Aller au contenu


Photo

Main basse sur les produits bio


  • Veuillez vous connecter pour répondre
37 réponses à ce sujet

#1 cixi

cixi

    Architecte de ma vie

  • Membres
  • 3051 messages
  • Localisation:Là où il y a de la place pour mes chaussures

Posté 31 janvier 2004 - 04:31

Je vous invite à aller lire cet article déjà ancien, publié dans le Monde Diplomatique en 1999, qui ouvre les yeux sur les véritables profiteurs de l'industrie bio. C'est à en vomir!

Je vous cite ici l'introduction. Le reste de l'article est à lire sur:

http://www.monde-dip...E_NOALLEC/11755



Main basse sur les produits bio

 
A l’heure où de grosses firmes et la grande distribution l’investissent, la bio survivra-t-elle ? Une des conséquences de la crise de la « vache folle » est l’essor de l’agriculture biologique (AB) ; la demande des consommateurs n’a jamais été aussi forte. Les grandes surfaces ouvrent de plus en plus leurs rayons aux produits bio. Les boutiques, supérettes et supermarchés bio (du moins s’autoproclamant tels) poussent comme des champignons. Désormais subventionnée et de moins en moins marginalisée, l’agriculture biologique n’est, pour beaucoup d’opportunistes, qu’une niche de marché, juteuse, à exploiter. Face aux industriels qui tentent de s’en emparer, une incertitude sourd : quelles seront les orientations choisies par la bio ?


Serait-il temps de boycotter certaines marques? :D

#2 lool

lool
  • Localisation:Bruxelles

Posté 31 janvier 2004 - 13:42

Cela rejoint le fil "Ah les cons !"

pour avoir vendu du bio 100% ( pas de rayonnage de pillules ou de coke light avec les sandwiches) je peux te dire que l'information est encore loin de passer, l'alimentation c'est l'inertie en plein.

Il faut être vigilant car les grosses boites on flairé le bon coup depuis longtemps.

Maintenant il ne faut pas jeter bébé avec l'eau du bain, si les grosses boites arrivent à faire un des produit corrects ( socialement aussi !! ) autant les encourager.

Mais de la à financer la recherche OGM en achetant bio il y a un pas car l' OGM c'est la mort du bio à courte échéance :D

#3 cixi

cixi

    Architecte de ma vie

  • Membres
  • 3051 messages
  • Localisation:Là où il y a de la place pour mes chaussures

Posté 31 janvier 2004 - 14:34

Oui, mais où est le soutien au petit agriculteur local dans tout cela? Ils survivent tant qu'ils n'ont pas de gros concurrents. Que peuvent-ils faire si les trusts agroalimentaires s'y mettent ?

Et lorsque les trusts auront tout récupéré, qui les empêchera de mener entièrement la barque et de cesser de vendre du bio sous n'importe quelle marque que ce soit ?

C'est toujours la loi du plus fort! :D

#4 lool

lool
  • Localisation:Bruxelles

Posté 01 fvrier 2004 - 11:06

Je te suis dans ton raisonnement, mais je pense que les grosses boites ne disparaitront pas sur un coup de baguette magique.
Il existe là aussi une sorte d'instinct de survie.

Je pense que par la façon dont nous consommons nous pouvons amener les grosses structures à fournir un plus tout en respectant les petits producteurs.
Il faut donc privilégier les petits producteurs.

Quand les entreprises verront que leur éthique influe sur leurs ventes, elles vont devenir de plus en plus vertueuses.
Pour l'instant l'info est disponible ( via le net entre autre ) mais le consommateur a le plus souvent son portefeuille ( et encore en faisant mal son calcul ) comme instrument de mesure.

Sommes toutes les organisations de "fair trade" ne sont que des multinationales au service de petits producteurs, et l'on voit que cela marche très bien.

#5 _Shivaya_

_Shivaya_

Posté 24 septembre 2004 - 10:41

En recherchant un topic où je pourrais poster quelques interrogations je me suis rendu compte qu'il y avait plusieurs topics qui abordaient plus ou moins ce qui m'intéressait.
En fait, ma réflexion concerne la notion de "produit biologique".
Dans différents posts, je me suis rendue compte que cette notion n'était clairement pas la même pour tous... Et même ainsi j'ai vu des incohérences chez ceux qui se targuent de défendre le bio en tant qu'outil d'action de consommation.

Il y a eu ici un débat assez houleux sur le coton bio et j'ai, la aussi, relevé des choses surprenantes.
Le coton est une des cultures les plus polluantes (même ceux qui font du bio le reconnaissent) mais surtout, le coton n'est pas une production locale et favorise l'état de "fournisseur dépendant" de l'Afrique. Au même titre que les arachides, le café et le soja, le coton devient une monoculture au détriment de la poly-agriculture traditionnelle. Ces pays africains devenus producteurs intensifs au service de l'Europe, se retrouvent à importer des produits agricoles de base.

Quel est donc la différence entre le coton bio et une poire bio venu de Nouvelle Zélande ? (J'en ai meme vu sur un marché bio : la plupart des produits du stand etaient dans des cartons "organic from New Zealand" 8) )
En tant que consommatrice, je refuse les produits bio importés qui, de part leur transport, ont pollué avant même d'être consommé. Si j'achète un produit importé je ne le prend pas bio. Il en va de même pour le coton. Certains distributeurs de coton bio ont l'honnêteté de parler de commerce équitable et autres "bio attitude" mais d'autres nous collent leur étiquette AB comme justificatif à des prix prohibitifs.

Il en va de même pour les OGM : que ce soit des végétaux ou des animaux, il me parait difficile de consommer un végétal ou un animal résultant d'un tripatouillage génétique sous prétexte qu'il a le logo AB. Même si ce logo garantie une certaine qualité des conditions d'élévage, il n'interdit pas l'utilisation de la génétique pour "fabriquer" des "femelles qui engraissent mieux" (voir les topics sur le poisson). A moins bien sur que le "transgénique" ne soit pas bon quand c'est monsanto qui le fait et bon quand le ministere de l'agriculture lui donne un logo AB ?
J'ai l'exemple personnel avec les oeufs : étant allergie depuis 10 ans aux oeufs, même bio, j'ai découvert que les oeufs "du jardin" (celui d'un voisin en l'occurence) ne me rendaient pas malade. Renseignements pris, j'ai appris que les fabricants d'oeufs bio (AB) avaient l'autorisation d'utiliser quelques produits chimiques dont ceux contre la salmonelle. Attention : je pense toujours que les elevages bio sont moins traumatisants pour les animaux que les non bio, mais par contre, bio ne veut pas toujours dire exempt de produits chimiques.

Ma question est donc : qu'est ce que le bio pour vous ? Est ce seulement un logo auquel vous accordez toute confiance ? Ou avez vous une réflexion qui va au delà de ce logo ?

Je trouve pour ma part, que le logo AB nous fait avaler tout et n'importe quoi et que le consommateur qui s'en tient à cela, n'est ni plus ni moins qu'une victime d'un nouveau piège marketing, piège qui rapporte des deux cotés puisque ce logo est payant. Comment faire pour que la consommation soit d'abord une source de réflexion ?

Shivaya

#6 Joshua

Joshua
  • Genre: Homme

Posté 24 septembre 2004 - 11:05

Eh bien pour ma part, je considérais effectivement le logo AB comme ayant tout de même une certaine valeur. Il est clair qu'il faudrait être très naïf pour croire que les produits dits bio n'ont aucun impacts néfastes sur l'environnement. Je pourrais prendre aussi l'exemple des emballage de trés nombreux produits bio (particulièrment ceux vendus en supermarché), ils polluent aussi de part leur fabrication et ce qu'on en fait après la poubelle, sans parler également du gaspillage qu'ils représentent.

Le label bio, pour moi, signifie en fait qu'une volonté de manger plus sainement apparaître chez les consommateurs. Le bion dans cette optique ne représente pas LA solution, mais plutôt une tendance, une direction vers plus de naturel.

En gros, le logo AB est un bon signe pour l'avenir mais loin d'être "tout blanc" à l'heure actuelle (et ton intervention conforte cette opinion).

#7 Raffa

Raffa

    Tout petit doucement

  • Membres
  • 322 messages
  • Genre: Homme

Posté 28 septembre 2004 - 12:25

Bonjour à tous,

Suite à une inquietude compréhensible de "Selvatica" sur un autre forum

Bon... je suis désemparée, je viens de voir sur le forum de onpeutlefaire.com qu'il y aurait des OGM labellisés AB ... je mets le conditionnel parce que je ne comprends ps ce que ça pourrait vouloir dire AB pour un OGM. Info ou intox? Raffa, tu sais quelque chose?


le message en question

Il en va de même pour les OGM : que ce soit des végétaux ou des animaux, il me parait difficile de consommer un végétal ou un animal résultant d'un tripatouillage génétique sous prétexte qu'il a le logo AB. Même si ce logo garantie une certaine qualité des conditions d'élévage, il n'interdit pas l'utilisation de la génétique pour "fabriquer" des "femelles qui engraissent mieux" (voir les topics sur le poisson). A moins bien sur que le "transgénique" ne soit pas bon quand c'est monsanto qui le fait et bon quand le ministere de l'agriculture lui donne un logo AB ?


qui fait référence à un autre topic sur les poissons : http://www.onpeutlef...?showtopic=3277
Il faut rechercher le message du Lundi 29 Mars 2004, 20:17 concernanr un Entretien avec Olivier Rooryck.

"Pourquoi les élevages intensifs rendent-ils les poissons triploïdes ?
O.R. : La triploïdie est un procédé destiné à rendre les poissons stériles pour qu'ils grossissent plus vite. Cette technique permet d'obtenir des truites de plusieurs kilos, afin d'approvisionner les ateliers de fumaison en filets qui concurrence le saumon. Notre approche bio nous conduit à préférer des truites de taille normale, entre 250 g et 500g maximum.

Ces poissons triploïdes présentent-ils des dangers ?
O.R. : Aucun risque n'a été constaté chez les poissons triploïdes obtenus. Mais les géniteurs, ces fameuses femelles dont on fait des néo-males, sont dangeureux et interdits à la vente. On les jette donc à la poubelle. Les vrais consommateurs bio, favorables au respect de l'animal et de la vie, nous reprocheraient de nous engager sur cette voie."


Voilà ma réponse

Donc là je peux te dire à 100% que des poissons triploïdes ne sont aucunement des poisons ogm..

Il ne faut pas tout confondre. les ogm (transgéniques) c'est des plantes ou des animaux dans le materiel génétique duquel on a inséré un gène ou une combinaison de gène (qui n'existe pas dans l'espèce en question) qui apporte un avantage quelconque.

Des manipulations génétiques on en fait depuis la découverte de l'agriculture en croisant et sélectionnant les espèces végétales ou animales : on croise les plantes les plus résitantes, on croise les espèces bovines qui donne le plus de lait ou le plus de viande, ...

Dans le cas des poissons triploïdes c'est une "tare" génétique qui existe dans la nature (des aberations génétiques de ce type, viable sont très fréquentes dans la nature, chez les insectes, les rongeurs,...) . Elle peut être reproduit artificiellement via choc thermique ou haute pression sur les oeufs fécondés.

L'intérêt" des triploïdes c'est qu'ils sont stériles et que donc ils ne dépensent aucune energie et nutrients pour la reproduction (ce qui chez les 99% des espèces animales "consomme" le plus) et donc engraissent plus vite. L'autre intérêt c'est que des poissons d'élevages triploïdes, même s'ils s'échapent dans la nature ne risque pas de 'contaminer' les espèces sauvages (ce qui est un risque car les poissons d'élevage sont sélectionnés pour être "productifs" ce qui n'est pas forcément un avantage sélectif pour les poissons naturels).

Sur ce site tu auras des exemples de poissons réllement transgéniques.


Voilà, les labels bio refusent les ogm que ce soit en produits finis ou de base. Néanmoins, la pollution génétique des ogm dans les produits bio est quasi inéluctable 8)

#8 Raffa

Raffa

    Tout petit doucement

  • Membres
  • 322 messages
  • Genre: Homme

Posté 28 septembre 2004 - 14:00

J'ai oublié d'expliquer l'histoire des neo-males
En fait ce sont des femelles qui par inversion hormonale se retrouve mâle (cela aussi ça arrive svt dans la nature, chez les poissons, les batraciens, les mollusques,...). Si l'on croise ces femelles neo-males avec une femelle normale on a 100% de BB filles

Or chez bcp d'especes de poissons de pisciculture, les femelles grossissent plus vite que les males et sont donc plus intéressante. Donc c'est une technique assez utilisée qui peut être suivie d'une triploidisation des oeufs.

Ces femelles neo-males sont dangereuses si elles se retrouvent dans la nature puisqu'elle vont changer la balance mâle/femelle des pop sauvages.

Ceci dit en re-lisant bien l'interview du gars il explique en gros qu'en tant que pisciculteur bio il ne le fait pas justement.

"Notre approche bio nous conduit à préférer des truites de taille normale, entre 250 g et 500g maximum. " --> donc il ne font pas de triploides car trop grand

"On les jette donc à la poubelle. Les vrais consommateurs bio, favorables au respect de l'animal et de la vie, nous reprocheraient de nous engager sur cette voie."--> ils enlèvent (disont le comme ça) les femelles accidentellement devenue neo-mâle.

Mais c'est vrai que pour des non-spécialistes ils auraient pu traduire en langage naturel

Modifié par pikpikandré, 28 septembre 2004 - 14:02 .


#9 _Shivaya_

_Shivaya_

Posté 28 septembre 2004 - 16:21

pikpikandré, la référence que tu utilises n'est pas la seule qui m'a fait écrire cela : il y a aussi celle la

En effet les méthodes de triploïdisation (ajout d’un chromosome supplémentaire) sont autorisées par choc thermique ou choc pression dans le cahier de charge bio. L’objectif étant de rendre stériles un maximum de poissons pour éviter les lourdes pertes subies lors de maturations sexuelles des truites, d’où un coût exorbitant pour produire des grosses truites si elles ne sont pas triploïdes.

http://www.onpeutlef...pic.php?p=37718
Ce topic expliquait justement que certains éleveurs bio n'étaient pas d'accord avec le fait que cette pratique soit accepté par le label AB.

Pour ma part, je trouve que ce genre de pratique n'est pas bio pour les memes raisons que le coton ou les poires "organic" de Nouvelle Zélande : il s'agit de vision globale et de ne pas s'en tenir à une labelisation.
Il s'agit de reflechir à ce que l'on consomme plutot qu'à faire "confiance" à un label, surtout quand celui ci est plus que discutable.
Il en va de meme pour les OGM : ce sigle veut dire "Organisme Génétiquement Modifié" et pour moi "l'ajout d’un chromosome supplémentaire" est une modification génétique.
"Transgénique" désigne autre chose qui fait aussi parti des OGM mais qui n'en est pas la seule composante. Il ne faut pas réduire les OGM au transgénique. On a aucun recul sur les OGM résultant de la technologie actuelle.
Les croisements, greffes et autre sélection "naturelle" faites il y a 50 ans n'était pas du tripatouillage : ils étaient fait sur des périodes longues et surtout la nature le permettait ou pas. Il y a des tas de greffes qui ont été tenté et qui n'ont jamais eu de suite du fait de leurs échecs agricoles. Aujourd'hui, les modifications se font au niveau des graines ou de oeufs (quand ce n'est pas au niveau des cellules), histoire d'empecher la nature de sélectionner.
Bref, mon propos était de dire que le label AB ne devait pas empecher la reflexion sur l'origine de ce que l'on etiquette AB.

Shivaya

#10 Raffa

Raffa

    Tout petit doucement

  • Membres
  • 322 messages
  • Genre: Homme

Posté 29 septembre 2004 - 09:06

Ok je n'avais pas vu ce sujet effectivement.

Je suis d'accord avec toi sur la problématique des labels qui ont cependant le mérite d'exister.

Pour clarifier le débat je voudrais quand même préciser :
Pour ce qui est de la triploidisation, ce n'est pas l'ajout d'un chromosome mais le passage de 2n à 3n. C'est à dire que le stocks de chromosomes est de 3n ou lieu de 2n, soit 50% de chromosomes en plus et non seulement 1 seul. Ensuite je le redis c'est quelquechose qui existe dans la nature, de même que les neomâles (mais ces derniers n'existent que dans des conditions particulières du milieu).

Il faut faire attention car tu adaptes la définition d'ogm à ta sauce et c'est très délicat et cela peut engendrer des malentendus comme Selvatica en a fait les frais.

Le problème des ogm c'est justement que ce sont des organisme dont le génomes n'existerait jamais dans la nature sans notre intervention. De la manipulation génétique comme la triploidisation (qui est de l'induction polyploïde) n'est pas de la modification génétique. La manipulation génétique existe depuis très longtemps et sous de nombreuses formes. En gros le génome peut être le même en cas de manipulation et est forcément différent en cas de modification et le "danger" pour l'environnement ou la santé n'est pas du tout le même. C'est donc l'inverse de ce que tu dis, les ogm sont une sorte de manipulation génétique mais l'inverse n'est pas vrai.

La question n'est donc pas de savoir si on accepte ou non la manipulation génétique (sinon nombre de produits ne seraient plus acceptés comme la plupart des plantes cultivées et de nombreuses "viandes sur pied") mais de savoir si un label bio quelconque doit ou non autoriser la culture et l'élevage intensif et industriel qui impose d'utiliser ces techniques (et bien d'autres) sous peine de devoir mettre la clef sous la porte. Pour ma part c'est non mais cela a pour conséquence qu'il sera impossible de nourrir l'humanité en bio (à moins peut être de ne plus du tout faire d'élevage).

Mais je le dis et le repète des bestioles triploïdes ne sont pas des ogm et ne doivent sûrement pas rentrer dans le même débat tout du moins pour le grand public qui n'y comprend déjà pas grand chose.

Ceci est dit pour clarifier les choses et non pour faire une polémique 8)

Modifié par pikpikandré, 29 septembre 2004 - 09:44 .


#11 _Shivaya_

_Shivaya_

Posté 18 novembre 2004 - 00:16

Dans la série "collons un logo bio pour faire vendre plus cher"... et pour continuer sur la notion de bio "globale" que certains ne comprennent pas, s'en tenant au cher logo AB...
------------------------------
Foie gras bio.
Sous prétexte que les canards sont gavés avec du maïs biologique, on trouve dans certains magasins bio du "foie gras bio". Une bêtise totale ! Pour qu'un foie soit gras, il faut forcer les canards à manger plus que normal et donc, les gaver de force. En juillet 1999, l'Europe n'a autorisé la production de foie gras (bio ou non) qu'à la condition que cela s'accompagne de recherche de méthodes alternatives "n'impliquant plus la prise forcée d'aliments". La Pologne, la Norvège, le Danemark et l'Italie ont depuis interdit la pratique du gavage. 70 % du foie gras français vient du seul département du Gers, 83 % de la production mondiale est française. Une tradition à oublier, fût-elle bio.
-------------------------------
La France, championne toute catégorie des labels et autre AOC, est prompte à coller du AB sur du foie gras mais beaucoup moins à appliquer une directive européenne.
On continue avec le poisson, pour changer....
-------------------------------
L'aquaculture peut-elle être biologique ?
Devant la pénurie de poissons, les élevages se développent de plus en plus. Peut-on envisager un cahier des charges pour obtenir un label bio dans ce domaine ? Comme le rappelle Vandana Shiva, la plupart des élevages utilisent les farines de poissons... provenant des mers du sud. Ainsi pour produire un kilo de poissons pour le consommateur du nord, on enlève 5 à 10 kilos de poissons aux pêcheurs du sud. Il serait donc nécessaire d'envisager des élevages sans farine de poissons... ce qu'actuellement personne ne pratique. Il y a seulement des essais d'alimentation avec des farines végétales, mais cela reste expérimental. Et quant à produire ces farines végétales ne fautdrait-il pas mieux les utiliser pour l'homme directement sans passer par le poissons.
--------------------------------
Encore et toujours le problème du dépouillage du sud pour satisfaire le nord comme c'est également le cas dans l'élevage du bétail avec les monocultues fourragères faites par les pays africains pour le betail européen.
Ces petits articles sont tirés du magasine S!lence du mois de septembre 2004...

Shivaya

PS à pikpikandré :

Mais je le dis et le repète des bestioles triploïdes ne sont pas des ogm et ne doivent sûrement pas rentrer dans le même débat tout du moins pour le grand public qui n'y comprend déjà pas grand chose.

Juste pour info, ici ce n'est pas le "grand public"... Ce sont des gens qui sont aptes à comprendre qu'un tripatouille génétique est aussi une modification génétique d'un organisme. Tu peux me dire que j'arrange à ma sauce, les faits sont les faits... Après si tu veux faire de "l'écologiquement correct" c'est sans moi.

#12 MakeLoveNotWar

MakeLoveNotWar
  • Genre: Homme
  • Localisation:Grenoble

Posté 18 novembre 2004 - 08:54

Foie gras bio.
Sous prétexte que les canards sont gavés avec du maïs biologique, on trouve dans certains magasins bio du "foie gras bio". Une bêtise totale ! Pour qu'un foie soit gras, il faut forcer les canards à manger plus que normal et donc, les gaver de force. En juillet 1999, l'Europe n'a autorisé la production de foie gras (bio ou non) qu'à la condition que cela s'accompagne de recherche de méthodes alternatives "n'impliquant plus la prise forcée d'aliments". La Pologne, la Norvège, le Danemark et l'Italie ont depuis interdit la pratique du gavage. 70 % du foie gras français vient du seul département du Gers, 83 % de la production mondiale est française. Une tradition à oublier, fût-elle bio.
-------------------------------
La France, championne toute catégorie des labels et autre AOC, est prompte à coller du AB sur du foie gras mais beaucoup moins à appliquer une directive européenne.

La méthode sans gavage est connue chez certains éleveurs bio : nourrir les volailles toute l'année avec des produits peu énergétiques pour les habituer à manger de grosses quantités, puis, en période de "gavage", remplacer par des produits très énergétiques. La bestiole va engraisser sans y être forcée.

Rappelons encore que le foie gras n'est pas une cirrhose (contrairement à ce que certains prétendent) mais un moyen pour l'oiseau normalement migrateur de stocker du carburant pour son voyage, d'où le fait de le faire engraisser (avec ou sans gavage forcé) à l'entrée de l'hiver.

#13 nomade

nomade

    Rongeur de frein, rongeur de chaîne, dormeur en réveil

  • Membres
  • 909 messages
  • Localisation:belgique

Posté 18 novembre 2004 - 09:19

Autre chose à ne pas oublier, c'est que, avec ou sans gavage, les éleveurs de canards qui font du foie gras ne sont pas les monstres sanguinaires qu'on décrit d'habitude qui se moquent de torturer de pauvres bêtes: certes le gavage est une méthode.... beuark. Surtout si il existe une méthode sans gavage (ce que j'ignorais) mais il faut aussi savoir, histoire de rester objectifs que la soufrance horrible du canard à qui on enfonce de force un tuyeau dans la gorge... est une légende: si le canard soufre pendant son gavage, le foie se retrouve affligé de veinules peu appétissantes et donc le rend invendable d'ou perte de profit.
Mais bon il n'en reste pas moins que je préfères ne plus avaler de foie gras au vu des conditions d'élevage...

#14 Miette

Miette

    Terrienne en période d'essai

  • Membres
  • 1174 messages
  • Localisation:vaucluse eheh

Posté 05 fvrier 2005 - 00:12

cette après midi je discute ave un producteur de cresson bio de l'essonne.
il paye 3000 f/an pour moins d'un hectare pour avoir le tampon AB. 3 contrôle de la fraude par an (eau et terre).
il se retrouve en procès ave le voisin, qui a une retenue d'eau, polluée, qui se deversent dans la resurgence de ses sources.
il traittait avec les bioccops, mais le fait qu'ils doublent les prix, ne lui semblait plus convenable.
il s'y retrouve mieux en vendant auprès de rungis, grosse centrale d'achat de la region parisienne.
il m'a exposé le fait que bientôt les normes européennes feront disparaitre les engrais chimiques des terres agricoles et ce qui m'a semblé le plus dingue, c'est qu'il y croit....

il vend la botte de cresson à 2 E.
Il a des posters sur les legumes de saisons.
et il me racontait que ses caisses n'étaient pas homologué par le AB

je vais lui posé d'autres questions demain

#15 _mirza_

_mirza_

Posté 05 fvrier 2005 - 11:47

Le fait que tu répondes à ce fil Miette me fait le découvrir, et je voulais donc dire à shivaya, à propos de son post du début, que moi aussi, quand j'achète des produits non-locaux (c'est de + en + rare), je les prends non bio.

J'ai appris plein de choses depuis que je fréquente ce forum et mes habitudes de consmmation, qui étaient déjà en train de changer, sont devenues radicalement différentes. Avant toute chose, ce qui a changé chez moi et qui est le moteur de ce changement, c'est que je m'efforce de réfléchir à l'impact de chaque achat (et de chaque action), en détail, avant de le faire. Je me demande si ça en vaut le "prix" (pas uniquement le prix financier). Comment faire autrement. J'en parle autour de moi, je vois les limites des autres qui ne sont les miennes, ça aide aussi à réfléchir. Mais je m'éloigne du sujet, un peu, là...

Donc, pour essayer d'y revenir, un exemple: un truc que j'achètais importé ET bio, c'est le quinoa. Uniquement parce que je n'en trouve pas du pas bio. Je pourrais tout aussi bien me passer d'en consommer aussi, parce que ce n'est pas une plante locale. Et comme ça m'embête d'en acheter en paquets venant de je sais pas quelle multinationale, eh bien je vais tenter un truc: en faire pousser (z'en vendent chez Baumaux). Si ça pousse, tant mieux. Si ça pousse pas, je m'en passerai. En tout cas je n'en achète déjà plus en paquet "bio".

Moi ce qui me fait doucement rigoler (à vrai dire non, pas doucement: je me régale à me gausser ouvertement devant l'étalage de manière systématique et presque méthodique), c'est les paquets de "romarin bio" par exemple, qu'on peut trouver dans le magasin où j'achète ma farine. Du romarin! Bio! En vente! Emballé! Alors qu'à même pas un km de là y'en a plein la garrigue!! Et y'a des gens qu'en achètent.

#16 laotzu75

laotzu75
  • Localisation:Paris

Posté 05 fvrier 2005 - 13:52

Moi ce qui me fait doucement rigoler (à vrai dire non, pas doucement: je me régale à me gausser ouvertement devant l'étalage de manière systématique et presque méthodique), c'est les paquets de "romarin bio" par exemple, qu'on peut trouver dans le magasin où j'achète ma farine. Du romarin! Bio! En vente! Emballé! Alors qu'à même pas un km de là y'en a plein la garrigue!! Et y'a des gens qu'en achètent.


Tu voudrais dire que le romarin de la garrigue près de chez toi est de super qualité ?
C'est bon à savoir. J'achète du romarin et du thym bio à Paris car j'ai pas de plants à proximité ni même de jardin pour le faire pousser. Tu en as de la chance ! T'as aussi surement de la lavande ! Y a pas a dire la Provence c'est une belle région !

#17 Miette

Miette

    Terrienne en période d'essai

  • Membres
  • 1174 messages
  • Localisation:vaucluse eheh

Posté 05 fvrier 2005 - 18:03

ce producteur de cresson bio est à 50 % bio et 50 % traditionnelle.
la différence ?
pour le non bio il utilise du superphosphate (composé à 16% de synthèse) et pour le bio du phosphate naturel... Y sont par très exigeant chez ecocert....

Sa botte de cresson, il l'a vend 0.90 centimes d'euros, qui eux le revendent à 1.25 euros, pour qu'il finisse en magasin bio à 3 euros la botte !
j'ai du mal à me rendre compte mais je trouve ça disproportionné...

il m'expliquait egalement que 50% des producteurs étaient en train de passer en byodinamie car ils sont bcp moins "chiants" qu'ecocert (alors qu'ecocert ne fait qu'un contrôle par an, et la fraude 2)... comment pourraient ils être moins exigeants ?

#18 _mirza_

_mirza_

Posté 06 fvrier 2005 - 09:30

Tu voudrais dire que le romarin de la garrigue près de chez toi est de super qualité ?
C'est bon à savoir. J'achète du romarin et du thym bio à Paris car j'ai pas de plants à proximité ni même de jardin pour le faire pousser. Tu en as de la chance ! T'as aussi surement de la lavande ! Y a pas a dire la Provence c'est une belle région !


Ben je me demande où tu veux en venir, et s'il y a des choses à lire entre les lignes ici, mais déjà je te répondrai que je ne vois pas comment le romarin bio du magasin pourrait être plusse bio que celui qui pousse en pleine nature. Effectivement, je dis ça parce que j'habite dans un coin où il en pousse à l'état naturel, mais ça j'y suis pour rien, et je ne considère pas ça comme un luxe ou quoi que ce soit du genre: c'est une simple réalité. Alors que des gens en achètent là où ça ne pousse pas, je veux bien le comprendre, ma foi pourquoi pas, mais que les gens en achètent dans des magasins alors qu'il en pousse au naturel à qqs kms de chez eux (et dudit magasin), là je ne comprends pas. Et je réprouve fortement, et les gens qui en achètent, et les commerçants qui osent en vendre par chez moi. Ces fameux commerçants autoprocalmés bio mais pas écolos pour deux sous.

C'est ton terme de "super qualité" que je ne comprends pas. Tu ne le sais pas que le romarin (comme le thym, oui), sont parmi les plantes qui font la garrigue?

#19 _mirza_

_mirza_

Posté 06 fvrier 2005 - 09:32

miette: comment il s'assure que son superphosphate ne va passer dans son champ bio, ton producteur?

#20 laotzu75

laotzu75
  • Localisation:Paris

Posté 06 fvrier 2005 - 11:41

C'est ton terme de "super qualité" que je ne comprends pas. Tu ne le sais pas que le romarin (comme le thym, oui), sont parmi les plantes qui font la garrigue?
  


Si mais peut être que la relative pollution ambiante altère les qualités intrasèques de ces plantes?
Y a peu de chances mais quand même. Y a des sceptiques partout. Voir un label de qualité sur un emballage ca doit surement avoir un petit effet psychologique chez certains consommateurs.

Modifié par laotzu75, 06 fvrier 2005 - 11:44 .