n'a jamais été publié:

"Les dommages collatéraux de la grippe A.

Nous venons d'entendre madame Bachelot indiquer qu'elle résiliait les contrats de commande passés auprès des laboratoires pharmaceutiques.

Elle avait commandé 94 millions de doses de vaccin alors que la France ne compte que 66 millions d'habitants. Elle a prétexté que les experts avaient indiqué qu'il faudrait sans doute 2 doses pour pouvoir arriver à obtenir une bonne efficacité.

Résumé des derniers mois, Madame Bachelot a joué la carte du catastrophisme pour inciter la population française à se vacciner. Elle a multiplié les apparitions télévisées en indiquant que les personnes non vaccinées allaient mourir, que les poumons des personnes alitées en réanimation suite à la grippe A avaient des poumons détruits, carbonisés. Alors que cette grippe est bien plus bénigne qu'annoncé.

Mais voilà, tout cela serait plutôt risible si cette sur médiatisation n'avait pas eu des dommages collatéraux importants tels que dés le départ les médecins eux-mêmes ne savaient pas sur quel pied danser.

Comme le test proposé pour diagnostiquer cette grippe était trop cher, il a été réservé aux personnes hospitalisées. On a demandé aux médecins d'établir des diagnostics de grippe A, systématiquement devant tout symptôme grippal. C'est ainsi que les médecins par précaution, dés qu'une personne présentait des symptômes comme fièvre, toux, mal de gorge, les médecins établissaient un diagnostic de grippe A et proposaient du Tamiflu en traitement.

Ainsi tout syndrome grippal était considéré comme grippe A, gonflant les chiffres de l'INVS et du GROG pour annoncer le nombre de personnes atteintes de grippe et donc victimes de la pandémie. Le problème d'agir de cette façon est qu'il existe d'autres cas où ces symptômes peuvent être présent sans qu'il s'agisse de grippe A.

Ainsi, un médecin a traité par Tamiflu, une personne qui se plaignait d'un mal de tête, toussait un peu , avait une fièvre à 38 °C et avait des douleurs dans les jambes. Cette personne est décédée dans les 48H suivant le diagnostic d'une embolie pulmonaire massive.

L'embolie pulmonaire est une des maladies les plus difficiles à diagnostiquer, et une des plus dangereuses aussi. Le médecin a fait un diagnostic rapide, en fonction des éléments qu'il avait récoltés. Malheureusement, son diagnostic était erroné et cette personne est décédée. On ne peut pas lui en vouloir étant donné la forte pression médiatique de ces derniers mois sur cette grippe A. Il est évident que ce médecin a cédé à la facilité. Madame Bachelot oublie avec cette grippe A qu'il existe d'autres maladies bien plus graves qui risquent à tout moment d'emporter des personnes.

Autre dommage collatéral, une personne téléphone dans un cabinet médical pour se plaindre de violentes douleurs de dos. Son médecin traitant habituel est absent. Cette personne souffre de douleurs provoquées par une hernie discale au niveau des lombaires. Elle explique sa situation à un premier médecin qui lui dit qu'il ne peut pas la recevoir car il ne s'occupe actuellement que des cas de grippe. Il lui passe son confrère qui lui répond la même chose.

Dans la nuit, l'état de la personne, s'aggravant, [elle ne pouvait plus bouger ses jambes et ressentait une très violente douleur dans le bas du dos], son mari a contacté le SAMU qui l'a faite hospitaliser tout de suite. Elle a dû être opérée en urgence.

Cette personne et sa famille ont raconté les problèmes qu'ils avaient rencontrés. Cette histoire est remontée aux oreilles des médecins qui ont pris la peine de lui téléphoner et de s'excuser. Le diagnostic de cette grippe n'est pas aisé et lorsque l'on effectue quelques recherches sur le sujet, on se rend compte qu'il n'est évident pour les médecins qu'en période épidémique. De nombreuses pathologies infectieuses peuvent simuler un virus grippal, comme un virus respiratoire syncytial, Myxovirus parainfluenzae, Adéno-, Entéro-, Corona-, Rhinovirus et Mycoplasma pneumoniae.

C'est ainsi que le syndrome grippal peut revêtir de nombreuses formes et il est évident que le diagnostic de grippe A sera d'autant plus difficile à établir.

Autres dommages collatéraux:

Lors des premiers mois de cette grippe, les recommandations étaient que ""si l'on développait les symptômes de grippe A : toux, forte fièvre, céphalée, douleurs articulaires... et que l'on revenait d'un voyage, on devait se rendre à l'hôpital". Très vite les hôpitaux ont été débordés et les médecins ont dû rappeler qu'il n'était pas nécessaire de se déplacer aux urgences dés que l'on avait le nez qui coule. Comme l'indique cet extrait du journal international de médecine paru en juin 2009:

Paris, le 16 Juin 2009. La grippe A agacerait les médecins dans les hôpitaux français. Avec plus de 105 personnes atteintes à ce jour, et la dizaine de cas dans le lycée de la banlieue de Toulouse, les mesures mises en place sont critiquées par le corps médical. Confinement, fermeture d'écoles ou de crèches, les premières mises en application de l'alerte 5A ne sont pas du goût de tous. En première ligne de cette contestation, le Dr Bruno Marchou, chef du service des maladies infectieuses au CHU de Purpan à Toulouse. Selon lui "les mesures prises sont totalement disproportionnées" : il dit en effet n'avoir entendu "qu'un seul" des collégiens tousser. A Montpellier, le Pr Eledjam responsable des urgences fustige aussi la réaction des malades. "Nous avons beaucoup de personnes inquiètes de la grippe A qui viennent grossir nos files d'attentes des urgences." Il semblerait que la grande majorité des hôpitaux préféreraient que l'on puisse traiter les patients à domicile en leur demandant de rester enfermés quelques jours.

Se limiter aux cas graves

C'est d'ailleurs cette solution qui a été adoptée par les Etats-Unis et la Grande Bretagne, le nombre toujours grandissant de patients ne permettant pas de les garder plusieurs jours dans des services hospitaliers. Seuls les cas graves souffrant de difficultés respiratoires sont hospitalisés. Au Royaume Uni, le NHS n'a pas renforcé ses mesures sanitaires et précise que la maladie est pratiquement toujours bénigne et ne justifie pas d'hospitalisation.

Porteurs sains

Dans ce mouvement de contestation des mesures sanitaires, tous les spécialistes ne sont pas d'accord. Ainsi, selon le Dr Pierre-Yves Boëlle, chercheur à l'Inserm, "avec peu de cas, il est encore raisonnable d'hospitaliser et de rechercher d'où vient l'infection. Une part de contamination est désormais assurée par des porteurs sains. Et même si le virus n'est pas pour l'instant plus sévère qu'une grippe saisonnière, ces mesures pourraient nous permettre d'adapter le vaccin en vue d'un pic de contagion prévu pou l'automne."

LW

Des médecins, devant la sur médiatisation, ont du faire face à un nombre plus que considérable d'appels téléphoniques, de visites impromptues ou de consultations uniquement destinées à rassurer les patients à propos de cette grippe (je pense que ces visites ne seront pas comptabilisées dans le bilan financier final).

D'ailleurs le Docteur Dupagne a lui-même écrit un article sur le sujet pour répondre aux trop nombreuses sollicitations de ses patients sur son site Atoute.

Autres dommages collatéraux, les dommages économiques, que nous verrons dans quelques mois, dans nos portefeuilles, l'augmentation du tarif des mutuelles, (qui participent à la campagne vaccinale) ; mais également le déremboursement des médicaments ...En effet, il faudra tout de même sortir l'argent pour payer cette campagne, de quelque part, et si cela représente plus d'un milliards et demi , nous devrons mettre la main à la poche . Nous risquons de voir apparaitre un autre impôt injuste du style de la RDS ou de la CSG pour rembourser les labos, car nous allons les indemniser ces laboratoires. Il ne peut en être autrement.

Depuis ces derniers mois on a pu remarquer la disparition de sites d'informations alternatives : Artémisia collège qui a subit des attaques informatiques importantes et Spread the truth qui lui a subit de fortes pressions de gens bien placés.

Ces dommages collatéraux qui vont de simples anecdotes (même si elles peuvent s'avérer dramatiques) à des dommages qui ont des répercussions sur toute la population, seront passés sous silence car ils rentreront dans les risques encourus dans toute politique de santé publique.

L'art de créer des alertes en santé publique (merci Docteur Girard) est tel que nous risquons, à coup sûr de voir réapparaitre dans les mois ou les années à venir une nouvelle pandémie..." [fin de l'article]

>>>> 2.M A l'étranger

Quelques pays ont refusé de jouer le jeu de l'OMS:

- Ainsi en Pologne, la ministre de la santé a refusé de commander des vaccins aux laboratoires car elle ne voulait pas leur accorder l'immunité judiciaire en cas de problèmes post vaccination. Elle pense que ces vaccins sont insuffisamment testés.
- La République Tchèque refuse également le vaccin contre le H1N1 de Baxter.
- Interview de Tom Jefferson en Australie. Tom Jefferson est le spécialiste du groupe Cochrane. Il est considéré comme l'autorité mondiale en matière de virus grippaux.
- La plainte également du docteur Horowitz.

>>>> 2.N A Pourquoi cette campagne ?

1. Nous venons de le voir cette campagne est une dramatique erreur. Comme nous l'explique Tom Jefferson, il est possible qu'il s'agisse d'une affaire d'argent. Actuellement, l'industrie pharmaceutique a de gros problèmes pour survivre. En effet, comme expliqué dans le livre de Philippe Pignarre :les grands secrets de l'industrie pharmaceutique paru en 2002, elle n'a plus de nouvelles molécules à présenter aux médecins "pour sauver des vies". On peut le lire dans cet article que lui a consacré Martin Winkler sur l'avenir menaçant de l'industrie pharmaceutique.

Elles misent donc tout actuellement sur la politique vaccinale qui a énormément augmentée ces dernières années : outre les vaccins pentavalents (diphtérie, polio, coqueluche; tétanos, haemophilius B), les bébés sont vaccinés par le Prévenar, vaccin contre les pneumocoques; le vaccin contre l'hépatite B, le vaccin contre la gastro-entérite à rotavirus, et dés la première année à 3 mois d'intervalle, ils vont recevoir deux fois le vaccin ROR. Les jeunes filles sont invités à se faire vacciner contre le cancer du col de l'utérus... (belle intoxication puisqu'il n'y a aucun vaccin qui protège contre un cancer mais celui-ci protègerait contre les papillomas virus); vous pouvez aussi vous faire vacciner contre le ROR à l'âge adulte mais aussi contre la varicelle, la fièvre jaune, la rage ; le pneumo 23... et les grippes . Pour suivre leurs modifications annuelles, vous pouvez consulter le BEH ou bulletin épidémiologique hebdomadaire qui publie chaque année les obligations et recommandations. Avant de suivre leurs recommandations, je vous invite à consulter divers sites et livres qui expliquent les effets secondaires de tous ces vaccins. Il est important aussi de comprendre que ces vaccins pour la plupart constitué avec des excipients et des adjuvants à base de métaux lourds, peuvent provoquer de graves troubles pour la santé. Je vous invite à visionner le film SILENCE ON VACCINE de Lina B Moreco.

C'est ainsi que l'on voit que qu'il ya de plus en plus de vaccins qui sont recommandés.

2. Je ne sais pas si nous pouvons parler de volonté de génocide mondial en ce qui concerne cette vaccination de masse voulue par l'OMS. Par contre, nous pouvons sans aucun doute penser qu'il y a une volonté de manipulation de la population, que ce soit par cette volonté politique de créer une véritable peur panique dans la population (il est vrai que l'on avait peur d'utiliser le terme de grippe), ou pourquoi pas injecter une nanoparticule qui permettrait de diriger les personnes). J'espère que les voleurs de vaccins pourront nous renseigner, en ce qui concerne la présence ou non de ces particules (j'ai malgré tout du mal à y croire, mais je ne suis plus sûre de rien après tous les mensonges que les gouvernants ont proférés lors de cette campagne!).

Pour en revenir à notre amie Roselyne, je pense qu'elle se moque de nous non? Elle nous répète qu'il fallait acheter ces 94 millions de doses et elle en avait réservé 30 millions encore pour arriver à vacciner la totalité de la population deux fois. Il est difficile de croire maintenant à ses discours alarmistes. A-t-elle réellement voulu protéger la totalité de la population? On ne peut que s'inquiéter devant un tel manque de réalisme de la part d'un ministre de la Santé. On ne peut que s'inquiéter de la naïveté affichée dans ce qui concerne la totalité des décisions prises au niveau de la politique de santé actuelle.

Ce qui est certain maintenant c'est que je ne suivrai plus aveuglément les décisions prises par des dirigeants qui ont de tels conflits d'intérêts avec les laboratoires, qui sont capables de proférer de tels mensonges... Il est évident que en ce qui concerne la grippe A, je ferai plutôt confiance aux docteurs Marc Girard et Dupagne qui par leurs écrits nous ont vraiment aidés à comprendre les manipulations médiatiques dont nous faisions l'objet:
- Docteur Marc Girard : vacciner ou ne pas vacciner? Faut-il vacciner les enfants?
- Docteur Dupagne : Faut-il ou non se faire vacciner contre la grippe A?

Je vais sans aucun doute signer la pétition qui me permettra de mettre ma modeste pierre à cet édifice et même, actuellement, l'épidémie ( on ne peut pas la qualifier autrement ) est terminée ou presque, nous n'avons sans aucun doute pas fini d'en entendre parler, que ce soit au niveau politique ou au niveau santé.

En effet, la France a commandé des millions de doses de vaccins. Elle les a ensuite résiliées car elle en avait trop, mais il faut être logique, si l'on ne veut pas se mettre à dos les laboratoires pharmaceutiques, en cas de prochaine pandémie grippale nous devons les "caresser dans le sens du poil".

Comme cette histoire est maintenant terminée, les millions de doses ne seront pas livrées dans un autre pays.Il ne servirait à rien de vacciner une population contre un virus inexistant.

Vont-ils, comme j'ai pu le lire, utiliser les solutions dans d'autres vaccins ? Vont-ils mélanger le virus H1N1 dansle nouveau vaccin grippal qui sortira en début d'automne ?

Nous aurions voulu élire des clowns à la tête de l'Etat, nous n'aurions pas mieux choisi. Je regrette cependantqu'ils ne s'investissent pas autant dans tout ce qui concerne les prises en charges et remboursements pour deslunettes, pourtant essentielles n'est-ce pas lorsque l'on veut lutter contre les accidents de la route, ou les accidents au travail.

Les laboratoires vont donc bien gagner leur vie dans cette histoire que ce soit pour la vente des masques, desgels hydro-alcooliques (l'alcool habituellement coute dans les 2 à 3 euros le litre, avec les gels hydro alcooliques ils peuvent atteindre des prix prohibitifs), des seringues et aiguilles, des gants, des callots, des sur-blouses, des compresses, de l'alcool, mais aussi des vaccins.

Le résultat de la comparution en référé de Roselyne Bachelot devant le tribunal de Paris le 4 janvier est tombé le 25 janvier :
Une commission parlementaire a été demandée par Bernard Accoyer pour clarifier le rôle de chacun.

Pétition : Si vous souhaitez vous mobiliser contre cette campagne vaccinale, il est possible de signer des pétitions en ligne, en voilà deux qui peuvent vous intéresser: une diligentée par le blog de SOS justice, et une autre par terre sacrée.

Un peu d'humour...
GrippAthon
Classes fermées suite à la grippe A
Le virus H1N1 a muté
Grippe A les transports s'adaptent.

Conclusion

Cette campagne vaccinale aura été une véritable gabegie. Aux USA, un homme propose d'offrir 10000 euros à celui qui présentera une étude indépendante, qui prouvera l'efficacité du vaccin contre la grippe H1N1. D'après certains sites les personnes vaccinées seraient décédées de la grippe A.

Heureusement il y a encore des politiques qui osent mouiller leur chemise pour demander des comptes à propos de cette gabegie.

Aussi, j'avoue, connaissant le nombre de personnes handicapées à la suite de la vaccination contre l'hépatite B, ne pas du tout avoir envie de me faire vacciner contre cette grippe A. Je n'ai pas du tout non plus envie que mes enfants le soient. Ce vaccin n'est en aucun cas obligatoire.

Dans mes nombreuses lectures, par le regard différent que je porte au monde moderne, chimique, trafiqué, j'ai recherché comment me protéger contre cette grippette sans être vaccinée. J'ai appris que certains compléments alimentaires, certaines bases phytothérapiques ; permettaient de me passer de ce vaccin.

Chaque personne étant différente je ne conseillerai aucun complément alimentaire ; par contre, bien se connaitre, avoir une nourriture saine, non trafiquée, sans pesticide permet sans aucun doute à notre organisme de développer un bon système immunitaire qui saura lutter, combattre cette énième maladie.

Je suis une simple petite infirmière qui a choisi d'exercer ce métier par passion, en croyant aider les autres mais au vu et lu de tout ce que je lis, j'entends ; je me pose cette question : y a-t-il encore des médecins qui se rappellent avoir prononcé le serment d'Hippocrate ?

Au moment d'être admis à exercer la médecine, je promets et je jure d'être fidèle aux lois de l'honneur et de la probité.

Mon premier souci sera de rétablir, de préserver ou de promouvoir la santé dans tous ses éléments, physiques et mentaux, individuels et sociaux. Je respecterai toutes les personnes, leur autonomie et leur volonté, sans aucune discrimination selon leur état ou leurs convictions. J'interviendrai pour les protéger si elles sont affaiblies, vulnérables ou menacées dans leur intégrité ou leur dignité. Même sous la contrainte, je ne ferai pas usage de mes connaissances contre les lois de l'humanité.

J'informerai les patients des décisions envisagées, de leur raisons et de leurs conséquences. Je ne tromperai jamais leur confiance et n'exploiterai pas le pouvoir hérité des circonstances pour forcer les consciences.

Je donnerai mes soins à l'indigent et à quiconque me le demandera. Je ne me laisserai pas influencer par la soif du gain ou la recherche de la gloire.

Admis dans l'intimité des personnes, je tairai les secrets qui me seront confiés. Reçu à l'intérieur des maisons, je respecterai les secrets des foyers et ma conduite ne servira pas à corrompre les m½urs.

Je ferai tout pour soulager les souffrances. Je ne prolongerai pas abusivement les agonies. Je ne provoquerai jamais la mort délibérément.

Je préserverai l'indépendance nécessaire à l'accomplissement de ma mission. Je n'entreprendrai rien qui dépasse mes compétences. Je les entretiendrai et les perfectionnerai pour assurer au mieux les services qui me seront demandés.

J'apporterai mon aide à mes confrères ainsi qu'à leurs familles dans l'adversité.

Que les hommes et mes confrères m'accordent leur estime si je suis fidèle à mes promesses ; que je sois déshonoré et méprisé si j'y manque.

Liens vers les sites vers lesquels je me suis documentée:
- Agoravox
- Le site du docteur Marc Girard
- Alterinfo
- Pharmacritique
- Unis face au vaccin
- Le blog d'expo vaccin
- Le site du docteur Dupagne
- Le site de Jean Pierre Petit
- Le site de Jane Burgermeister
- Rue 89
- Altermonde sans frontière
- New of tomorrow
- Site du Sénat
- Politique de vie
- Site de Jean Jacques Crèvecoeur.
- Journal de la pandémie de site du Docteur Flahaut.
- Site du gouvernement sur la grippe A.

synthèse terminée le 01/02/2010

Lire ou poster un commentaire